Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

Les bibliothèques de Floride censurent le 'porno pour mamans'

Ouch !

Par Cécile Mazin,Le mercredi 09 mai 2012 à 12:00:45 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Le livre de "porno pour mamans", qui fait un carton dans les librairies, numériques ou non, vient d'essuyer son premier revers, en étant censuré par les bibliothèques de Floride. Une décision sensationnelle, puisque toutes les autres bibliothèques du pays tirent largement profit de la popularité du livre.

 

Au Royaume-Uni, comme aux États-Unis, le livre est un succès phénoménal, occupant les meilleures ventes outre-Manche, avec un indécent succès. EL James, son auteure, fait pourtant face à une plainte des usagers de Brevard County, en Floride. Les bibliothécaires locaux estiment que le titre n'a rien d'érotique, mais fait bien plutôt un étalage de pornographie crasse. 

 

C'est que les relations sado-maso entretenues entre une jeune étudiante et un milliardaire ont de quoi amuser. Choquer, c'est beaucoup dire - sinon peut-être de par un style d'écriture assez plat. Mais pour Cathy Schweinberg, directrice de l'établissement, la chose est entendue : « C'est très simple : le livre ne répond pas à nos critères de sélection. Personne ne nous a demandé de l'enlever de nos rayons. Mais nous en avons acheté quelques exemplaires et nous avons réalisé ce que c'était réellement. Nous nous étions penchés dessus, parce qu'il était classé en soft porn ou porno pour mamans. Nous ne prenons pas de porno. » 

 

Point barre, dont acte et roulez jeunesse. 

 

Sauf que d'autres titres avec des contenus tout aussi contestables sont présentés à la bibliothèque. Ce n'est pas pareil, rétorque Schweinsberg : « Les autres livres ont été écrits des années auparavant, et sont devenus des classiques en raison de leur qualité textuelle. » Certes… mais avec trois millions d'exemplaires vendus outre-Atlantique et plus de 100.000 outre-Manche, le livre est un véritable carton. 

 

La résistance s'est pourtant organisée, en Floride, avec une pétition réclamant que Fifty Shades of Grey revienne dans les bibliothèques, « parce que l'interdiction de livres est une mauvaise chose, quelle que soit la manière dont le contenu est perçu ». 

 

Un texte sexuellement trop explicite et versant dans la pornographie, voilà qui relevait de la nécessaire censure. Pourtant, différents usagers attestent que même leur épouse, à l'approche de la fête des Mères, a envoyé des appels du pied, pour se faire offrir le livre. 

 

Mais enfin, dans la bibliothèque en question, le livre Sex, daté de 1992 de Madonna, est toujours exclu de l'établissement. 

 

Reste à savoir si même la version numérique a été censurée. C'est qu'une grande partie du succès de ce livre, provient avant tout de ses versions numériques. La discrétion est toute assurée pour les lecteurs qui désirent s'emparer de ce texte, et de tous les livres qui découlent de ce genre littéraire nouvellement créé. « Les ebooks sont fantastiques pour notre lectorat. L'immédiateté signifie que le lecteur peut lire une belle histoire, puis passer à une autre, sans quitter le confort de leur maison », commentait le directeur de Mills & Boon, Tim Cooper, pour justifier l'intérêt assez soudain des maisons sur ce genre. (voir notre actualitté)

 

Et ce, alors même que l'inspiration des livres serait plutôt mignone... En effet, l'auteure elle-même qualifie son livre, d'abord proposé sous la forme d'un seul ouvrage de 1200 pages, comme une « relecture de l'histoire d'amour de Bella et Edward, dans un Seattle contemporain, avec Bella en jeune pucelle étudiante et Edward en puissant milliardaire aux préférences sexuelles secrètes ». Et le jeune homme a des préférences pour le cuir et le latex, et pas parce qu'il s'adonne à la couture... Avec un pitch pareil, l'adaptation de Fifty Shades of Grey doit déjà pouvoir se trouver sur un site commençant comme YouTube et finissant comme pop-corn. (voir notre actualitté)

Sources : Florida Today , DFDL Reporter , Guardian

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

#StorySeller Ecrivez, on s'occupe du reste La littérature selon Amazon , le reportage selon Arte

Ceci est un Post LT/Commentaire du reportage Un format TRES bâtard, une succession de prises de notes relatant/paraphrasant en...

L'Académie Balzac et chapitre.com, Partenaires à la recherche de nouveaux auteurs

« L'édition oublie qu'elle doit tout aux auteurs et elle laisse les nouveaux partir chez Amazon Publishing. Il est...

Et maintenant, une page de publicité : « Spot », 35ème nouvelle du Projet Bradbury

La publicité fait, qu'on le veuille ou non (en général, c'est plutôt "ou non"), partie intégrante de...

pub

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com