Culture, Arts et Lettres > Expositions > Actualité

Histoire de l'irrésistible phénomène Astérix à la BnF

Reportage dans le vif du sujet

Le mercredi 16 octobre 2013 à 12:30:53 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

La BnF accueillait hier soir Albert Uderzo pour l'inauguration d'une grande exposition consacrée à Astérix. Depuis la naissance du petit Gaulois en passant par la vie de ses créateurs, avec René Goscinny, c'est un parcours inédit, et particulièrement bien monté que l'établissement propose de découvrir, jusqu'au 19 janvier 2014. 

 

 

 

 

Évidemment, Uderzo était ému, passant en revue toute cette vie de travail, et commentant les pièces exposées : le village, les Romains, les voyages, rien ne manque au fil des 400 pièces exposées. On y retrouve même un authentique casque de militaire romain et un bout de pierre dont Uderzo promet, sourire aux lèvres que « ce n'est pas du tout un menhir ». 

 

Outre une impressionnante scénographie, l'expo retrace toutes les déclinaisons d'Astérix et Obélix, produits dérivés, films, et bien d'autres encore. Avec 350 millions d'albums vendus à travers le monde, le phénomène du teigneux petit Gaulois, et ô combien irrésistible est à la portée de tous, expliqué soigneusement, avec également des extraits des films, et bien entendu, des albums à découvrir sur place.

 

« Notre histoire, publiée dès le premier numéro de Pilote, remporte aussitôt un assez vif succès, auprès de nos lecteurs, ce qui nous satisfait d'autant plus que sa publication sous forme d'albums semble également promise à un assez bon succès d'édition, le tirage de chaque nouvel album étant double du tirage de l'album précédent. Et puis, tout à coup, mystérieusement, il se passe quelque chose : le simple succès d'édition se transforme et devient le phénomène Astérix », expliquait René Goscinny en mai 1967, devant le Rotary Club de Paris. 

 

Le premier tome, publié en octobre 1961, s'est vendu à 6000 exemplaires et le cap du million d'ouvrages est passé en 1967 avec Astérix chez les Normands, 1,2 million d'exemplaires précisément.

  

 

précédent

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

suivant

 

 

Rien à redire sur l'organisation de cette expo : les professionnels présents étaient tous impressionnés tant de sa qualité que de sa richesse. Et puis, découvrir ces trésors astérixiens en présence d'Uderzo même, voilà qui a une sacrée gueule. Passant devant le tableau de Lionel Royer, Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César, Uderzo ne manque pas de souligner : « Ah, en revanche, celui-là n'est pas de moi. »

 

L'événement fait également suite à un don qu'Uderzo a réalisé en offrant 120 planches originales des deux premiers albums, Astérix le Gaulois et La Serpe d'or, ainsi que du 24e tome de la série, Astérix chez les Belges. Ce dernier a été publié alors que Goscinny était décédé, le 5 novembre 1977. 

 

Enfin, actualité toujours, le 35e tome, réalisé sous le regard vigilant d'Uderzo, a été confié à Didier Conrad, pour le dessin et Jean-Yves Ferri pour le scénario. Astérix chez les Pictes ouvre un nouveau voyage, dans un album qui ne révolutionne pas le genre, bien entendu, mais s'inscrit dans la digne continuité des 34 premiers tomes.

 

 

 

 

Et voici le dossier de présentation réalisé par la BnF détaillant l'ensemble de l'exposition : 

 

 

Pour approfondir

photo Gary Nicolas

   

Directeur de la publication de ActuaLitté. Homme de la situation.

 

Mots clés :
Astérix - Albert Uderzo - exposition - BnF



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

L'Académie Balzac et chapitre.com, Partenaires à la recherche de nouveaux auteurs

« L'édition oublie qu'elle doit tout aux auteurs et elle laisse les nouveaux partir chez Amazon Publishing. Il est...

Et maintenant, une page de publicité : « Spot », 35ème nouvelle du Projet Bradbury

La publicité fait, qu'on le veuille ou non (en général, c'est plutôt "ou non"), partie intégrante de...

Pourquoi écrivez-vous, Olivia Elkaim ?

  . Olivia Elkaim est l'auteur de trois romans : Les Graffitis de Chambord (Grasset, 2008), Les Oiseaux noirs de...

Livre numérique gratuit

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com