Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

Bibliothèques : aucun modèle ne fonctionne pour le prêt d'ebooks

Donc tout est à inventer ?

Le lundi 25 mars 2013 à 18:08:03 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Le ministère de la Culture avait mandaté l'institut IDATE pour la rédaction d'une étude portant sur l'offre commerciale de livres numériques à destination des bibliothèques de lecture publique. Une concertation essentielle, alors que l'offre est actuellement des plus primaires, et qui permettra au ministère de la Culture de disposer d'une base de réflexion. 

 

 


 

 

Pour comprendre les enjeux du marché, l'étude a examiné l'offre dans différents pays étrangers, États-Unis, Canada, Allemagne, Espagne, Royaume-Uni, Suède et Pays-Bas, pour obtenir une base d'étude. Une quarantaine d'entretiens ont permis de dresser plusieurs constats : 

 

• La France se caractérise par une pénétration du livre numérique en bibliothèque relativement faible, mais il faut néanmoins nuancer la question du "retard français" en la matière, car l'offre proposée aux bibliothèques y est plus large que dans les autres pays européens étudiés.
 • Les services de livres numériques en bibliothèques sont plus développés dans les pays anglo-saxons, surtout aux États-Unis où une offre de titres récents, proposée selon le modèle du téléchargement dans un contexte de fort taux d'équipement de la population en terminaux de lecture a déclenché une demande significative chez les usagers des bibliothèques.
• La question du lien entre livres numériques et plates-formes est devenue centrale, la diffusion du livre numérique en bibliothèque s'effectuant de ce fait, dans les différents pays étudiés, en l'absence des libraires.

 

« Un constat s'impose au terme de la comparaison internationale menée dans ce rapport : dans aucun pays n'émerge à ce jour un modèle stable pour la distribution du livre numérique en bibliothèque. L'impact de la numérisation sur le marché du livre, l'apparition possible de modèles de location restent des inconnues. En ce qui concerne plus particulièrement le prêt numérique, on peut qualifier la demande d'émergente au moins en Europe », conclut l'IDATE.

 

Et de préconiser notamment le téléchargement avec DRM (dès lors que ceux-ci ne sont pas trop contraignants), attendu que cette solution de compromis constituerait une vois moyenne, là où l'absence de verrous serait une « disparité forte entre les offres directement accessibles au grand public et celles distribuées via les bibliothèques ». 

 

Le second point serait de mettre en place un fonds homogène « compréhensible par les usagers est indispensable. La disponibilité des titres récents contribue bien entendu directement à l'attractivité d'un tel fonds. Pour autant, il nous semble que les usagers des bibliothèques acceptent, dans l'univers papier, un décalage de quelques mois entre la disponibilité en librairie et celle en bibliothèque ». 

 

De cette vision d'un équilibre des relations entre éditeurs et bibliothèques peuvent être dérivées quelques pistes de réflexion à court terme :


1. Subordonner l'attribution des aides à la numérisation à l'intégration des ouvrages numérisés dans des offres destinées aux bibliothèques
Les éditeurs pourraient être encouragés à étoffer leurs offres à destination des bibliothèques si les conditions d'éligibilité de l'aide à la numérisation du Centre National du Livre incluaient la mise à disposition des ouvrages aidés dans des offres destinées aux bibliothèques, dans un délai maximum à déterminer.
2. Définir des stratégies d'acquisition "livres numériques" dans les bibliothèques
Il serait utile que les bibliothèques définissent explicitement leur stratégie de constitution d'un fonds de livres numériques, au-delà du principe général d'accès à l'ensemble des titres disponibles. Cette stratégie donnerait également une meilleure visibilité aux éditeurs quant aux arbitrages des bibliothèques entre livre imprimé et livre numérique, pourrait contribuer à définir des priorités pour la numérisation des fonds et aiderait les éditeurs à "éditorialiser" leurs bouquets de titres. 

3. Réaliser des économies d'échelle au niveau territorial
Il semble souhaitable que des économies d'échelle soient réalisées en évitant la multiplication des lancements de services de prêt numérique par de trop petites bibliothèques, qui peuvent être desservies par un service de prêt numérique (éventuellement en marque blanche) développé par la bibliothèque départementale de prêt.
4. Intégrer le livre numérique dans la question générale de la rénovation des SIGB des bibliothèques
La rénovation des SIGB des bibliothèques devrait explicitement intégrer la gestion du livre numérique, selon plusieurs scénarios : la capacité du SIGB à s'interfacer avec les plates- formes externes ; la capacité du SIGB à accueillir des fichiers numériques. L'offre commerciale de livres numériques à destination des bibliothèques de lecture publique

5. Définir des modèles d'offres types entre bibliothèques et éditeurs

Un cadre commun de définition d'offres, stabilisant les différents concepts (perpétuel, limité, téléchargement, consultation en ligne) devrait être établi entre représentants des bibliothèques et des éditeurs.

6. Clarifier les relations contractuelles entre plates-formes et bibliothèques

Les plates-formes de distribution vers les bibliothèques pourraient être incitées à clarifier leurs offres. Des recommandations pourraient être émises sur les principales clauses des contrats, notamment en ce qui concerne la différentiation entre prestations techniques et acquisition de licences, et le statut des licences acquises en cas de résiliation du contrat. Ceci implique notamment de poursuivre la clarification du statut juridique du livre numérique.

7. Expérimenter en vraie grandeur sur des offres réelles

En l'absence de retours d'usages probants, il serait utile à l'ensemble de la profession de déployer une offre complète (y compris les nouveautés) sur un nombre limité de sites. D'autre part, il serait utile que les différentes plates-formes acceptent de mutualiser leurs données statistiques d'usages.

 

Consulter l'intégralité de l'étude : 

 

  Etude offre commerciale de livres numériques pour les bibliothèques.pdf by ActuaLitté

Pour approfondir

photo Mazin Cécile

   

Journaliste ActuaLitté. Dame bibliothèque et pionnière du droit des femmes dans la rédaction. Actualités générales.

 

Mots clés :
prêt d'ebook - étude - ministère de la Culture - DRM



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Pourquoi écrivez-vous, Olivia Elkaim ?

  . Olivia Elkaim est l'auteur de trois romans : Les Graffitis de Chambord (Grasset, 2008), Les Oiseaux noirs de...

Une Biblioboite ? Avec quoi dedans ?

Grace à ma Biblioboite, je suis e-Bibliothécaire ambulant maintenant ! Avoir une Biblioboite c'est bien… mais s'il...

Facebook, une vraie fausse bonne idée pour les auteurs indépendants

Les auteurs — et en particulier les auteurs indépendants — ont du pain sur la planche. S'ils souhaitent être lus, ils...

pub

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com