Culture, Arts et Lettres > Cinéma > Actualité

99 francs, le film qui ne valait pas un euro ?

Je vous promets que je n'ai pas passé mon temps à répéter l'inévitable et trivial lieu commun : dans le livre, c'est pas vraiment comme ça...

Par Clément S.,Le dimanche 16 décembre 2007 à 10:00:00 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Chaque année, la pub brasse 500 milliards de dollars. L’ONU estime que 10 % de cette somme suffiraient à réduire de moitié la faim dans le monde. Un secteur à creuser ?

Adapter un livre au ciné… Le rêve de son auteur. Sauf quand ce dernier se prénomme Bègue-bédé. Car 99 Francs au ciné, c’est un double revival pour Fredo. Souvenez-vous, on s’était tout juste satisfait du bout des lèvres de la suite imbittable ou presque des aventures d’Octave au pays des Cosaques. Mais quoi qu’on en dise 99 francs méritait bien d’être lu. Revival, pour le côté autobiographique du bouquin, mais également pour ses apparitions remarquées et remarquables tout au long du film. Mon petit Fred, dans ton ensemble d’hôtesse de l’air, tu as réveillé en moi des fantasmes que j’espérais finis depuis l’adolescence.

Alors, sous quel angle attaquer cette critique, qui vous le savez n’en sera qu’une à demi eu égard au respect que j’entretiens pour les vrais critiques. Enfin, j’attends toujours d’en rencontrer un. Un peu comme Socrate cherchait un homme.

L’histoire d’Octave, le publicitaire créatif au sommet de sa gloire commencera ainsi par le récit de… son suicide. Procédé toujours sympa, à condition que l’on vous fasse oublier durant le film la petite supercherie d’introduction. Et dire que Jean Dujardin campe pile-poil le rôle d’Octave Parango tient de l’euphémisme. Il y est bon, nous fait oublier le triste sire Brice en rentrant dans un personnage que l’on croirait écrit pour lui. Aussi, pas d’inquiétudes, l’interprétation tourne bien, pour lui en particulier, mais pour le reste de la distribution en général itou.

La photo, elle alterne entre la simplicité d’un monde superficiellement complexe et des matraquages époustouflants de couleurs (Ô mon dieu le passage à Miami ! De la pure folie !), de jeux sur l’image et des effets spéciaux qui saupoudrent l’ensemble sans lourdeur ni exagération. Les décors s’approchent agréablement de ce que le lecteur avait pu s’imaginer à la lecture initiale, même pour un spectateur non initié. L’atmosphère générale rendue par les différents lieux, dont La Ross qui illustre ma foi fort justement le cadre de travail de notre publicitaire. Enfin des petits trucs amusants ponctuent le film, je ne retiendrai que le titre rédigé moitié avec des traces de cocaïne moitié avec des traces de doigt dans ladite cocaïne.

En fait, l’économie du film installe bien dans l’ambiance du livre, profite de l’histoire pour présenter un monde d’argent et de manipulation, mais est-ce convaincant ? Parce qu’en vérité, en vérité, je vous le dis, si l’on ne s’ennuie pas vraiment durant le film, et que le lecteur en sortira avec une autre vision de sa lecture, on classerait volontiers 99 francs dans le compartiment décrit par nos confrères du Canard enchaîné : « Film que l’on peut voir à la rigueur ». Simplement parce que le lecteur sera forcément un peu déçu par l’ensemble bien qu’il gagnera une petite plus value, due essentiellement à un remodelage du scénario. Attention, cela dit, il faut accepter de rentrer dans l’esprit du film, c'est-à-dire drogue (beaucoup), sexe (pas mal) et millions brassés pour vendre du yaourt (des tonnes, de fait) à la ménagère dépressive de moins de blablabla…

Alors, oui, à la rigueur, on peut aller le voir, quand on a lu le livre, au moins par curiosité. Si l’on n’appartient pas à la catégorie citée, alors au contraire, on peut lâcher le cœur léger les 8euros et quelques. L’heure quarante que l’on passe est agréable, on rigole de toute façon même si c’est en grinçant des dents parfois – cf les images de vaches qui passent à l’abattoir… Le rythme rapide enchaîne les événements au son d’une voix off qui ne ralentit pas le récit. Enfin bref… On ne va pas rallonger la tartine. C’est à voir pour qui ne connaîtrait pas le bouquin, et à découvrir au risque d’en sortir mitigé pour qui l’a déjà lu.

Dans tous les cas, on regardera de la même manière son panier de course.
Faut bien vivre,hein...

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
Frédéric - Beigbeder - 99 - Francs



Réactions

Publié par Benjairo

 

Étant en étude supérieur de Marketing je peux vous dire que ce film est un reflet (bien que légèrement caricaturé) de la réalité, vous n'imaginez pas à qu'elle point nous étudions le comportement de l'homme dans ses moindre détail, et à qu'elle on se fou de vous !!! Ce film n'est pas un chef d'?uvre mais il est plus que bon... Maintenant si ce film ne vous parle pas, ne fait pas comme ces journalistes incultes de "libération" qui l'appelle "un tas d'excrément". La différence effraie toujours...

Écrit le 27/11/2009 à 15:02

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com