Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

Quelle place en bibliothèque pour les livres autoédités ?

Le prêt sans les éditeurs

Le samedi 20 avril 2013 à 07:53:25 - 2 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Étant donnés les succès rocambolesques rencontrés par de nombreux ouvrages passés par l'autoédition, avec en tête le Fifty Shades... d'EL James, on s'étonnerait presque que le sujet ne soit parvenu aux oreilles des bibliothécaires seulement maintenant... Une ressource infinie d'ouvrages, avec laquelle la médiation des établissements de prêt pourrait retrouver toute sa place.

 


2 Library shelves

docoverachiever, CC BY 2.0

 

 

 L'intérêt des bibliothèques pour les livres autoédités n'a jamais été bien élevé en raison d'une qualité parfois douteuse, ou de sujets vus et revus, mais la donne pourrait bien changer. « Ce que les gens intéressés par le numérique veulent, ce sont des best-sellers, les ouvrages dont on parle déjà », nous confiait un bibliothécaire lors du Salon du Livre de Paris à l'évocation de l'arrivée de l'autoédition en bibliothèque.

 

Mais, à l'heure où les best-sellers sont de plus en plus souvent des livres autoédités aux États-Unis, les bibliothécaires US revoient leur copie : « Le travail d'une bibliothèque consiste en la valorisation de l'engagement civique, et en un investissement coopératif pour la valorisation de la culture », rappelle ainsi Jamie LaRue, directeur des Bibliothèques du comté de Douglas, dans le Colorado, avant d'admettre que les livres autoédités représentent « un pourcentage de plus en plus grand dans la production culturelle totale ».

 

Ainsi, un consortium de bibliothèques californiennes, Califa, et celles du comté de Douglas, ont fait l'acquisition de 10.000 titres auprès du site Smashwords, à la pointe en matière d'autoédition. Les ebooks gratuits peuvent être prêtés indéfiniment, et pour les autres, le prix oscille entre 3 et 5 $ (et il n'est payé qu'une seule fois, « comme les livres papier » souligne Mark Coker), le prêt ne s'effectue qu'auprès d'une seule personne à la fois, et le fichier est DRMé pour éviter le piratage.

 

Si les conditions, pour les ouvrages payants, s'approchent de celles proposées par les éditeurs, le prix des ouvrages est bien moindre, et surtout, les auteurs décident eux-mêmes de l'avenir de leur livre - y compris en bibliothèque.

 

(via Digital Book World)

Pour approfondir

photo Oury Antoine

   

Rédacteur en chef adjoint. Créateur du Juke-Books littéraire. Sensible aux questions sociales. A l'écoute sur http://www.coupdoreille.fr

 

Mots clés :
autoédition - bibliothèque publique - livre numérique - acquisition



Réactions

Publié par TheSFReader

 

Comme vous le signalez, les auteurs décident eux même de l'avenir de leur livres en bibliothèque, y compris en choisissant le prix de vente à ce bibliothèques.

Le billet suivant est révélateur :
http://blog.smashwords.com/2012/08/smashwords-pricing-manager-tool-enables.html

24% des auteurs répondant au questionnaire offriraient leurs livres (gratuit)
32% moins cher que sur la boutique
0% au même prix
et 29% pls cher pour les bibliothèques.

Écrit le 20/04/2013 à 08:44

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

pub

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Vers l'infini et au-delà : « Spoutnik », 49ème nouvelle du Projet Bradbury

Alors, bande de petits veinards, on est en vacances ? Pas moi ! Le Projet Bradbury se reposera quand il en aura terminé avec les [...]

Les écrivains et leurs lecteurs

  Je viens de lire deux ouvrages très différents qui mettent cependant en scène tous les deux des écrivains et des [...]

Surfing, Jim Heimann

Présentation de l'éditeur : Apportez une touche d'adrénaline à votre quotidien. Avec le calendrier perpétuel [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com