Lecture numérique > Acteurs numériques > Actualité

Le livre papier doit rester une valeur sûre pour Indigo

Entre vouloir et pouvoir...

Par Bastien Morel,Le jeudi 28 juin 2012 à 17:21:28 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Comme un démenti cinglant à l'adresse de la Conférence Board of Canada. Cette semaine, l'institution en charge d'analyser les tendances économiques du pays publiait une étude sur le secteur en crise de l'industrie papier. Frappés de plein fouet par la numérisation de supports précédemment sur cellulose, les industriels ne présageaient rien de bon pour l'avenir.

 

La réponse des distributeurs ne s'est pas fait attendre. Ce mercredi, Heather Reisman, PDG d'Indigo a rappelé la bonne santé du géant de la librairie. Une forme relativement nouvelle puisque le réseau avait renoué avec les bénéfices en mai dernier. L'autre bonne nouvelle a été annoncée à l'assemblée annuelle : contre toute attente, les lecteurs sur Kobo et autres tablettes continuent de consommer du livre papier. « Le secteur du livre reste prospère », a-t-elle commenté, avant d'ajouter « la surprise » constatée par « le pourcentage de lecteurs mixtes » papier et encre numérique. Observation révélée par une enquête menée en interne.

« Certaines personnes pensent que tout le monde devrait lire numériquement », a rappelé Robert Gibson, responsable du département recherche à Octagon Capital. « Je ne pense pas que cela est arrivé ou arrivera », a-t-il ajouté. Une déclaration destinée à flatter les clients de poches et grands formats. Gibson l'avoue : « les bénéfices sur le livre numérique sont maigres ». La marge continue de se faire sur le livre relié. Double par rapport à celle de l'ebook.

 

 Le libraire canadien a déjà prospecté large dans cette voie et s'est recyclé en fournisseur culturel. Comprendre fournisseur hétéroclite de musique, mais aussi de jouets ou de produits domestiques. Un développement témoignant d'une croissance « très satisfaisante » pour Reisman.

 

Reste que le virage pris par les lecteurs sur numérique ne cache pas la baisse de profits sur le livre relié. Une transition « demandant un effort sur plusieurs années » avant que les opérations financières ne repartent au vert. La cession de Kobo à Rakuten ne pouvant faire figure que de bouffée d'oxygène.

Sources : the Globe & Mail , Times Colonist

Pour approfondir

Mots clés :
indigo - libraire - ebook - livre



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

L'Académie Balzac et chapitre.com, Partenaires à la recherche de nouveaux auteurs

« L'édition oublie qu'elle doit tout aux auteurs et elle laisse les nouveaux partir chez Amazon Publishing. Il est...

Et maintenant, une page de publicité : « Spot », 35ème nouvelle du Projet Bradbury

La publicité fait, qu'on le veuille ou non (en général, c'est plutôt "ou non"), partie intégrante de...

Pourquoi écrivez-vous, Olivia Elkaim ?

  . Olivia Elkaim est l'auteur de trois romans : Les Graffitis de Chambord (Grasset, 2008), Les Oiseaux noirs de...

pub

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com