Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

Le département de la Musique de la BnF quittera la rue Louvois

Petit déménagement, souhaité par le ministère de la Culture

Le mardi 09 avril 2013 à 00:02:23 - 11 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

La directrice générale de la BnF, Jacqueline Sanson, vient d'annoncer que le ministère de la Culture souhaitait déplacer le département de la Musique de la BnF, actuellement sis au 6 rue Louvois. 

 

Proche de Richelieu, avec plus de 2 millions de documents, l'établissement n'a pas encore trouvé de destination. « Cette annonce constitue une véritable catastrophe pour les lecteurs, les agents qui y travaillent, mais c'est surtout une attaque sans précédent du ministère contre les missions de la BnF », estime la CGT.

 

Pour approfondir

photo De Sepausy Victor

   

Rédacteur en chef de ActuaLitté. Minutieux. Homme de lettres et de pages (de caractères)

 

Mots clés :
bibliothèques - BnF - Département de la musique - déménagement



Réactions

Publié par la petite souris

 

cette dame fait-elle partie du corps de fonctionnaires, qui statutairement peuvent prétendre à la Direction d'un grand Etablissement public ?

Écrit le 09/04/2013 à 13:07

Répondre | Alerter

Publié par Corentin

 

Quel mépris dans "cette dame".

Comme écrit dans l'articulet, Mme Sanson relaye la décision du ministère de la Culture.

Que doit-elle faire ? Flinguer sa carrière pour voir de toutes façons quelqu'un d'autre exécuter le demande de son autorité de tutelle ?

Quant à la réaction de la CGT, elle sans surprise et curieuse. Sans surprise, car piochée dans un catalogue de réaction qu'elle partage avec Mélenchon pour la dialectique.

Curieuse, car il ne s'agit que de déplacer le département de la Musique. Où ? Nous ne le savons pas. Peut-être relocalisé dans le quadrilatère Richelieu ?

Écrit le 09/04/2013 à 13:30

Répondre | Alerter

Publié par luc nemeth

 

Corentin vous pourrez dire à ceux ou celle qui vous envoient, qu'on ne parviendra pas à nous faire croire que deux et deux font cinq... Quant à votre indignation maladroitement surjouée, avec des expressions du type "flinguer sa carrière", elle a pour seul effet d'attirer l'attention sur tout ce gratin-BNF, fondamentalement nostalgique de l'Ancien régime, mais qui sous la République de droite comem sous celle de "gauche" n'aura pas eu trop à se plaindre jusqu'ici pour sa carrière.
Et attendez, Corentin, ce n'est pas tout.
Je m'étonne de vous voir rappeler que celle que vous appelez "Mme Sanson" -dont acte- relaye la décision de la Culture, et ce, sans aussitôt vous en prendre à la Culture.
Poursuivriez-vous des buts exclusifs de blanchiment ?
Non croyez-moi Corentin : votre commentaire n'a pas plus de crédibilité, et pour tout dire ne pèse pas plus lourd, que de la roupette de sansonnet.

Écrit le 09/04/2013 à 14:33

Répondre | Alerter

Publié par corentin

 

@ luc nemteh : mon commentaire n'a pas plus de sincérité, que quoi ?

Que les autres commentaires ? Ils ne sont pas pas sincères non plus alors ?

Ce que je n'aime pas c'est le flingage systématique de la BNF, sans avancer de propositions, en s'imaginant que les dirigeants de la BNF n'ont que pour seule ambition de détruire la BNF.

Non, je ne m'en prends pas à la Culture, car ce n'est pas le fond de ma réponse.

Non, personne ne me guide. Et vous, vous parlez au nom de qui ? Vous êtes le porte parole de qui ?

Sinon, en quoi ça vous gêne l'appellation "Mme Sanson" , Est-ce trop poli ? Dois-je écrire "La Sanson" ?

Écrit le 09/04/2013 à 16:47

Répondre | Alerter

Publié par luc

 

Corentin vous ne manquez pas de culot de parler de... "flingage systématique de la BNF" là où on est présence de violations du cahier des charges, qui si Filippetti n'était pas ce qu'elle est, vaudrait les plus graves ennuis aux personnes que maladroitement, vous protégez...

