Lecture numérique > Acteurs numériques > Actualité

Laisser pirater, fidéliser... pour générer des ventes de livres

Insolite ? Pas tout à fait...

Par Raphaël Tillet ,Le lundi 25 octobre 2010 à 10:33:07 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

 La grande question qui accompagne la révolution numérique dans le monde littéraire, est celle de la piraterie. Les flibustiers du net réservent-ils le même sort aux écrits qu'à la musique ? Éditeurs, auteurs et distributeurs sont sur le pied de guerre. À tort ?

Le piratage d'ebook a déjà commencé. Et les distributeurs se sont déjà armés en conséquence, avec les GDN (Gestion des Droits Numériques, ou DRM). Des systèmes de blocage, qui fonctionnent par zones, supports, etc.


Seulement, si les protagonistes restent sur leurs positions actuelles, la flotte d'ebook risque de couler. Les GDN ne sont qu'une incitation à la piraterie, même pour l'honnête citoyen qui n’a pas encore téléchargé un fichier de toute sa vie. L'industrie ebook réagit au téléchargement illégal comme l'industrie de la musique avant elle, par la répression, nous connaissons déjà la fin de l'histoire.

Que faire ?

Différentes solutions pour fidéliser le client, et l'amener à acheter plutôt qu'à télécharger, existent. Quelques efforts des distributeurs et éditeurs, sur les prix comme sur la création d'offres au client, peuvent largement être réalisés. Si c'est le cas, et que par ce biais, la piraterie reste minime, alors celle-ci peut s'avérer bénéfique.

Cette semaine, l'auteur de romans graphiques Steve Lieber en a fait l'expérience. L'écrivain, méconnu, a vu les ventes de son livre augmenter après que des copies illégales aient été partagées sur le ste de partage 4chan. Celles-ci sont montées en flèche, bien plus qu'après un article sur son récit Underground sur le site BoingBoing, avec lequel il fait le parallèle.


La diffusion par le piratage peut donc être bénéfique aux auteurs en manque de public, mais pas seulement. L'écrivain renommé Paulo Coelho (L'alchimiste) a ainsi déclaré avoir vu ses ventes s'enflammer après avoir fait circuler des exemplaires gratuits de ses textes sur le net. Pour lui ce sont des millions d'acheteurs supplémentaires sur plusieurs années. « Une personne qui ne partage pas n'est pas seulement égoïste, mais amère et seule » a ainsi déclaré Paulo Coelho à TorrentFreak.

Évidemment, n'allons pas encourager le piratage. Mais la répression abusive n'est pas le choix à faire. Encadrée, et face à une industrie généreuse, la piraterie peut être utilisée à bon escient. À bon entendeur.

Sources : , , ,

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com