Bd , mangas et comics > Critiques BD

Ygam, planète fascinante, où les humains sont des animaux domestiques

Par Thierry Saint-Solieux,Le samedi 20 octobre 2012 à 09:42:12 - 0 commentaire

12

  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Imprimer
  • Envoyer à un(e) ami(e)

illustration

ISBN :

Prix eBook :

Prix papier :

Pages :

Editeur :

C'est à l'adolescence que mon goût pour les romans de science-fiction culmine... En lisant 2001 l'odyssée de l'espace de Arthur C. Clarke, je peux enfin comprendre la fin du film de Stanley Kubrick ! Isaac Asimov, Fredric Brown, Philip K. Dick et bien d'autres m'enchantent au quotidien. Je dépense mon argent de poche en achetant des volumes de la collection "Présence du futur" chez Denoël. 

 

 

La Chronique BD de BDfugue.com

 

 

 

 

 

Je snobe (bêtement) la S-F francophone, Jacques Sternberg mis à part, mais c'est un auteur atypique. Adapté au cinéma par Alain Resnais, c'est tout dire ! Ce faisant, je passe à côté d'un écrivain dont nombre de fans parlent encore aujourd'hui avec des trémolos dans la voix : Stefan Wul. Ou plutôt Pierre Pairault, chirurgien-dentiste de son état, qui délaisse la fraise pour la plume le temps d'écrire douze romans entre 1956 et 1959, publiés dans la collection Anticipation chez Fleuve Noir. 

 

Les éditions Ankama lancent aujourd'hui un ambitieux programme d'adaptation en BD de ces œuvres mythiques. Deux titres paraissent simultanément : Oms en série avec Jean-David Morvan au scénario et Mike Hawthorne au dessin, et Niourk confié à Olivier Vatine : un beau casting ! Et de beaux albums grand format avec un trompe-l'œil assez puéril à mon sens - mais c'est peut-être mon côté Schtroumpf Grognon qui s'exprime là - sous forme de coins usés et craquelés !

 

J'imagine que cette maquette veut évoquer les bouquins représentatifs d'une littérature de "mauvais genre". De petits livres, à l'illustration de couverture criarde au possible, achetés sur un quai de gare et fourrés négligemment dans un sac de voyage. Une réputation collant à la science-fiction pendant très longtemps, et colportée par les gens ayant le monopole du "bon goût"... Oms en série n'en est pas à sa première transposition en images. La planète sauvage de René Laloux est un coup de tonnerre dans le ciel cinématographique en 1973, avec l'immense Roland Topor au dessin. 

 

 

OMS EN SÉRIE TOME 1 ; TERR. SAUVAGE

sur BDFugue

 

 

L'idée de départ a de quoi fasciner : sur la planète Ygam vivent les Draags, gigantesques humanoïdes très évolués technologiquement et spirituellement. Les plus jeunes se divertissent avec les Oms, petites créatures ramenées d'une lointaine planète dévastée, Terra. Pour la plupart des Draags, elles ne sont pas considérées comme intelligentes et peuvent même se révéler nuisibles quand elles échappent à la surveillance de leur maître. Imaginer les humains ravalés au rang d'animaux domestiques induit toute une réflexion sur l'idée de culture et de civilisation. 

 

Jean-David Morvan choisit pour la BD de creuser les liens familiaux qui existent aussi bien chez les Oms que chez les Draags, et de pointer les similitudes entre le mode de vie des Draags et celui des hommes de notre siècle. Le résultat est troublant aussi bien que touchant... Ajouté au dessin impeccable de Mike Hawthorne, recréant cet univers de science-fiction à la fois daté et intemporel à la perfection, cet album est une grande réussite ! 

 

 

NIOURK TOME 1 ; L'ENFANT NOIR AVEC EX-LIBRIS OFFERT

sur BDfugue.com

 

 

Avec Niourk, adapté par Olivier Vatine, c'est un autre pan de l'imaginaire Wulien qui se trouve exploré : dans un monde qui suit l'apocalypse, l'homme est revenu au stade primitif, dominé par les superstitions et ne cherchant qu'à survivre aux attaques d'animaux hostiles. Sur cette terre où quelques tribus rassemblent les derniers représentants de l'humanité, la horde de Thôz attend le retour du sorcier, "Celui-qui-sait" pour mettre à mort l'enfant noir, désigné comme paria et responsable de tous les maux. 

 

Ce dernier décide de partir à la recherche du vieux sage pour infléchir sa décision. Chemin faisant, il découvre le cadavre du sorcier dans les vestiges de la civilisation moderne, en l'occurrence un grand centre commercial. Une voix off vient en contrepoint de son aventure (qui me donne l'impression de lire un vieux Rahan où tout le monde parle à la troisième personne !!!) : l'enfant uniquement mû par son instinct est devenu adulte réfléchi et nous conte son cheminement, laissant présager l'évolution dont il va faire preuve au fil des tomes à venir... 

 

On attend la suite avec curiosité !

Mots clés :
OMS - Niourk - fiction - sorcier



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Communiqué

Rencontre exclusive avec Ken Follett

Rencontres / Débats - Jeudi 16 octobre 2014 à 19h30 - A la librairie C’est un évènement de taille chez [...]

maestro diffusez vos communiqué sur actualitté

Profitez d'un vaste réseau de diffusion pour communiquer sur votre actualité, vos événements et vos parutions !
En savoir +

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com