Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

L'emprunt numérique devrait connaître un pic d'adoption

Et les seniors ne feraient pas exception

Par Julien Helmlinger,Le jeudi 27 décembre 2012 à 15:18:21 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Comme le rapporte aujourd'hui le Times Colonist, tandis que les tablettes, ereaders et autres livres numériques ont constitué cette année les cadeaux de Noël en vogue, les bibliothèques devraient connaître une montée en flèche des emprunts d'ebooks par les usagers du service public. Et contre les idées reçues, les baby-boomers et autres seniors ne feraient pas exception.

 

 

 (CC BY 2.0 via Flickr)

 

 

La responsable des services techniques de la bibliothèque publique canadienne Greater Victoria, Rina Hadziev, a relevé une augmentation de 182 % des emprunts de livres numériques entre janvier et novembre 2012. Tandis que sur près de 195.000 détenteurs de cartes, environ 33.500 d'entre-eux auraient emprunté un ebook.

 

La collection du système de l'établissement compte à ce jour 47.600 livres numériques, et plus de 17.800 livres audio, des chiffres par ailleurs en constante augmentation.

 

Elle a déclaré : « Les baby-boomers et les personnes âgées ont été d'importants usagers de la lecture numérique. C'est une communauté qui utilise énormément la bibliothèque, qui adopte de nouvelles tendances de lecture, donc je ne serai pas surprise que nous bénéficions d'un taux d'adoption énorme. »

 

La collection de livres électroniques de la bibliothèque peut être consultée par la plupart des ordinateurs, tablettes, smartphones autres e-readers, à l'exception du Kindle d'Amazon. 

 

L'emprunt numérique n'est pas tellement différent en soi de son pendant traditionnel, si ce n'est qu'il apporte quelques facilités pour les usagers comme pour les bibliothécaires. Ainsi, une fois l'application d'emprunt téléchargée, l'usager peut emprunter des livres sans avoir à se déplacer dans l'établissement. Quant au personnel de la bibliothèque, il n'a plus à se soucier d'éventuels retards de retours de livres, car ceux-ci sont automatisés.

 

Une des raisons qui rend l'ebook populaire auprès des usagers seniors, et notamment de ceux qui souffrent de problèmes de vue, c'est que leurs textes peuvent être agrandis d'un simple clic.

 

Rina Hadziev a ajouté : « Il y a beaucoup de titres, mais comment savoir s'il s'agit de bons livres ? La bibliothèque ne sert pas qu'à fournir un livre physique, il s'agit également de montrer où vous avez besoin d'aller. Pour les bibliothécaires, la période est très stimulante. »

 

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com