Patrimoine et éducation > A l'international > Actualité

Californie : une bibliothèque numérique de manuels scolaires gratuits

Les deux projets de loi n'attendent plus que la ratification du gouverneur

Par Nicolas Gary,Le dimanche 02 septembre 2012 à 12:28:41 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Depuis plusieurs années, la Californie incite à l'utilisation de manuels scolaires numériques. Dès la rentrée 2009, les enseignants et les étudiants avaient eu gratuitement accès à des ouvrages de mathématiques, de chimie ou de sciences, et ce, à l'initiative du Gouvernator de l'État, Arnold Schwarzenegger. Ce projet avait, originellement, mission de sauver les finances californiennes, particulièrement mal en point...

 

 

 California: Stanford University - Main Quad

Université de Stanford Walyg sur Flickr

 

 

Désormais, c'est au travers d'une loi que l'État est sur le point de promulguer que les études universitaires deviendront plus abordables pour les étudiants et leurs parents. Les projets de loi SB 1052 et SB 1053, visent à fournir aux établissements publics un accès gratuit à des manuels scolaires numériques. Car le coût des manuels scolaires est un marronnier du pays : on y paye parfois plus d'une centaine de dollars pour des ouvrages qui ne serviront qu'une seule année.  

 

Dans ce contexte, la création de The California Open Education Resources Council (COERC), cherche à réduire ces frais, pour permettre au plus grand nombre, une fois les frais de scolarité acquittés, de s'équiper en livres scolaires, sans se ruiner. Et les projets de loi envisagent la création de la toute première bibliothèque de documents open source numériques pour étudiants et enseignants. Mais le tout reste soumis à la ratification par le gouverneur actuel, Jerry Brown.

 

Début août, le service Kno

annonçait l'arrivée de deux nouveaux

éditeurs scolaires

dans son catalogue.

L'offre de 9,99 $ permet

un accès illimité

durant une année.

Dean Florez, président de la Fondation, 20 millions Minds, organisation qui travaille à réduire le coût des rentrées scolaires estudiantines commente : « C'est la première fois que le gouvernement s'implique, avec des sommes importantes, dans un effort philanthropique pour créer une bibliothèque où les étudiants peuvent accéder à des manuels scolaires gratuits et que les enseignants peuvent utiliser pour les agencer selon leurs besoins, les réviser et les réutiliser pour leurs élèves. »

 

Des acteurs comme Apple ou Kno, avaient précédemment passé des accords directs avec les éditeurs, pour fournir des ouvrages numériques accessibles, mais évidemment payants. Or, les étudiants contractent de plus en plus de prêts pour financer leurs études, à rembourser par la suite, dès l'obtention d'un emploi, évidemment. Sauf que le montant de ces dettes avoisine le milliard de dollars et le nombre de jeunes avec un emploi est au plus bas depuis ces soixante dernières années. Dans ce contexte, le remboursement devient particulièrement compliqué.

 

Pour Mark Hedlund, porte-parole de Darrell Steinberg, président du Sénat, Pro Tempore, estime que « cela n'aura pas d'impact pour cette année scolaire », puisque le texte n'entrerait en vigueur qu'à compter du 1er janvier prochain. 

 

D'autre part, la gratuité a un coût : si celui du développement de cette plateforme n'a pas été évalué, on évoque cependant près de 25 millions $ à investir dans ce projet. Sans compter les personnes engagées pour la vérification des manuels et la mise en oeuvre des textes. Ainsi, que les personnes chargées de se réunir pour établir les textes. L'une des possibilités serait de passer par une cession des licences détenues par tel ou tel éditeurs, permettant de se servir de manuels préexistants. 

 

Dans tous les cas, le projet de loi veut présenter aux étudiants une alternative abordable, qualitativement et quantitativement, à ce que les maisons d'édition commercialisent. 

  

Cette mouvance vers le manuel scolaire numérique s'inscrit dans une volonté globale aux États-Unis. Le secrétaire à l'Éducation, Arne Duncan, ainsi que Julius Genachowski, le président de la Commission fédérale des communications ont demandé aux écoles américaines de faire en sorte de s'équiper d'appareils pour passer aux manuels scolaires numériques. Un plan quinquennal à démarrer au plus tôt, assuraient-ils. « Voulons-nous que nos enfants se promènent avec des sacs à dos de 20 kilos, chaque livre coûtant dans les 50, 60, 70 dollars alors que beaucoup d'entre eux sont obsolètes ? » (voir notre actualitté)

 

Sources : Venture Beat , The Orion , Vator

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

L'Académie Balzac et chapitre.com, Partenaires à la recherche de nouveaux auteurs

« L'édition oublie qu'elle doit tout aux auteurs et elle laisse les nouveaux partir chez Amazon Publishing. Il est...

Et maintenant, une page de publicité : « Spot », 35ème nouvelle du Projet Bradbury

La publicité fait, qu'on le veuille ou non (en général, c'est plutôt "ou non"), partie intégrante de...

Pourquoi écrivez-vous, Olivia Elkaim ?

  . Olivia Elkaim est l'auteur de trois romans : Les Graffitis de Chambord (Grasset, 2008), Les Oiseaux noirs de...

pub

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com