Lecture numérique > Acteurs numériques > Actualité

Le ministère de la Culture n'a rien piraté, parole d'Hadopi

Alors dans ce cas, retournez paisiblement à vos ordinateurs...

Par Victor de Sepausy,Le vendredi 30 décembre 2011 à 00:09:00 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Rien de plus impersonnel et de moins compromettant qu'un communiqué de presse officiel pour contester la rumeur qui grandit sur le net depuis deux jours. Le Ministère de la Culture se serait livré à des actes de piratage, notamment en  téléchargeant du David Guetta et un ebook pour apprendre à réaliser des Powerpoint parfaits...

 

Mais voilà : ce que la presse web avance, avec un petit sourire ironique, la rue de Valois entend bien que ce soit tenu pour faux. « La direction des systèmes d'information du ministère veille strictement à l'utilisation qui est faite des ordinateurs de son parc », assure ainsi le ministère dans une communication rageuse. 

 

 

Il est vrai que plus de 250 adresses IP pointant vers la rue de Valois avaient été flashées depuis le site YouHaveDownloaded, mettant à mal la crédibilité de Fredo quand il venait prêchait la bonne parole Hadopi. Même si des vérifications sont tout de même en cours, « la configuration de son réseau empêche la connexion à des réseaux de pair-à-pair, ce qui exclut toute possibilité d'usage de tels réseaux à des fins de téléchargement illégal ». 

 

Mais alors, que penser des outils dont se sert le site YouHaveDownloaded, pour flasher les IP ? Là encore, Valois reste aussi raide que le barreau de la justice, qui sous la robe de bronze aurait fait sonner le tocsin. Selon les experts ministériels, dont on espère qu'ils ne sont pas ceux ayant acheté le nouveau site officiel quelque peu onéreux, « le procédé utilisé par le site YouHaveDownloaded.com ne peut en aucune manière être comparé avec la méthodologie pour l'Hadopi ». Le monde entier pourra commencer sa journée sereinement. 

 

Et de fait, impossible alors de remettre en question la fiabilité des outils mis en place part Trident Media Guard, qui sert la cause de l'Hadopi, pour la surveillance de toute contrefaçon sur le net. En effet, « les constatations effectuées par ce procédé ne peuvent donc remettre en cause le processus mis en place par l'Hadopi, en particulier en ce qui concerne la fiabilité des constats établis à partir d'une adresse IP ». 

 

Dont acte, donc, et passez votre chemin

 

Or, ce qui est peut-être plus hilarant encore, c'est que juste derrière le communiqué ministériel, c'est l'Hadopi elle-même qui a bombardé un autre communiqué pour mettre en garde. « De nombreuses informations circulent quant à une supposée remise en cause de la fiabilité de l'adresse IP dans le processus de constatation de faits de contrefaçon d'œuvres ou objets protégés par un droit d'auteur ou un droit voisin sur internet. Ces informations sont totalement fausses. »

 

Et que l'on se le tienne pour dit, puisque la méthode de trackage de TMG, le prestataire, ne se limite pas à « recenser les annonces de partage effectuées sur tel ou tel « tracker » BitTorrent, autrement dit l'association d'une adresse IP à un fichier donné ». Eh oui, TMG va bien plus loin, même si l'on ne saura pas vraiment comment il s'y rend. D'ailleurs à ce jour et jusqu'à preuve du contraire, seule l'Hadopi dispose des outils officiellement valables et validés par les ayants droit, pour surveiller le net. 

 

Mais à la manière de la méthode employée par Attributor pour surveiller les fichiers numériques de Hachette Livre, on se demande bien sur quelle méthodologie celle de TMG repose. Et plus encore, de quelle transparence elle peut faire preuve - d'autant plus qu'elle est absolument incontrôlée...

 

« En conséquence, l'Hadopi met en garde contre toute conclusion hâtive obtenue par comparaison de deux processus incomparables dans les faits », conclut-on.  

Sources : via Nouvel Obs , Hadopi

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

La logique du grain de sable: Galtier-Boissière (1891-1966) ou de l'utilité des ensablés dans les commémorations, de Carl Aderhold

Les commémorations ont ceci de paradoxal que bien loin de nous ramener à l'événement commémoré, elle nous renforce...

Livre numérique gratuit

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com