Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

La BnF met son véto aux Copy Party en bibliothèques

Copywrong ?

Le mercredi 30 janvier 2013 à 14:05:35 - 2 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

En décernant son 1e prix à une Copy Party, ces rendez-vous où chacun ramène son propre dispositif pour copier des documents en prêt dans les bibliothèques, l'I-expo 2012 a peut-être, sans le savoir, encouragé une pratique illicite. C'est en tout cas l'avis de la Bibliothèque nationale de France, qui, au détour d'un avis rendu à la commission de l'Hadopi, condamne la pratique de la Copy Party.

 

 

 Nothing but pirates

Jumpin'Jack, CC BY-SA 2.0

 

 

Non, les Copy Party ne sont pas de gigantesques fêtes rassemblant les pirates du monde entier : il s'agit plutôt d'une alliance de grands consommateurs de produits culturels, plus que jamais désireux de respecter, et de faire respecter la loi. En effet, selon le principe de licéité de la source introduit par la modification de l'article 311-1 du CPI, la copie privée, à l'aide d'un équipement strictement personnel, et à des fins tout aussi personnelles, serait tout à fait légale.

 

Depuis cette date du 20 décembre 2011, une Copy Party a été organisée, avec succès, par l'IUT de la Roche-sur-Yon, et avait à l'époque mobilisé l'attention sans faire de vagues, ou presque. Cependant, cette exception au droit d'auteur « transposé directement du traité de l'OMPI et passée par la loi communautaire » d'après Calimaq, ne paraît pas légitime à la Bibliothèque nationale de France, selon la contribution qu'elle a fait parvenir au chantier des exceptions au droit d'auteur du collège Hadopi : 

La Bibliothèque nationale de France (BnF) insiste sur le fait qu'il ne suffit pas que l'accès à la source soit licite pour que toute copie soit elle-même licite, puisqu'il faut également respecter le test en trois étapes. De ce point de vue la pratique des « copy-parties » en bibliothèques lui semble illicite.

Cet intrigant « test en trois étapes » propose en fait trois conditions à la validité de cette exception au droit d'auteur : si l'usage privé constitue la 1re condition, les 2 autres sont plus floues. Ainsi, l'exception de copie privée ne doit pas porter atteinte à l'exploitation normale de l'oeuvre, sans que soient précisées ces conditions, ni causer de préjudice injustifié aux intérêts des titulaires de droit. Autant de restrictions qui font office de « garde-fou, mis dans la loi pour limiter la portée des exceptions » explique Calimaq.

  

« Après la 1e Copy Party, des agents de la BnF se sont tournés vers les services juridiques, qui ont jugés cette pratique comme illicite au regard de leur propre règlement intérieur en matière de copie » poursuit-il. Effectivement, le règlement intérieur de la BnF s'avère plutôt restrictif en matière de copie :

La photographie individuelle, le tirage de microforme reproduisant des manuscrits et les documents iconographiques ainsi que la copie numérique (déchargement ou envoi par courriel) sont autorisés exclusivement pour les documents publiés ou datant de plus de 90 ans, à l'exception des documents dont il est avéré qu'ils ne sont pas tombés dans le domaine public. Dans le cas d'un document reproduit intégralement ou partiellement en fac-similé, la date à prendre en considération est la date du document original et non celle de l'édition du fac-similé. 

 Autant dire que la copie, même abordée dans un cadre absolument légal, est soumise à un régime totalement différent entre les murs du Paquebot, où la tenue d'une Copy Party semble relever du fantasme. « Si on se base sur le droit, la jurisprudence Mulholland Drive considère que la copie privée peut porter atteinte à l'exploitation normale de l'oeuvre, mais l'interprétation du test des trois étapes est remis en cause par des professeurs de droit européens », explique le juriste. 

 

D'après lui, la Bibliothèque nationale de France défend « une thèse fermée », qui ne correspond à sa fonction première de méditation entre public et produits culturels.  

Pour approfondir

photo Oury Antoine

   

Rédacteur en chef adjoint. Créateur du Juke-Books littéraire. Sensible aux questions sociales. A l'écoute sur http://www.coupdoreille.fr

 

Mots clés :
Bibliothèque nationale de France - copy party - hadopi - véto



Réactions

Publié par Valentin

 

Ho! Alors là, ils ont raison.
Diffuser le savoir et la culture, c'est très très dangereux.
Allez jouer au foot plutôt.. On s'occupe de tout.
Ha il va avancer le pays, avec des cons pareils !

Écrit le 31/01/2013 à 09:47

Répondre | Alerter

Publié par Richard

en réponse à Valentin  

Dans le genre vous-nous-ennuyez-avec-votre-polémique-sur-la-privatisation-du-domaine-public-on-va-pourrir-votre-copy-party, ils font très fort ...

Écrit le 31/01/2013 à 11:42

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Pourquoi écrivez-vous, Olivia Elkaim ?

  . Olivia Elkaim est l'auteur de trois romans : Les Graffitis de Chambord (Grasset, 2008), Les Oiseaux noirs de...

Une Biblioboite ? Avec quoi dedans ?

Grace à ma Biblioboite, je suis e-Bibliothécaire ambulant maintenant ! Avoir une Biblioboite c'est bien… mais s'il...

Facebook, une vraie fausse bonne idée pour les auteurs indépendants

Les auteurs — et en particulier les auteurs indépendants — ont du pain sur la planche. S'ils souhaitent être lus, ils...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com