Zone 51 > Chez Wam > Actualité

Éditorial : Dis, monsieur, dessine-moi 'un classique'...

Quand un syndrome Petit prince s'abat sur des personnes de votre entourage, le tact et la patience sont de rigueur.

Par Nicolas,Le lundi 04 février 2008 à 09:00:00 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Vendredi midi, une espèce de grand escogriffe à la voix bêlante et au faciès en proie à une acné galopante m'annonce fièrement qu'il va faire une fac de Lettres après son bac. « Mais pas de grec ni de latin », ajoute mon échalas.

Outre que j'exècre les étudiants qui font Modernes, et non Classiques, en ce qu'ils se privent de réjouissances indicibles, j'ai gardé de mes années universitaires une haine farouche à l'endroit de mes condisciples.

Creusant un peu les motivations éthérées de... Bisounours, appelons-le Bisounours, il m'apprend qu'il a envie de passer son agrégation pour enseigner sa passion du français aux générations à ses frères humaines, qui après lui vivront... Classique...

« Mais justement, mon petit Bisounours, c'est quoi pour toi un classique ? » Médusé, il me dévisage comme si Satan lui demandait comment on fait le Mal. « Bhé, euh... Ch'sais pas... Des trucs vieux ? » Réponse habile mon bonhomme. « Ah ? Et à partir de quelle époque, est-ce vieux ? » Bisounours prend une grande inspiration, et tente : « Ch'sais pas. Quand les auteurs sont morts ? » Bon, nous avions donc touché le fond.

Pas un mot sur la postérité, pas une pensée sur l'influence, finalement ce jeune comme nombre d'autres, manifeste un sain dégoût pour tout ce qui est ancien, compliqué et ne porte pas de jean slim. C'est aussi un excellent moyen de me prouver que je vieillis...

Repensant à Pierre Desproges, je faillis lui demander ce qu'il pensait de Pline le Jeune. Et si la latinité trouvait encore grâce à ses yeux. S'il avait déjà relu un livre, et s'il se pouvait que ledit livre ait mérité d'être enseigné... en classe. Mais le jeune a ses raisons qui feraient bien marrer Descartes et sûrement pleurer Pascal.

Alors, voilà mon petit Bisounours, tu fais les frais bien malgré toi de ce que je n'aurais pas l'impudence de nommer chronique de ma haine ordinaire. Je reconnais aussi que tu m'auras servi d'alibi pour cet éditorial.

Mais le mal est plus profond. Le classique, comme me le disait un professeur n'est pas le même dans la salle de cours, en-dehors des murs de l'éducation nationale, voire on n'en retrouve pas deux pareils d'un groupe d'amis à un autre. Après tout, un classique, n'en déplaise au croulant qui me planta le jour de mon Capes, c'est le livre qui se retrouve dans des bibliothèques des uns et des autres, que ça plaise aux profs, ou non.

Ce qui fait, mon cher Bisounours, que ta réponse valait elle aussi bien un fromage. Mais qu'avant de postuler pour un emploi en collège, lycée ou université, tu ferais mieux d'améliorer quelque peu ta définition...

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
classique - dessiner - oeuvre - chef-d'oeuvre



Réactions

Publié par yudt

 

kjnder sdthr

Écrit le 23/12/2008 à 16:31

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

La logique du grain de sable: Galtier-Boissière (1891-1966) ou de l'utilité des ensablés dans les commémorations, de Carl Aderhold

Les commémorations ont ceci de paradoxal que bien loin de nous ramener à l'événement commémoré, elle nous renforce...

Livre numérique gratuit

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com