Lecture numérique > Acteurs numériques > Actualité

Le livre numérique, solution à l'embargo US pour l'édition cubaine

Toujours en vigueur pour le livre papier

Par Xavier Thomann,Le jeudi 06 décembre 2012 à 16:06:50 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Nul n'ignore l'embargo appliqué aux produits cubains par les USA, même si les cigares de la Havane parviennent à circuler jusque dans les hautes sphères de l'Etat. Le développement du livre numérique sur l'île pourrait être un moyen de contourner cet embargo et ainsi permettre aux auteurs cubains d'étendre leur portée. Le support virtuel pourrait aussi être un moyen d'amorcer la transition technologique qui peine à se mettre en place.

 

 

Cuba, La Havane

Nouhailler, CC BY-SA 2.0

 

 

C'est un article dans Publishing Perspectives qui met en avant les avantages du livre numérique pour les éditeurs cubains en leur donnant la parole. En effet, ces derniers étaient présents à la foire du livre de Guadalajara (Mexique).

 

Tout en rappelant les effets néfastes de l'embargo étatsunien, les éditeurs se montrent relativement optimistes quant aux opportunités offertes par le développement du livre numérique. Ils pourront voir leurs livres diffusés plus facilement à l'étranger en utilisant l'impression à la demande qui leur permet de réduire leurs coûts de distribution.

 

Eduardo Fernandez Collado, le président de l'association des éditeurs cubains, estime qu'il y a tout un système à mettre en place avec les universités américaines. « Nous avons également un gros marché avec les universités latino-américaines. [...] La valeur d'un livre n'est pas fixée par son prix, mais par son contenu. Le prix maximum d'un livre à Cuba est d'1,50 $, et la possibilité que le livre puisse toucher des marchés extérieurs est très importante » souligne Collado. Pour le papier, ce prix n'aurait jamais suffi à couvrir les frais d'export, une situation qui change considérablement avec le livre numérique.

 

Toutefois, pas question de passer au numérique dans l'immédiat, d'abord parce que ces éditeurs, financés en partie par l'Etat, ne peuvent occulter l'importance du marché du livre papier à Cuba (où le taux d'alphabétisation est très élevé). Malgré tout, Collado pense que le développement du livre numérique ne signifie pas la mort du livre papier. Il fait l'analogie entre la télévision et le cinéma, en arguant de la possibilité d'avoir deux supports complémentaires.

 

 

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Pourquoi écrivez-vous, Olivia Elkaim ?

  . Olivia Elkaim est l'auteur de trois romans : Les Graffitis de Chambord (Grasset, 2008), Les Oiseaux noirs de...

Une Biblioboite ? Avec quoi dedans ?

Grace à ma Biblioboite, je suis e-Bibliothécaire ambulant maintenant ! Avoir une Biblioboite c'est bien… mais s'il...

Facebook, une vraie fausse bonne idée pour les auteurs indépendants

Les auteurs — et en particulier les auteurs indépendants — ont du pain sur la planche. S'ils souhaitent être lus, ils...

pub

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com