Lecture numérique > Acteurs numériques > Actualité

Kindlegraph : outil de dédicace d'ebooks à - longue - distance

Suffit d'un compte Twitter et d'un peu de patience...

Par Nicolas Gary,Le samedi 23 juillet 2011 à 10:47:49 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

 Non, assurément, les auteurs ne rêvent pas de dédicaces numériques, comme se le demande Tech Crunch, mais ils y viendront dans tous les cas. Surtout si Amazon leur prend la main pour les aider à signer le plus simplement du monde, les ebooks qu’ils auront vendus par son biais. Pas folle la guêpe...

Les solutions logicielles de dédicaces de livres numériques sont en phase d’expérimentation. La dernière tentative, incarnée par Kindlegraph est une solution de plus pour encourager les auteurs à se rapprocher des lecteurs, sans regarder ni à la distance, ni à la proximité humaine - toute relative - qu’implique une véritable dédicace.

En fait, cela permet de maintenir, dans l’économie numérique, la relation pipole aux auteurs, en leur offrant toujours ce pouvoir de signer un ouvrage. Dans le cadre du papier, cette signature, obtenue après une attente plus ou moins longue, confère à l’objet une dimension magique. C’est presque une formule alchimique qui transcende les pages, désormais humanisées. À la froideur de la police, s’oppose soudain l’encre du stylo... Que c’est beau !

Pour mémoire, ActuaLitté avait été le premier magazine à réclamer à Marc Lévy une dédicace de Sony Reader. C'était voilà presque un millénaire. 

Alors, comment fonctionne Kindlegraph ? C’est assez simple : pour récréer l’expérience de la dédicace, tout lecteur est invité à disposer d’un compte Twitter, pour solliciter la signature en question.

La demande est redirigée vers l’éditeur, et l’auteur, qui utilise alors l’API Docusign (un outil de certification de e-signature), pour rédiger un message personnalisé, et accompagné évidemment, de la signature. Et le tout est envoyé dans un fichier au demandeur. Pas super glamour, mais particulièrement pratique, pour arriver à entretenir l’illusion du lien.

Et pas vraiment moins sexy, finalement, que les séances de dédicaces obligatoires que les auteurs peuvent avoir, avant que leurs livres ne soient envoyés aux journalistes, par exemple.

À ce titre, je saluerai l’une des dernières dédicaces reçues, dont le nom de l’auteur sera tu, eu égard à sa grande humilité. « Vous êtes le dernier d’une pile de 200, alors vous avez intérêt à le lire, ce livre. » Quand tu me le dédicaceras en numérique, on en reparlera...

Voir le site de Kindlegraphe, tout de même. 

Dans l'histoire, Amazon n'apparaît tout de même nulle part, et il serait étonnant que le marchand de Seattle laisse ainsi un quidam se servir du nom de son lecteur ebook. A suivre...

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
signer - ebook - dedicace - auteur



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

pub

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com