Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

Bibliothèques : s'éloigner des livres pour devenir "troisième lieu"

Les bibliothèques doivent-elles se consacrer à d'autres sujets que la lecture ?

Le mercredi 05 mars 2014 à 12:20:19 - 2 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Si les bibliothèques n'ont plus l'apanage de l'accès à la culture, elles font toujours figure de « troisième lieu », un endroit autre que celui du travail ou de la vie privée, favorisant les rencontres et le lien social. Les recherches architecturales tendent désormais à penser ces espaces de manière différente, par rapport à la seule nécessité de stocker et de présenter des documents.

 


Le plan retenu pour la Washington DC Library, par Mecanoo Architecten et Martinez+Johnson Architecture

 

 

Le principe du troisième lieu est particulièrement apprécié par les citoyens : gratuit et ouvert à tous, il permet de fréquenter ses semblables dans une relative sérénité. Pour lire, travailler, écouter de la musique ou regarder un film : autant d'activités qui font de l'ombre à la première, à la base de la bibliothèque. À présent, les établissements mettent l'accent sur d'autres fonctionnalités, en privilégiant des espaces ouverts, à l'extérieur ou entre les murs.

 

Le projet retenu pour la refonte de la bibliothèque de Washington DC, mis au point par les cabinets Mecanoo Architecten et Martinez+Johnson Architecture, est particulièrement révélateur. Le rez-de-chaussée de l'établissement accueillera la « Salle des Innovations », dotée de murs isolants mobiles et de petites scènes, pour organiser des réunions ou des conférences à public restreint. Un espace ouvert, où le bruit ne sera pas exclu comme dans le reste du bâtiment.

 

À cet espace d'animation ouvert à tous s'ajoute un auditorium plus imposant, pour les événements à grande échelle, mais aussi un café, une librairie et un espace pour les plus jeunes, où jouer ou regarder des films. Bien entendu, la bibliothèque conserve tout de même des espaces de lecture, mais ils ne sont plus, désormais, la seule priorité.

 

 

 

 

Par ailleurs, l'établissement (de grande échelle, certes) se doit aussi de proposer un espace ouvert, une terrasse en l'occurrence. Un parking souterrain facilitera également le stationnement des usagers. Le projet a visiblement été bien accueilli, même si une polémique n'a pas tardé : les plans présentent en effet des espaces susceptibles d'accueillir des bureaux privés, et ce mélange dans les murs d'une bibliothèque privée fait tiquer. 

 

La présentation du projet de réaménagement de la New York Public Library avait de même provoqué l'ire des usagers, et même des écrivains, en suggérant la mise en place d'un café à l'intérieur de l'établissement. Si l'arrivée d'un espace privé dans un établissement public peut effrayer, il pourrait permettre de boucler les dépenses nécessaires : sur les 250 millions $ facturés pour le réaménagement de la Washington DC Library, seuls 103 millions $ seront fournis par la ville.

 

De la même manière, la possibilité de vendre des ouvrages à l'intérieur de la bibliothèque est étudiée, notamment au format numérique.

Sources : The Verge , Gizmodo

Pour approfondir

photo Oury Antoine

   

Rédacteur en chef adjoint. Créateur du Juke-Books littéraire. Sensible aux questions sociales. A l'écoute sur http://www.coupdoreille.fr

 

Mots clés :
bibliothèque - architecture - Washington DC - troisième lieu



Réactions

Publié par coco

 

J'aimerais tout de même bien trouver des livres dans la bibliothèque! Juste, ça fait vieillot!

Écrit le 07/03/2014 à 23:50

Répondre | Alerter

Publié par Yop

en réponse à coco  

@coco

Je n'avais pas vu ta remarque plus tôt, dommage...J'adhère complètement. Ce qui manque en bibliothèque ce sont des livres, encore des livres. Les budgets subissent l'austérité, les livres la censure des crétins, des incultes à écharpent qui n'achètent que du Levy ou du Pancolle, quand ce n'est les prestataires d'abonnements qui font les achats à la place du conservateur - absent ou mal payé - qui devraient faire toute la place à la vraie littérature actuelle, celle qui n'encombre pas les rayons des hypers ou des grandes surfaces du livre.

Écrit le 17/03/2014 à 10:23

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

pub

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Vers l'infini et au-delà : « Spoutnik », 49ème nouvelle du Projet Bradbury

Alors, bande de petits veinards, on est en vacances ? Pas moi ! Le Projet Bradbury se reposera quand il en aura terminé avec les [...]

Les écrivains et leurs lecteurs

  Je viens de lire deux ouvrages très différents qui mettent cependant en scène tous les deux des écrivains et des [...]

Surfing, Jim Heimann

Présentation de l'éditeur : Apportez une touche d'adrénaline à votre quotidien. Avec le calendrier perpétuel [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com