Culture, Arts et Lettres > Expositions > Actualité

Robert Montgomery, un poète situationniste dans un Londres de JO

Un vrai terrain de jeu, en fait

Par Antoine Oury,Le mardi 31 juillet 2012 à 15:59:10 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

L'été : même s'il n'en a pas l'air au premier abord, probablement le meilleur moment pour se replonger dans La Société du spectacle, mais aussi les Mythologies. Des Jeux olympiques, doublés d'un Tour de France devenu caravane à l'effigie de l'industrie pharmaceutique, c'est trop : Robert Montgomery, suivi par une bande de graffeurs de tous poils, a décidé de croiser le verbe avec l'image omniprésente.



Shoreditch billboard



« Robert Montgomery s'inscrit dans une tradition poétique et postsituationniste mélancolique » : en se décrivant, le gusse n'a pas l'air très prolixe, mais il s'illustre pourtant dans la lettre imprimée... Mélancolique mais pas défaitiste, Montgomery colle inlassablement ses textes blanc sur noir sur les publicités géantes qui fleurissent dans la capitale britannique comme les jonquilles sous les yeux de Wordsworth.

 

Montgomery fait dans la poésie concrète, du genre austère, pour mieux trancher avec « les images sexys ou les slogans que les gens peuvent lire en 7 secondes, sinon ils ne comprennent pas », explique l'homme qui, on l'aura deviné, évoque les techniques publicitaires comme un repoussoir pour son propre travail. « Je pense qu'on peut créer de petits moments de liberté de pensée quand on voit autre chose qu'une pub pour une mégabanque », poursuit-il.

 

 

Graham stop on the L train

 

 

Il y a quelques années, un mouvement est né de cette pratique, le brandalism, mot-valise formé avec brand (marque) et vandalism (faites pas genre, vous avez compris), qui trouve ses origines dans la culture hip-hop, mais aussi chez les casseurs de pub du Canada. Banksy s'est aussi illustré à l'occasion des JO, mais l'exploitation commerciale de ses graffs fait jazzer dans la communauté de l'underground...

 

Pas facile de rester du bon côté du mur.

Sources : Huffington Post , Independent , CBC News

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Le Paris me des kids, Marcella & Pépée

Présentation de l'éditeur : La Tour Eiffel dans tous ses états comme vous ne l'avez jamais vue. Couleurs pop et [...]

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

La tête sous l'eau

Le corps, une fois dans l'eau et en profondeur, remonte toujours à la surface. Il est comme une bouée, un ballon : il [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com