Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

Bibliothèque : bénévoles et volontaires, seul remède aux fermetures

Si c'est gratuit, c'est moins cher, évidemment

Par Cécile Mazin,Le jeudi 13 décembre 2012 à 13:19:59 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Alors que les établissements de prêt britanniques sont menacés de fermer les uns après les autres, le gouvernement propose de remplacer les professionnels par des bénévoles. Un gain d'argent évident, pour éviter de fermer complètement le service... et une solution qui semble faire son chemin dans l'esprit des bibliothèques elles-mêmes.

 

 

Save Our Library

MegMoggington, (CC BY-NC 2.0)

 

 

Selon une étude réalisée par le Arts Council England, qu'évoque The Bookseller, 12 % des établissements trouveraient important le soutien que des bénévoles apporteraient, dans un proche avenir. La Society of Chief Librarians, montre qu'aujourd'hui 425 établissements sont soutenus par leur communauté, ou envisagent d'y recourir. 

 

Les bibliothèques communautaires disposant de l'appui de bénévoles seraient dirigées et financées par le Council, en général avec un personnel rémunéré, mais surtout aidé par la présence significative de volontaires. Or, c'est bien l'adjectif qui pose un certain problème, puisqu'aucune donnée quantitative ne le seconde. Une importante présence de bénévoles impliquerait sans peine qu'une seule personne est employée par l'établissement, pour une trentaine qui oeuvre gracieusement. 

 

Selon la SCL, qui prend en charge le recours aux bénévoles, ces derniers pourraient toutefois faire plus que doubler le nombre de personnes dans les établissements, tout en assurant une réduction des coûts. Parce que, sans substitution des emplois salariés par des personnes volontaires, les établissements ne fonctionneront plus, et fermeront inéluctablement. 

 

Au cours de l'année écoulée, plus de 200 établissements ont fini par fermer leurs portes, comme le révélait une étude présentée la semaine passée. 

En tenant compte des fermetures, mais également des ouvertures d'établissements, le Royaume-Uni aurait perdu 201 bibliothèques sur la période observée. Tandis qu'entre 2010 et 2011 la perte n'était que de 33 établissements du service public, et qu'elle n'était que de 4,3 % en termes d'effectifs. (voir notre actualitté)

 

La SCL promet que, même si elle n'a pas la possibilité d'intervenir comme un acteur de cette campagne, elle assure partager un but commun avec les militants qui tentent de tout faire pour empêcher la fermeture des établissements. « Il est clair que, tandis que ces trois dernières années ont été difficiles, les prochaines le seront tout autant », explique-t-elle dans un billet.  

Pour approfondir



Réactions

Publié par cotrel

 

Non, non, et non au travail gratuit. Non au bénévolat.

Écrit le 14/12/2012 à 16:37

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

L'Académie Balzac et chapitre.com, Partenaires à la recherche de nouveaux auteurs

« L'édition oublie qu'elle doit tout aux auteurs et elle laisse les nouveaux partir chez Amazon Publishing. Il est...

Et maintenant, une page de publicité : « Spot », 35ème nouvelle du Projet Bradbury

La publicité fait, qu'on le veuille ou non (en général, c'est plutôt "ou non"), partie intégrante de...

Pourquoi écrivez-vous, Olivia Elkaim ?

  . Olivia Elkaim est l'auteur de trois romans : Les Graffitis de Chambord (Grasset, 2008), Les Oiseaux noirs de...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com