Écrit le 10/04/2013 à 11:05

Répondre | Alerter

Publié par Daniel Dupont

 

Encore une fois Jacqueline Sanson sacrifie la BnF qu'elle prétend défendre. Ça fait vraiment penser à ces gens qui disent : "Sans moi, c'est le malheur qui va arriver !" cependant que le malheur et la catastrophe arrivent avec eux et leur caution.

Elle aurait dû avoir la dignité de s'opposer une seule fois à une décision gouvernementale mais c'est à croire que seul le pouvoir, ses atours et avantages ont une force d'attraction très particulière.

En tout cas, un palier est franchi : c'est la première fois qu'on entame si fortement la BnF dans son immobilier (si l'on excepte les démolitions récentes en faveur du MK2 sur le site François-Mitterrand)

Écrit le 10/04/2013 à 19:10

Répondre | Alerter

Publié par Alexandra

 

Lisez bien: cela n'est que le commencement de la fin. Comprenne qui voudra ou pourra.

Écrit le 11/04/2013 à 03:24

Répondre | Alerter

Publié par luc

 

(@Daniel Dupont) je suis solidaire de votre propos bien sûr, mais je me demande si le mot "dignité" est le plus adapté. Qu'il s'agisse de la hiérarchie-BNF, ou des hautes sphères de la rue de Valois : on est ici dans un milieu où on se ferait passer sur le corps, plutôt que de rien faire qui puisse être contraire à son intérêt personnel.

Écrit le 11/04/2013 à 13:05

Répondre | Alerter

Publié par Daniel Dupont

 

Je ne puis en rien contredire votre propos, hélas, Luc, vous avez tout compris.

Écrit le 14/04/2013 à 18:57

Répondre | Alerter

Publié par luc

 

merci, Daniel -et je compte sur vous bien sûr, pour faire passer le mai sage !

Écrit le 15/04/2013 à 15:15

Répondre | Alerter

 

12

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Le Prix Gulli 2013 consacre Le Manoir d'Evelyne Brisou-Pellen
Pour son édition 2013, le Prix Gulli du roman (voir notre actualitté) couronne Le Manoir d'Evelyne Brisou-Pellen (Bayard Jeunesse, 450 pages, 13,50 €), rapportent nos confrères des Histoires sans fin.   Publié en mars dernier, ce roman est en fait le premier d'une nouvelle série ouverte [...]

L'association BiblioPat a désormais son site
A l'origine regroupés autour d'une liste, les bibliothécaires de l'association BiblioPat viennent de lancer un site Internet. Grâce à ce nouvel outil, ils espèrent bien contribuer à développer encore davantage leur communauté afin de partager expériences et questionnements.   Le site [...]

Europeana lance une application gratuite
La bibliothèque numérique Europeana, qui rassemble des millions d'œuvres européennes, vient de lancer sa première application gratuite pour iPad. En téléchargeant cet outil, vous accéderez aux collections numérisées de nombreux musées et bibliothèques de l'Europe.   Baptisée [...]

Pascal Renaudineau réunit Paris et Marseille le temps d'un roman
Au sein de son premier roman, Paris, Marseille, mes amours (Editions Dédicaces, 296 pages, 7,69 € pour la version numérique), l'écrivain et journaliste Pascal Renaudineau nous amène à suivre les traces d'une jeune fille qui passe toute son enfance au cœur de Paris, sur la butte [...]

La baisse du nombre de redoublements ne redresse pas le système éducatif
Depuis près de trente ans, le nombre des redoublements pratiqués dans le système éducatif français est en baisse constante, avec une accélération très nette opérée ces dernières années. Pourtant, la fin du redoublement (sauf cas exceptionnels), présentée comme la solution miracle par [...]

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Qui a peur du grand méchant loup ? « Chrono », 50ème nouvelle du Projet Bradbury

Le temps file : déjà le 50ème texte. D'ordinaire, chaque palier en dizaine est une source de satisfaction, mais à deux [...]

Le Paris me des kids, Marcella & Pépée

Présentation de l'éditeur : La Tour Eiffel dans tous ses états comme vous ne l'avez jamais vue. Couleurs pop et [...]

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com