Le monde de l'édition > Critiques

Journal : 1942-1944, Hélène Berr ; Préface de Patrick Modiano

Par Cecile Fonfreyde,Le mardi 14 octobre 2008 à 11:00:00 - 0 commentaire

12

  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Imprimer
  • Envoyer à un(e) ami(e)

illustration

ISBN : 9782847345001

Prix eBook :

Prix papier : 20 €

Pages : 289 pages

Editeur : Taillandier

Traduit de :

Traduit par :

« En ce moment, nous vivons l'histoire. Ceux qui la réduiront en paroles... pourront bien faire les fiers. Sauront-ils ce qu'une ligne de leur exposé recouvre de souffrances individuelles ? »

On y pense. Et puis on oublie. On connaît les chiffres (60 millions de morts causées par le conflit, six millions de juifs assassinés, ainsi que des malades mentaux, prisonniers politiques, communistes, homosexuels, 200'000 à 500'000 Tziganes, la liste est longue), les dates, les histoires, et puis on oublie. À quoi bon ressasser nous disent certains. D'autres iraient même jusqu'à douter.

Et pourtant, ces petites voix sont là pour nous dire très simplement un quotidien que nous ne pouvons pas même lire ! Oui, ce que nous nous obstinons à oublier, d'autres l'ont vécu ! Ils ne nous en veulent pas. Simplement, ils racontent. Au jour le jour, ils témoignent de la haine, de la violence, de la barbarie. Et nous ne voudrions pas les entendre ? Et nous voudrions croire qu'aujourd'hui personne ne meure plus pour sa couleur de peau, sa religion ou ses croyances ?

Au mieux, des jeunes filles, comme moi à 16 ans, se cherchent une bonne conscience en pleurant sur quelques pages : Anne Franck, Etty Hillesum et Hélène Berr parce qu'elles ont laissé un journal derrière elles et qu'on a besoin de concret pour éprouver de la compassion.

Voilà, difficile de commencer une chronique sur le Journal d'Hélène Berr, car cette diariste nous bouleverse. Son intelligence, son acuité, son sens moral, son courage nous sidèrent.

En 1942, Hélène Berr a 21 ans. Jeune fille extrêmement cultivée qui a grandi dans une famille bourgeoise, elle nous raconte ses lectures, ses promenades dans Paris, ses amours. À mesure que l'étau se resserre, elle comprend qu'elle ne pourra rien dire. Elle voit très vite que ses paroles sont inaudibles pour ceux qui ne risquent rien.

Cette impuissance à témoigner de la barbarie la désespère. Un abîme se creuse entre elle et ses amis. Pas celui que creuse la souffrance. On dirait que les lois racistes et anti juives ont peu de prise sur elle. Non, ses amis proches refusent de tout simplement entendre l'horreur qui commence, les arrestations, les humiliations, l'innommable. C'est l'abîme de la solitude que creuse cette incompréhension. Elle ne sera plus jamais pareille à eux. Non parce qu’elle porte l'étoile jaune, mais parce qu'elle sait, qu'elle crie, mais que personne ne l'entend.

« À chaque heure de la journée se répète la douloureuse expérience qui consiste à s’apercevoir que les autres ne savent pas. »

Elle se réfugie dans la lecture, se dévoue aux plus démunis en devenant assistante sociale bénévole à l'Union générale des israélites de France, organisme communautaire servant d'interface avec l'occupant. Elle comprend qu'il ne lui reste plus qu'à tenir ce journal pour ceux qui resteront.

« Je sais pourquoi j'écris ce journal, je sais que je veux qu'on le donne à Jean si je ne suis pas là lorsqu'il reviendra. Je ne veux pas disparaître sans qu'il sache tout ce que j'ai pensé pendant son absence. »

Ce journal est un miracle. Conservé après la guerre par la famille d'Hélène Berr, il a été déposé en 2002 au Mémorial de la Shoah, est publié par les éditions Tallandier au début de cette année. Patrick Modiano en écrit la préface : « Au seuil de ce livre, il faut se taire maintenant, écouter la voix d’Hélène Berr et marcher à ses côtés. »

Je prends le parti de ne rien dire de sa vie, de sa mort, car son histoire n’est pas une anecdote. Marchons à ses côtés larmes aux yeux, tête haute et tentons de braver par l’intelligence et l’amour, malgré tout, de l’humanité les heures noires de notre histoire où la haine et la barbarie terrorisaient les justes.


Retrouvez  le Journal d'Hélène Berr, sur Place des libraires

Mots clés :
journal - Helene - Berr - Patrick



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Communiqué

Rencontre exclusive avec Ken Follett

Rencontres / Débats - Jeudi 16 octobre 2014 à 19h30 - A la librairie C’est un évènement de taille chez [...]

maestro diffusez vos communiqué sur actualitté

Profitez d'un vaste réseau de diffusion pour communiquer sur votre actualité, vos événements et vos parutions !
En savoir +

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com