Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

Random House : Les bibliothèques possèdent les ebooks achetés

Et c'est la politique de la maison

Par Clément Solym,Le vendredi 19 octobre 2012 à 14:05:07 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

La question du prêt d'ebooks en bibliothèques vient de faire un bond. Si les consommateurs achetant des livres numériques possèdent rarement l'ouvrage (stockage dans le cloud, pas de téléchargement du fichier, présence de DRM...), les bibliothèques revendiquent pour leur part qu'elles sont propriétaires des ebooks. De la même manière qu'elles possèdent les ouvrages imprimés. Sans discrimination.

 

Will Kindle Kill Libraries?

Elizabeth Thomsen (CC BY-NC-SA 2.0)

 

 

Or, si les bibliothécaires revendiquent ce fait depuis longtemps, les éditeurs n'avaient pas l'air de l'avoir compris. Jusqu'à ce que Random House, plutôt un foudre de guerre sur la question du prêt d'ebooks, en regard de ses concurrents, l'affirme. Et cette prise de position mérite toute l'attention de la profession, estime Library Journal.

 

Skyp Dye, vice-président du marketing et des ventes bibliothèque et université, s'est en effet exprimé sur le sujet. « Random House l'a souvent répété, et la position, toujours cohérente, est la suivante : lorsque les bibliothèques achètent leurs ebooks chez RH, depuis des librairies grossistes partenaires, notre position est de considérer qu'ils les possèdent. »

 

L'éditeur a pris le parti de confier une portion de son catalogue numérique à des libraires-grossistes, qui vendent spécifiquement ces ouvrages à des bibliothèques. « Selon nous, cet achat constitue une propriété sur l'ouvrage, pour la bibliothèque. Pas un achat de licence. » De quoi faire rugir de plaisir les intéressés. Car, si des organisations professionnelles l'affirment, entendre cela de la part d'un éditeur, l'un des Big Six, sans équivoque, c'est tout autre chose.  

 

C'est également un avertissement à propager dans les bibliothèques : qu'elles fassent en sorte de s'assurer, lors de la signature des contrats, que les agrégateurs ne leur donnent pas accès à des licences, mais bien à l'achat des livres numériques. 

 

Pour Robert C. Maier, président du Massachusetts Board of Library Commissioners (MBLC), c'est pourtant une évidence. « La principale raison pour laquelle nous voulons que la propriété soit accordée aux bibliothèques, c'est pour assurer que le contenu pourra être transféré vers une autre plateforme, si c'est nécessaire ou souhaitable à l'avenir. »

 

Et d'ajouter : « Notre première motivation pour ce projet, est de résoudre le problème de partage des ressources, tout en étant capables de faire circuler les contenus numériques auprès de tous les résidents du Commonwealth, depuis une collection commune. Nous accueillons favorablement la déclaration claire de Random House, qui considère donc que les ebooks sont détenus, par un acte d'achat de la bibliothèque. »

 

Le reste n'est alors qu'histoire d'intermédiaires : si OverDrive ou les autres prestataires respectent ces conditions d'utilisation, il sera essentiel qu'à l'avenir, un marchand comme Amazon donne au client la possibilité d'acheter et de posséder physiquement son livre dématérialisé, et non plus simplement lui donner la possibilité d'y accéder. Mais l'intervention de RH montre bien que les fournisseurs de contenu peuvent assurer cette propriété, à condition que l'éditeur l'accepte. 

 

Il ne reste alors aux bibliothécaires qu'à expérimenter les différents aspects de cette liberté offerte, pour en découvrir les limites...

 

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com