Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

Protection sociale en Arizona : des infirmiers dans les bibliothèques

Des livres et des stéthoscopes

Par Julien Helmlinger,Le mardi 23 octobre 2012 à 11:07:33 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Aux États-Unis, dans un système-mosaïque qui combine les assurances-maladie privées et la couverture d'État, plus de 50 millions de personnes ne bénéficient d'aucune protection sociale. L'État fédéral ne prend pas en charge les frais inhérents aux admissions dans les services d'urgences des hôpitaux, et de plus en plus de clients des bibliothèques publiques sont sans-abri ou en situation de difficulté pour subvenir leurs besoins en matière de santé. 

 

Nurse Pinning Ceremony

MattJhsn (CC BY 2.0)

 

 

Face à ce constat inquiétant, lié aux turbulences économiques comme à la montée du taux de chômage, des bibliothèques de Tucson en Arizona ont mis en place un service d'infirmiers au sein de leurs institutions.

 

Daniel Lopez a été embauché par une institution publique du Comté de Pima, mais il n'exerce par en qualité de bibliothécaire. Il est l'un des premiers infirmiers de bibliothèque du pays, et à ce titre sa mission est de palier aux nouveaux besoins des usagers. Il s'est déjà occupé de désintoxication, de crises psychiatriques et autres maladies.

 

Daniel Lopez a confié : « Une grande part de ce que je fais est de l'éducation. Le stéthoscope est principalement pour que les gens me reconnaissent. »

 

Ceux-ci ne viennent plus seulement dans le but d'emprunter des ouvrages, mais également pour se protéger de la précarité de leurs situations. Certains sont sans abri, sans protection sociale décente, parfois sans accès à internet. Les manques à combler sont variés.

 

Marcia Warner, ex-présidente de la Public Library Association a expliqué : « Nous servons toutes les populations, et certaines populations ont des problèmes différents. C'est juste une part du service public. Nous sommes tellement habitués à passer des informations, mais nous ne faisons pas toujours un bon travail avec le suivi de cette information, assurons-nous que les gens obtiennent l'aide dont ils ont besoin. »

 

 

Sources : Arizona Daily Star , Book Patrol

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Qui a peur du grand méchant loup ? « Chrono », 50ème nouvelle du Projet Bradbury

Le temps file : déjà le 50ème texte. D'ordinaire, chaque palier en dizaine est une source de satisfaction, mais à deux [...]

Le Paris me des kids, Marcella & Pépée

Présentation de l'éditeur : La Tour Eiffel dans tous ses états comme vous ne l'avez jamais vue. Couleurs pop et [...]

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com