Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

Couper le budget d'une bibliothèque... pour ouvrir une prison ?

Comme une erreur de casting, là

Le vendredi 15 novembre 2013 à 16:37:55 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

La ville de Lafourche Parish, en pleine Lousiane, s'agite beaucoup actuellement. Si Victor Hugo proposait d'ouvrir une école pour fermer une prison, les autorités locales ont probablement oublié leurs classiques. En effet, le financement d'une des bibliothèques de la ville pourrait être revu... au profit de la construction d'une nouvelle prison.

 

 

San Juan Capistrano Jail Cell
888bailbond, CC BY-ND 2.0

 

 

La Biblioteca Hispana, une des neuf branches de la bibliothèque locale propose en effet des cours d'anglais aux Mexicains. Et pour Lindel Toups, président du Conseil de la ville et fervent partisan des prisons, cette situation est insupportable. Cité par le Los Angeles Times, il s'explique : « Que ces fils de pute retournent au Mexique. Il y a tellement de choses avec lesquelles je suis en désaccord.... Les junkies, les hippies, ceux qui profitent des coupons alimentaires, et tout ça, ils utilisent la bibliothèque pour se renseigner sur les drogues et les coupons alimentaires [avec internet]. Je les vois faire ! »

 

En colère, voire enragé, le bonhomme souhaiterait donc que les crédits alloués à l'établissement soient redirigés vers un établissement pénitencier. Demain, un scrutin, sous la forme de referendum, doit intervenir pour que les habitants tranchent : une partie des recettes liées aux impôts fonciers doit-elle être destinée à l'établissement, ou plutôt utilisée pour une nouvelle prison ? 

 

Laura Sanders, directrice du Library System ne l'entend pas de cette oreille : « Nous sommes ici pour venir en aide à tous les habitants de Lafourche Parish. Peu importe le groupe ethnique auquel ils appartiennent - nous les aidons tous. » 

 

Le couac, c'est que l'actuelle prison a été conçue dans les années 70 pour accueillir une centaine de détenus, et qu'à l'heure actuelle, ils sont près de 250. Une surpopulation carcérale qui induit des débordements de violence évidents, et malheureusement difficiles à contenir. Lindel Toups s'énerve : « C'est la pire prison que j'ai jamais vue, et j'en ai visité sept ou huit dans les environs. » Or, selon lui, il serait possible de construire la nouvelle prison, avec les fonds de la bibliothèque, sans qu'il n'en coûte rien aux contribuables : simplement en réorientant les financements.

 

De leur côté, les fonctionnaires de la ville s'inquiètent de ce qu'un mandat fédéral pourrait intervenir pour les forcer à créer cette nouvelle prison, s'ils ne s'en préoccupent pas maintenant. « Ils ont trop d'argent. Nous donnons au public l'opportunité d'ouvrir une prison sans aucune augmentation des impôts. Un aveugle pourrait le voir », fulmine Toups. 

 

Sanders, pour sa part, tente de calmer le jeu : « La bibliothèque ne dit pas que nous n'avons pas besoin d'une nouvelle prison. » Simplement, son fonctionnement, et son bon fonctionnement, implique une certaine somme d'investissements, qui, s'ils ne sont pas réalisés, handicaperont les personnels.

 

Si le scrutin tourne en faveur de la prison, ce sont 800.000 $ que la bibliothèque perdra chaque année, durant 30 ans, à compter de l'an prochain, soit 11 % de son budget actuel. Et bien entendu, son déficit ne fera qu'augmenter, avec la détérioration de ses services. Faut-il, pour compenser l'état déplorable de l'actuel centre de détention, que la bibliothèque soit réduite à peau de chagrin, durant les trente prochaines années, interroge la directrice ?

Pour approfondir

photo Gary Nicolas

   

Directeur de la publication de ActuaLitté. Homme de la situation.

 

Mots clés :
ouvrir une prison - financement - bibliothèque - Mexicains



Réactions

Publié par Doutreligne

 

En tant que "revue littéraire", cela vous ennuierait-il d'écrire en FRANÇAIS ?
Je cite : "les crédits alloués à l'établissement soient redirigés vers un établissement pénitencier." (Pénitentiaire)
Il aurait mieux valu écrire tout simplement : "les crédits alloués à l'établissement soient redirigés vers un pénitencier.", ce qui aurait aussi évité la fâcheuse répétition de "établissement"
Je reste à votre service pour toute correction de texte (de préférence avant publication)

Écrit le 18/11/2013 à 19:25

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

La tête sous l'eau

Le corps, une fois dans l'eau et en profondeur, remonte toujours à la surface. Il est comme une bouée, un ballon : il [...]

Index des articles parus sur les ensablés depuis 2011 – réouverture du blogue fin août

Chers lecteurs, voici les vacances et l'occasion de lire, découvrir ou redécouvrir des auteurs oubliés. Vous trouverez [...]

Livre numérique gratuit

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com