Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

Bibliothèque de Toronto : Emprunter des livres, après une page de pub

Il faut sauver les meubles de l'établissement, et la réclame est là pour vous aider

Par Antoine Oury,Le mercredi 29 février 2012 à 10:30:00 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

La pétition lancée par le site OurPublicLibrary.to et activement soutenue par l'auteure canadienne Margaret Atwood (voir notre actualitté) n'a pas bouleversé les plans municipaux : oui, la bibliothèque de Toronto verra son budget sévèrement amputé et oui, l'organisme de prêt devra faire appel à des annonceurs privés pour équilibrer ses comptes. 

 

Le conseil de la bibliothèque publique de Toronto s'est réuni lundi soir pour débattre d'une collaboration avec des annonceurs privés, visant à tirer des fonds de la vente d'espaces publicitaires. Pour remplir cet objectif, plusieurs recommandations ont été faites aux bibliothécaires, dans un rapport que l'on peut trouver sur cette page.

 

La Toronto Reference Library

 

 

Deux étapes ont été définies : la première appelle à la vente d'espaces publicitaires plus importants dans What's On, une publication gérée par la bibliothèque. Des publicités devraient également apparaître au dos des reçus spécifiant la date limite de retour des documents. La seconde étape est plus radicale puisqu'elle propose l'instauration d'espaces publicitaires sur le réseau WiFi de la bibliothèque, sur son site Internet, mais également sur son parc de véhicules.

 

En conclusion de ces recommandations, on peut lire que « La bibliothèque reconnaît que la publicité peut constituer une source de revenus. Néanmoins, la mission première de la bibliothèque est de fournir un service de qualité aux habitants de Toronto, dans un environnement accueillant et bienveillant. »

 

Steve Kupferman, un journaliste du Torontoist, explique dans un post pourquoi l'idée est « mauvaise » : certes, la bibliothèque perd 17 millions $ de fonds, mais la publicité n'est sûrement pas un moyen de résorber la plaie. S'appuyant sur l'exemple de la Société de transports de la capitale (TTC) qui a vendu des espaces publicitaires, il avance l'hypothèse que la mesure serait insuffisante, voire carrément inutile, pour la Toronto Public Library : « Il ne fait aucun doute que les revenus publicitaires sont réels, mais ils n'ont certainement pas permis à la TTC de conjurer la réduction de ses services et la hausse des tarifs. »

 

En effet, les revenus publicitaires s'élèveraient pour la TTC à 20 millions $, une broutille comparés au 1,4 milliard $ de dépenses annuelles. « Et il s'agit de la TTC, une énorme structure dotée d'une audience constante » ajoute Kupferman, pour qui le jeu des annonceurs ne vaut pas la chandelle.

 

D'autres solutions avaient été proposées, comme la hausse des pénalités de retard, la facturation des places de parking ou la vente de livres d'occasion. Et Kupferman de conclure : « Ceux qui bénéficieraient le plus de cette mesure sont les politiques, qui rechignent à dépenser l'argent des impôts là où c'est nécessaire. »

 

On souhaite aux adhérents de la bibliothèque de Toronto de ne pas voir surgir dans quelques mois un pop-up quand ils seront plongés dans leur lecture.

Sources : Quill and Quire , Torontoist , Open File

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

Livre numérique gratuit

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com