Bd , mangas et comics > Comics > Actualité

Alan Moore dessine Harry Potter... en Antéchrist

Comics à clés

Par Antoine Oury,Le mardi 19 juin 2012 à 11:48:05 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

 Dans La Ligue des Gentlemen Extraordinaires, Alan Moore ne se prive pas de parodier plus ou moins gentiment des personnages de la littérature, comme il parodiait les super-héros des comics dans Watchmen. Dans Century : 2009, la suite de 1969, qui transporte les héros dans un monde parallèle au nôtre, Moore et son compère dessinateur Kevin O'Neill dépeignent un jeune magicien, tout juste sorti de l'école et marqué par une cicatrice... Ça vous rappelle quelqu'un ? Sûrement pas l'Antéchrist, et pourtant...

 

Laura Sneddon, critique indépendante, a eu la chance de recevoir la bande dessinée en avant-première : pour elle, c'est une réussite, qui porte en son sein les vues de Moore sur la culture contemporaine. « Moore n'utilise jamais les mots « Harry » ou « Potter », mais évoque un train magique  caché entre deux quais de King's Cross, qui mène à une école magique [...]. Une cicatrice cachée et un mentor nommé Riddle, lui-même perverti par le personnage maléfique, complètent le tableau » écrit la journaliste.


 

 

 

Moore serait-il masochiste ? Il s'expose en effet à une "fantwa" en touchant à l'un des personnages les plus appréciés de la culture populaire récente, surtout que cet ersatz de Potter représente dans Century : 2009 l'Antéchrist, ou en tout cas un personnage aux intentions condamnables : il envoie des éclairs magiques avec son pénis, quand même. Riddle, son mentor, rappellera d'ailleurs aux lecteurs de la saga de J.K. Rowling Tom Riddle, le véritable nom de Voldemort.

 

Mais s'arrêter à la simple parodie reviendrait à déshonorer le regard acide de Moore sur la culture, la politique et l'économie de son époque. Century : 2009 paraît d'ailleurs en librairie en même temps que Before Watchmen, le préquel à la série culte, qui n'a pas reçu l'aval de Moore, loin de là. (voir notre actualitté)

 

La subversion de « Celui qui a  survécu » serait un bon coup de pied dans la fourmilière productiviste qu'est devenu selon lui le monde de l'édition, puisque le pseudo-Harry devenu grand et mal intentionné jette l'opprobre sur le système scolaire qui l'a abandonné après avoir aspiré tout ce qu'il avait à offrir. J.K. Rowling a-t-elle relevé l'insinuation ? Son refus de commenter la sortie du comics, ainsi que celui de son éditeur Bloomsbury, semblent indiquer que oui.

Sources : The Guardian , Comic Book Grrrl , Blastr , The Independent

Pour approfondir



Réactions

Publié par seb1304

 

Moore continue son travail sur la déconstruction et la création du mythe du héros : Miracleman, Watchmen, Supreme, 1963, Tom Strong, Top Ten...Merci à Moore qui a permis à des jeunes talents de s'exprimer (Gaiman, Bendis, Straczynsky, Ennis, Ellis, Brubaker, Millar...)Dommage que son travail soit terni par DC Comics...

Écrit le 20/06/2012 à 10:32

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

L'Académie Balzac et chapitre.com, Partenaires à la recherche de nouveaux auteurs

« L'édition oublie qu'elle doit tout aux auteurs et elle laisse les nouveaux partir chez Amazon Publishing. Il est...

Et maintenant, une page de publicité : « Spot », 35ème nouvelle du Projet Bradbury

La publicité fait, qu'on le veuille ou non (en général, c'est plutôt "ou non"), partie intégrante de...

Pourquoi écrivez-vous, Olivia Elkaim ?

  . Olivia Elkaim est l'auteur de trois romans : Les Graffitis de Chambord (Grasset, 2008), Les Oiseaux noirs de...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com