Le monde de l'édition > Economie > Actualité

Apologie de la finance et de Goldman Sachs par Robert Shiller

Bienvenue dans le meilleur des mondes.

Par Nathalie Gentaz,Le lundi 19 mars 2012 à 11:39:15 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Dans son dernier ouvrage Finance and the Good Society, le professeur d'économie de l'université de Yale, Robert Shiller, s'érige en ardent défenseur du monde de la finance et de Goldman Sachs, réputée pour son manque d'éthique, en particulier depuis les révélations récentes de Greg Smith sur les pratiques douteuses de la banque d'affaire.

 

Exit les mouvements Occupons Wall Street ou Indignez-vous en Occident, pour Robert Shiller, le capitalisme financier est bon : il promeut la prospérité, sert les intérêts de la société dans laquelle il est indispensable. Bref, rend le monde meilleur.

 

« On croit que les gens fortunés en société, et parmi eux les financiers, ont pour sérieux objectif de se servir de moyens détournés pour attaquer et asservir la majorité de la population sur le plan économique » écrit-il dans son livre, mais c'est « une illusion ».  

 

 

Malgré les nombreuses critiques adressées au monde des finances, en particulier depuis les débuts de la Grande Récession, Robert Shiller affirme que ce dernier a néanmoins permis «  l'assurance incendie, les créances hypothécaires et des actions que l'on peut acheter sans craindre d'être poursuivi par les transgressions d'entreprises ».

 

Sans être manichéen, il n'excuse toutefois pas pour autant les excès de ce milieu, qui a sa part de responsabilité dans la crise, mais le capitalisme financier est un fait de société naturel, selon lui  et « malgré toutes ses beautés, il produits également de vilaines choses ». 


Pour éviter les vilaines choses, il faudrait « démocratiser » la finance selon Shiller, avec des  innovations morales qui servirait l'intérêt public. Mais il semble aller de soi que la finance ne fera pas ce travail d'elle-même, alors que les politiques peinent - ou rechignent - à se faire entendre.

 

Hélas, ne nous leurrons pas, si Robert Shiller rappelle l'importance du rôle de la finance dans nos sociétés, le « bien » dont il parle réside très certainement beaucoup plus chez les personnes qui luttent dans cette optique que quelques magnats de la finance. S'asseoir et attendre ne suffiront pas. 

 

 

Sources : Bloomberg

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

La logique du grain de sable: Galtier-Boissière (1891-1966) ou de l'utilité des ensablés dans les commémorations, de Carl Aderhold

Les commémorations ont ceci de paradoxal que bien loin de nous ramener à l'événement commémoré, elle nous renforce...

Voyage au bout du livre #1 : L'éditeur, passeur professionnel

Voyage au bout d'une livre, c'est le titre de l'une des rubriques que je propose désormais sur la plateforme Les...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com