Le monde de l'édition > Economie > Actualité

Ce que l'industrie de la musique doit apprendre à celle du livre

Qu'un son, un pur,... abreuve nos sillons !

Par Antoine Oury,Le lundi 23 avril 2012 à 12:50:56 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Déjà entendu parler de l'éternel retour ? Le moustachu qui pleurait avec les chevaux ne pensait probablement pas à l'industrie culturelle en exposant sa thèse, mais force est de constater qu'elle s'applique à merveille aux déboires des éditeurs face au défi numérique. Ces derniers s'obstinent à reproduire les erreurs de leurs cousins majors, qui ont pourtant, peu à peu, négocié le virage de la dématérialisation.

 

De nouveaux supports ont vu le jour, plus maniables et plus pratiques, reléguant l'objet physique aux mémoires de quelques amoureux du matériel. Le livre numérique ? En fait, on évoquait plutôt l'apparition de l'iPod et du lecteur mp3, qui mirent un sérieux coup d'arrêt à la vente des skeudis, au profit du téléchargement gratuit ou payant.

 

 

 

Aujourd'hui, l'industrie du livre fait face aux mêmes questions, aux mêmes impératifs de coûts et de rentrées d'argent. Comme l'industrie musicale, celle du livre doit gérer l'apparition de nouveaux appareils de lecture et de consommation, mais aussi d'acteurs concurrentiels très agressifs (Apple fut sur les deux fronts, Amazon plus du côté des livres). Comme les majors, les grandes maisons d'édition cherchent à éviter la banqueroute, dénouement possible qui fut celui d'EMI ou de Warner Music.

 

Il y a une quinzaine d'années, le CD représentait la poule aux oeufs d'or : adopté par le public, adapté à toutes les exigences marketing, il a permis aux majors de se gaver d'une délicieuse omelette à base de chiffres de vente consensuels. Tout s'est effondré avec l'iPod, cauchemar persistant des gros bonnets de l'industrie. Mais son irruption a-t-elle vraiment été si catastrophique pour la musique ?

 

Réinventer le Disquaire Day ?

 

On parie que non : les têtes d'affiche de l'industrie musicale, numérique cette fois, et l'appui de plateformes très fréquentées, ont largement contribués à redonner un petit coup de fouet aux grands acteurs du marché, tout en laissant une chance aux indépendants de se démarquer à coups de bonnes idées. Par exemple, le Record Store Day (le Disquaire Day en France, s'est déroulé samedi dernier pour la 4e année) : une journée évènement lancée il y a 5 ans pour promouvoir les objets physiques et leurs vendeurs, les disquaires. Le tout accompagné de concerts gratuits, dédicaces et autres rencontres entre auteurs/interprétes et auditeurs/consommateurs. Et un simple constat : discuter avec un artiste qu'on apprécie pousse à l'achat.

 

Encore faut-il que cette logique de proximité et d'évènements s'accompagne d'une baisse drastique des prix. Sur les deux tableaux : baisser les prix des objets physiques pour réinjecter une véritable valeur ajoutée à l'achat, et baisser celui du numérique, tout en améliorant sa qualité, pour habituer les usagers à l'achat dématérialisé, afin de les transformer en acheteurs.

 

Baisser les prix, bien sûr, s'avère plus aisé dans le cas du numérique, moins coûteux à produire et à distribuer. De toute évidence, les revendeurs physiques (disquaires, libraires) ne peuvent pas encaisser une nouvelle amputation de leurs marges. Qui peut ? Les maisons d'édition (une hésitation à écrire majors...), dans un bel élan de survie, devront accepter de céder une part de leur profit, ou mourir.

 

Comment on appelle ça ? Ah oui, destruction créatrice... Ce moustachu aurait fait un putain d'économiste.

Sources : Tablet PC Preview , Gulf Daily News , Forbes

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

#StorySeller Ecrivez, on s'occupe du reste La littérature selon Amazon , le reportage selon Arte

Ceci est un Post LT/Commentaire du reportage Un format TRES bâtard, une succession de prises de notes relatant/paraphrasant en...

L'Académie Balzac et chapitre.com, Partenaires à la recherche de nouveaux auteurs

« L'édition oublie qu'elle doit tout aux auteurs et elle laisse les nouveaux partir chez Amazon Publishing. Il est...

Et maintenant, une page de publicité : « Spot », 35ème nouvelle du Projet Bradbury

La publicité fait, qu'on le veuille ou non (en général, c'est plutôt "ou non"), partie intégrante de...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com