Patrimoine et éducation > A l'international > Actualité

Le numérique au détriment de l'imprimé : pas question !

Et le latin et le grec ? Et les sciences humaines ? N'oublions pas ces matières...

Par Clément S.,Le mardi 22 juin 2010 à 10:15:43 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

C'est bien, ces histoires de manuels scolaires numériques, évidemment, mais il n'empêche que certains sont loin d'être convaincus de la pertinence de ces outils pédagogiques. Tom Stopppard, dramaturge, s'offre un bel encart dans le Guardian pour révéler le fond de sa pensée.

« Je suis conscient, comme tout le monde doit l'être, qu'il ya de plus en plus de concurrence pour capter l'attention aujourd'hui. Le mot imprimé n'est plus aussi réclamé qu'il ne l'était quand j'étais de l'âge des élèves ou même de l'âge de leurs enseignants. »

Ah, ça sent bon la nostalgie d'antan, non ? Oui, mais pas que. Pour Tom, l'enjeu est celui de l'image en mouvement, contre l'imprimé. Et c'est au détriment de ce dernier que tout se joue actuellement.

Selon lui, il ne s'agit surtout pas de juger - il n'y a pas de bonne ni de mauvaise orientation, contrairement à ce qu'un Beigbeder annonce, en parlant d'ebooks semblables à des autodafés.

Au contraire, grâce aux technologies de l'information, ses petits-enfants accèdent à des connaissances qu'ils n'auraient pas obtenues sans elles. Simplement, il souhaite « que la page imprimée ne soit pas balayée par ces choses ».

En outre, sa réflexion porte également sur l'enseignement des sciences humaines et de la littérature (anglaise, bien sûr), largement affectées par une pédagogie qui met l'accent sur les sujets scientifiques. Un effet de compensation, qui découle directement des constats établis alors qu'il avait 30 ou 40 ans, et que le corps enseignant s'est rendu compte qu'il avait pris du retard.

Si les élèves accèdent aujourd'hui à un meilleur programme qu'auparavant, la difficulté réside dans l'attrait dont un prof peut entourer sa matière. « Je soutiens malgré tout l'idée que l'enseignement des humanités [NdR : le latin et le grec] et des sciences humaines reste quelque chose qui, même s'il ne peut pas être mesuré quantitativement comme d'autres sujets - est tout aussi fondamental pour l'éducation. »

Dont acte.

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
humanités - imprimer - scolaire - numérique



Réactions

Publié par Pr Raynal

 

Alors que les profs de lettres aient donc le courage d'enseigner leur matière de façon littéraire, en se basant sur des oeuvres, et non en singeant la démarche scientifique sous la conduite des gourous de secours de la péda"gogo"gie...

Écrit le 22/06/2010 à 10:40

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Écrire en funambule : « Le Jour du grand orage », 36ème nouvelle du Projet Bradbury

Je l'ai dit plus d'une fois : le Projet Bradbury est aussi l'occasion pour moi d'expérimenter et, à mesure...

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com