Lecture numérique > Acteurs numériques > Actualité

Payer plus pour un livre sans DRM ?

Un débat sans fin, pour l'instant

Le mardi 26 février 2013 à 15:16:43 - 9 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

On reparle des DRM ces jours-ci dans le cadre de la plainte déposée par des librairies indépendantes américaines contre Amazon et les six plus grandes maisons d'édition. Le DRM en place sur les livres numériques d'Amazon est à la source du problème. Une autre question se pose toutefois. Les lecteurs seraient-ils prêts à payer un peu plus pour un livre numérique sans DRM ? 

 

 

Tous les adeptes de la lecture sur reader ou tablette mettent en avant les DRM comme un obstacle à une meilleure utilisation. En achetant un ebook chez la firme de Seattle, le client se condamne à ne pouvoir l'utiliser uniquement sur un Kindle. Après tout pourquoi pas, c'est une stratégie similaire à ce que fait Apple. 

 

Mais dans le monde numérique, qui se veut un monde de partage et de gratuité, de telles restrictions passent mal. ActuaLitté a eu l'occasion de faire part du mécontentement de nombreux usagers et autres acteurs vis-à-vis de ce système. Des éditeurs commencent à proposer des livres sans DRM, préférant le watermarking, en revanche comme Amazon reste l'acteur clef, la question continue de se poser. 

 

Une solution intermédiaire pourrait donc être le fait de payer un peu plus cher pour le même livre, mais sans DRM. Pour voir si les lecteurs peuvent adhérer à cette option, Digital Book World propose un ouvrage sans DRM pour un dollar de plus que le même ouvrage chez Amazon. 

 

Il semblerait que cela ne soit pas très convaincant. Sur internet, le client va instinctivement vers le prix le plus bas. De plus, beaucoup de personnes sont familières avec l'environnement d'Amazon, ce qui les pousse à continuer à faire leurs achats de livres numériques sur ce site, même s'il y a une solution légèrement plus avantageuse ailleurs. 

 

Par ailleurs, il faut bien voir que tout le monde n'est pas au courant de l'existence des DRM. Le lecteur moyen ne sait pas de quoi il s'agit. Du coup, le débat semble se limiter aux professionnels et aux férus de technologie. Peut-être qu'une sensibilisation du plus grand nombre serait le moyen de faire changer les mentalités. Car Amazon n'a aucune intention de proposer des livres sans DRM, même à un tarif plus élevé que la version DRM classique. 

 

 

Sources : Forbes , Digital book world

Pour approfondir

photo Thomann Xavier S.

   

Journaliste ActuaLitté. Littéraire et observateur (de la Porte Brancion). Cinéphile averti. Sans frais. A retrouver sur http://tribunelitteraire.wordpress.com

 

Mots clés :
DRM - Amazon - Librairie indépendante - Prix



Réactions

Publié par TheSFReader

 

Déjà, convaincre Amazon de marquer quels livres sont avec et lesquels n'en ont pas serait un grand bienfait. A savoir que ça devrait être obligatoire vis-a-vis de l'UE à terme (après le 13 juin 2014 ?) :

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2011:304:0064:0088:FR:PDF

Écrit le 26/02/2013 à 15:42

Répondre | Alerter

Publié par jel

 

Idée marketing géniale ! ;)
Tout le monde sait (disons, que cela commence à se savoir), que :
- Les DRM sont inefficaces techniquement. Temps mis à s'en débarrasser, 30s,. Bien sûr, c'est vil de la part de quiconque, même s'il a acheté.
- Les DRM sont contre-productives : limiter la lecture de quelque chose que l'on a acheté révulse la plupart des acheteurs;
- Les DRM sont contre-productives : s'il est plus facile d'utiliser un livre 'piraté' qu'un livre légal avec DRM… ;
- Les DRM sont coûteuses : à tel point que le % du coût est quasiment égal au % versé à l'auteur (et que pour les DRM majeures - style Adobe - , il faut payer, ce même si on ne vend pas.

Donc idée géniale :
- économisons le coût des DRM;
- faisons payer à la personne honnête (elle est plus facile à repérer - puisqu'elle achète - le surcoût d'un supposé pirate - lui, difficile à cibler ;) ) ;
- faisons croire que c'est un gain pour la personne honnête (l'acheteur);

Excellent au niveau marketing.
Si tant est que l'on puisse convaincre l'acheteur que l'on ne l'a pas pris pour un pigeon.

Écrit le 26/02/2013 à 16:54

Répondre | Alerter

Publié par TheSFReader

 

jel, je suis absolument d'accord avec toi.
En même temps, l'économie est une histoire d'équilibre entre les intérêts du vendeur et ceux de l'acquéreur. Si celà coûte plus cher à l'éditeur de vendre sans DRM qu'avec (par exemple en coûts de négociations avec les auteurs et leurs agents pour supprimer les DRMs), et si en plus le livre sans DRM est supérieur à celui avec (point sur lequel on est d'accord), il peut être logique de penser que l'éditeur propose deux prix différents.

C'est grosso-modo ce qu'il se passe avec les produits bio.

Bref, c'est une belle merde tout ça.

Écrit le 27/02/2013 à 09:05

Répondre | Alerter

Publié par Occupaille

 

Alors, on se demande sérieusement s'il faudrait payer plus pour les conneries d'Amazon ?...

