Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

Roumanie : la bibliothèque nationale... financée par Samsung

Un partenariat qui permet de riches choses : le public-privé, ça peut aider...

Le jeudi 31 janvier 2013 à 17:04:10 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Après plus de 25 années de patience, voilà que la Bibliothèque nationale de Roumanie a ouvert ses portes. Un nouvel espace pour l'accès aux oeuvres et à la lecture, bien entendu, mais qui affiche un étrange panneau, visible de loin et valorisant... la société Samsung. Un accord financier lie en effet le ministère de la Culture roumain et le fabricant, à la hauteur de 300.000 € sur deux années. 

 

 

Crédit Photo

 

 

 

Pourtant, avec cette pancarte publicitaire gigantesque, on en oublierait presque qu'il s'agit bien là de la bibliothèque nationale du pays. Débutée en 1986, sous le règne de Ceauşescu, l'élaboration du bâtiment a été arrêtée après la chute du communisme en 1989, et n'avait pas été reprise depuis 2009. Avec 13 millions de documents dans ses archives et seuls 2,5 millions accessibles dans le catalogue numérique, pour un million disponible sur le site, l'établissement avait besoin d'une aide de grande envergure. Et que le rêve devienne réalité. 

 

Pour le moment, une seule personne travaille à la numérisation des documents de l'établissement, avec une mission dont Nicoleta Rahme, chef du développement des collections, se demandait déjà, en septembre dernier, comment elle pourrait être mise en oeuvre. Actuellement, l'établissement ne peut même pas offrir un accès à distance aux collections numérisées. En outre, les quelque 240 employés sont manifestement mal préparés à leurs missions, estime Rahme.

 

La seule chose qui compte, c'est l'engagement avec Samsung, et l'incidence que pourra avoir la fin de ce financement sur le devenir de la bibliothèque et de son personnel, s'interroge Rahme. Si elle prêche en faveur d'un certain optimisme, impossible de savoir de quoi l'avenir sera fait. 

 

L'une des solutions, actuellement en vigueur, est d'utiliser l'espace disponible pour faire de la location de salles à des organisations non gouvernementales. « Cependant, la mission de la bibliothèque nationale est de permettre l'accès à ses collections et pas de devenir une agence immobilière », assure Nicoleta Rahme. 

 

La directrice de l'établissement, Elena Tîrziman, explique qu'il s'agit bien d'un partenariat entre le ministère de la Culture et Samsung. « Ils ont accepté de parrainer les programmations inaugurales, en nous offrant les derniers dispositifs technologiques, des appareils à écran tactile et des systèmes sonores. Nous avons fourni des conseils pour utiliser ces appareils afin de valoriser la culture. Nous avons également des projets de collaborations futures. En contrepartie de cela, nous avons voulu les remercier en assurant la promotion de la marque. »

 

Et à part la promo...

 

Pour l'heure, son principal problème est de continuer à travailler avec les éditeurs, attendu que la Bibliothèque est chargée de recevoir les dépôts légaux de toutes les oeuvres publiées dans le pays. Sept copies doivent être versées, conformément à la législation de 1995, mais tous les éditeurs ne jouent pas le jeu : avec quelque 2000 nouveaux titres par an reçus par la bibliothèque, c'est un reflet moindre de la réalité éditoriale du pays. Or, l'établissement ne dispose pas de mécanisme légal permettant de faire respecter la loi aux éditeurs qui contreviennent. 

 

Pour mémoire, la Roumanie est le pays invité d'honneur pour le Salon du livre de Paris 2013, et sa présence a manqué d'être compromise, suite à des problèmes politico-financiers, durant l'été. « La période d'inquiétude est finie, même si nous avons dû ralentir certains projets éditoriaux pour cette année », nous assurait l'Institut culturel en novembre dernier, alors que des questions de financements se posaient sérieusement.

 

Sources : Ziare , American librairies , Melville House , Art Beats

Pour approfondir

photo Gary Nicolas

   

Directeur de la publication de ActuaLitté. Homme de la situation.

 

Mots clés :
Roumanie - bibliothèque nationale - Samsung - ministère de la culture



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Vers l'infini et au-delà : « Spoutnik », 49ème nouvelle du Projet Bradbury

Alors, bande de petits veinards, on est en vacances ? Pas moi ! Le Projet Bradbury se reposera quand il en aura terminé avec les [...]

Les écrivains et leurs lecteurs

  Je viens de lire deux ouvrages très différents qui mettent cependant en scène tous les deux des écrivains et des [...]

Surfing, Jim Heimann

Présentation de l'éditeur : Apportez une touche d'adrénaline à votre quotidien. Avec le calendrier perpétuel [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com