Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

Le prêt d'ebooks en forte croissance, avec des éditeurs toujours inquiets

Logique, évidemment

Par Cecile Mazin,Le jeudi 27 octobre 2011 à 09:08:51 - 2 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Emprunter des livres numériques à une bibliothèque n'est pas encore entré dans les moeurs françaises. Mais outre-Atlantique, c'est autre chose. Comme d'autres, la New York Public Library dispose d'un double catalogue : papier et numérique. Et la demande est forte...


Avec 6 millions de pbooks contre 75.000 ebooks prêtés, l'établissement fait encore la part belle à l'imprimé. Mais au cours des 12 derniers mois, le prêt de livres numériques a augmenté de 81 %. Avec un catalogue actuel de 35.000 titres, le directeur Christopher Platt voit bien le développement se faire.

 

 

Bon nombre de personnes viennent solliciter l'établissement pour ses ouvrages, et la bibliothèque a su coupler son immanquable présence physique, à une certaine occupation des réseaux sociaux. On compte ainsi plus de 150.000 followers sur Twitter et 40.000 'amis' sur Facebook. De quoi propulser plus facilement les titres qui arrivent, mais également susciter l'envie du prêt.

 

Cependant, un seul frein se fait jour : l'appréhension des maisons d'édition vis-à-vis du prêt de livres numériques. Christopher pointe ainsi les contraintes exercées sur les livres : nombre de téléchargements limité, avec une seule version numérique de livre par usager. Des questions qui ont déjà suscité de vives critiques, notamment à l'encontre de HarperCollins. (voir notre actualitté

 

L'appréhension est toujours la même : voir les ventes impactées par une offre trop abondante d'ouvrages mis en prêt. Et la question du modèle économique se pose une fois de plus pour les éditeurs, qui n'ont toujours pas trouvé de formule magique. Alors par défaut, on limite les usages. Et pour la bibliothèque, l'apport en contenu étant indispensable, il faut trouver des moyens de travailler avec les éditeurs...

 

Or, la croissance numérique pourrait également impliquer un détachement vis-à-vis du lieu même. Mais là encore, Christopher fait preuve d'une certaine confiance. Avec plus de 28 millions de documents prêtés en 2010, l'établissement reste un outil essentiel dans la vie des habitants.

Sources : CNN

Pour approfondir



Réactions

Publié par Chricri

 

Christopher ? On l'appelle par son petit nom ? :) C'est un bon pote, Chris ?

Écrit le 27/10/2011 à 17:21

Répondre | Alerter

Publié par La Rédaction

 

Cécile est hélas hors de contrôle, lorsqu'elle évoque un ancien confrère qui a réussi à devenir directeur...

Écrit le 27/10/2011 à 19:05

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

pub

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com