Écrit le 27/02/2013 à 10:08

Répondre | Alerter

Publié par TheSFReader

en réponse à Occupaille  

Ce n'est pas (que) Amazon... mais les éditeurs, agents, auteurs, qui veulent "protéger" leur production et lutter à tout prix contre le piratage.

Ce sont d'ailleurs les plus grosses "pointures" dans ces trois catégories) qui sont les plus virulentes.

Normal, puisque ce sont souvent elles qui ont déjà une forte visibilité et peu à gagner à une diffusion non contrôlée.
La plupart des auteurs et éditeurs "indés" sont par contre plus conscient des problématiques DRMs.

Écrit le 27/02/2013 à 10:35

Répondre | Alerter

Publié par jel

 

"Ce n'est pas (que) Amazon... mais les éditeurs, agents, auteurs, qui veulent "protéger" leur production et lutter à tout prix contre le piratage."

Sauf que… c'est totalement inefficace et que cela a exactement l'effet inverse !

Les DRM provoquent du 'piratage'.
(comme les prix jugés trop élevés et - dans une moindre mesure - les parutions trop tardives en ebook)
…même chez les personnes qui - au départ - sont opposées à l'idée.

Regardez l'évolution des chiffres de vente d'ebooks chez les éditeurs ayant renoncé à ces bêtises (comme Bragelonne).
Comparez avec les éditeurs les gardant.

Regardez les livres les plus 'piratés' : il s'agit de livres 'papier'… plus que d'ebooks et quand il s'agit d'ebooks vendus sans DRM, le chiffre de piratage est plus faible que pour ceux avec.
Bizarre ? ou réaction de personnes trouvant plaisir à jouer les "Robin des bois" ?
Diantre, fi donc, les pigeons se rebiffent ;).
Quel scandale, ces volailles qui ne voudraient plus se faire plumer !

Le problème majeur est que certains pourraient y prendre goût.
NB : ce ne sont pas les auteurs qui imposent des DRM, mais les maisons d'édition et parfois les distributeurs sans l'aval des ayants droits (quelquefois même en contradiction avec les choix de ceux-ci).

Écrit le 27/02/2013 à 12:07

Répondre | Alerter

Publié par TheSFReader

en réponse à jel  

Jel, je suis tout à fait d'accord avec toi, à une nuance prêt : certain auteurs (ou leurs agents) SONT pour les DRMs.

Je te renvoies à ce billet de Denis chez L'Atalante http://www.l-atalante.fr/blog/?p=2898

Pour tout le reste, je suis parfaitement en ligne. (cf mon blog : http://readingandraytracing.blogspot.com et ses billets DRMs)

Écrit le 27/02/2013 à 13:09

Répondre | Alerter

Publié par jel

 

Une absence de DRM doit elle être payée ?
Pour moi, la réponse est NON, car il serait irrationnel de dire qu'une absence de coût (noDRM)… provoque un coût supplémentaire !

DRM demandés par l'auteur ? Atalante : 1/240 !
On ne saurait généraliser ce qui est exception…
et je citerai malicieusement :
"Oui, si les éditeurs expliquent aux auteurs que c'est pour leur bien, matraque à la main, il ne faut pas s'étonner que ceux ci acceptent d'en demander..." [by SFReader ;) http://www.actualitte.com/usages/verdict-le-prix-du-roman-fnac-ecueil-numerique-bien-verrouille-36348.htm ]

Le billet cité chez Atalante résume correctement les faits :
"Le sujet est vaste, mais je pense qu'en guise d'ouverture, on pourrait mettre tout le monde (ou presque) d'accord en disant que le vrai problème des DRM est qu'ils en servent à rien." (lire : ne servent…)
"Quant aux DRM, il fallait bien une exception pour confirmer la règle de leur absence de nos fichiers… et c'est le Disque-monde qui s'y est collé."
"[…] Or, à toutes ces personnes, on présente le DRM comme le remède miracle contre tous les maux d'Internet (à la manière des bonimenteurs qui vendaient des potions qui guérissaient de tout). Les plus technophiles et les

plus avertis flairent aussitôt l'arnaque… mais les autres ?"

Écrit le 27/02/2013 à 19:16

Répondre | Alerter

Publié par Zoby

 

Amazon vend des livres sans DRM...

http://www.amazon.com/The-Bonehunters-Malazan-Fallen-ebook/dp/B003L1ZZEQ/ref=sr_1_16?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1362235376&sr=1-16&keywords=tor+books

Notez que : "At the publisher's request, this title is being sold without Digital Rights Management software (DRM) applied."

Votre malveillance n'a aucune limite.

Les éditeurs sont LIBRES d'abandonner les DRM. Amazon ne les force pas. Les éditeurs EUX-MÊMES se tirent une balle dans le pied en forçant les DRM et en favorisant donc l'acteur dominant.

Sérieux Actualitté, arrêtez de parler d'ebook vous n'y panez QUE DALLE.

Écrit le 02/03/2013 à 15:45

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Le Paris me des kids, Marcella & Pépée

Présentation de l'éditeur : La Tour Eiffel dans tous ses états comme vous ne l'avez jamais vue. Couleurs pop et [...]

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

La tête sous l'eau

Le corps, une fois dans l'eau et en profondeur, remonte toujours à la surface. Il est comme une bouée, un ballon : il [...]

Livre numérique gratuit

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com