Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

La littérature érotique fait grimper les prêts au format numérique

Fripponne comme une bibliothécaire anglaise

Le jeudi 21 février 2013 à 17:34:57 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Les lecteurs du sud de l'Angleterre auraient-ils un goût prononcé pour les lectures coquines ? Rien n'est certain, mais le conseil des bibliothèques du Surrey a pu observer des effets bien visibles. De 2011 à 2012, le prêt de livres numériques a bondi de 16.231 à 19.847 unités. Chose à savoir, il ne concerne pas le format .MOBI de Kindle, non supporté par les bibliothèques. Cette hausse notable se retrouve particulièrement les romans érotiques avec 22% d'augmentation sur l'année passée.

 

 

 

Une forte croissance qu'Helyn Clack, membre du cabinet de services du comté, attribue à la généralisation du prêt numérique, mais aussi à la relative discrétion du mode de consommation. Si l'emprunt n'est pas anonyme, l'absence de couverture un brin explicite ou de titre rend le plaisir coupable moins honteux.

 

Un phénomène local fortement marqué

 

« La manière dont les gens empruntent et lisent des livres subit une révolution numérique bousculant autant les bibliothèques que l'édition », explique Clack. Et le passage à l'encre numérique permet de franchir le cap de l'emprunt et de la lecture dans les lieux publics. Dans le Surrey, la tendance a été bien anticipée et le phénomène semble bien ancré : à ce jour, la moitié des personnes qui fréquentent les établissements le font pour des lectures numériques.

 

Déjà l'année dernière, les bibliothèques du comté s'étaient démarquées en devenant un des moteurs de la diffusion par prêt de 50 nuances de Grey. Au point de faire dire à Harry Wallop du Telegraph que le Surrey est désormais la capitale britannique de la fiction érotique. Les chiffres parlent d'eux-mêmes, 20 % des emprunts de la trilogie de James ont eu lieu sur le comté.

 

Le conseil des bibliothèques du comté du Surrey s'est fendu d'une liste des 10 ouvrages du genre les plus empruntés dont Bedded by the Greek Billionaire ou The Lady Confesses. Rien pourtant ne laisse supposer un engouement spécifique des habitants de la région pour le genre. Si ce n'est une densité de millionnaires et de femmes au foyer supérieure à la moyenne nationale.

 

De quoi susciter bien des fantasmes.  

Sources : BBC News , Le Telegraph , Your Local Guardian

Pour approfondir

photo Bastien Morel

   

Chroniqueur-interviewer culture, web & phénomènes de société.

 

Mots clés :
érotique - litterature - prêt - bibliothèque



Réactions

Publié par Maths-fan

 

22% d'augmentation totale, et 22% d'augmentation spécifiquement pour les livres érotiques...
Est-ce à dire que TOUS les prêts concernent des livres érotiques? Autrement, ceux-ci sont simplement dans la moyenne...

Écrit le 21/02/2013 à 18:01

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Nous étions une histoire, Olivia Elkaim

J'ai dit sur My Boox tout le bien que j'ai pensé du roman d'Olivia Elkaim (Stock, février 2014, 256 pages,...

Ma Biblioboite

Une Bibliobox ? Kezaco ? La genèse de la bibliobox (LibraryBox) commence avec celle de la PirateBox. Une PirateBox, c'est...

Chroniques du Lac: « L'innocent » de Philippe Heriat (1908-1971), par Elisabeth Guichard-Roche

A l'occasion de l'article « Siegfried et le Limousin », je vous avais expliqué la genèse des « chroniques du...

Livre numérique gratuit

pub

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com