Zone 51 > Inénarrable > Actualité

Cette librairie de New York qui ne vend qu'un seul livre

Ecrit par le libraire

Par Clémentine Baron,Le mardi 03 mai 2011 à 08:24:18 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

« Il est tellement difficile de se faire remarquer quand on est un auteur débutant » plaide Andrew Kessler au New York Times, par ailleurs directeur artistique dans une agence de pub. Il a donc choisi d’ouvrir sa propre boutique et de l’appeler Ed’s Martian book (« Le livre martien d’Ed »).

Personne ne se prénomme Ed dans cette histoire, mais il pensait que ce nom conviendrait mieux au type de public susceptible d’entrer dans sa librairie.

Crédit photo Flickr
C’est donc sous la double casquette de libraire et d’auteur que Kessler vend son livre, intitulé Martian Summer: Robot Arms, Cowboy Spacemen, and My 90 Days With the Phoenix Mars Mission (« Eté Martien : bras de robot, cowboy de l’espace et mes 90 jours avec la mission Phoenix sur Mars ») qui se présente comme un témoignage des 3 mois que Kessler a passé en 2008, en compagnie d’une équipe de scientifiques et d’ingénieurs, dans un centre de contrôle.

Non seulement, Kessler vend son propre livre, mais il ne vend que celui-là. On peut donc admirer dans la librairie des piles et des piles du même titre, vendu 27, 95 dollars (soit environ 19€), par celui que l’on surnomme le « monobouquiniste ».

Comment dire...


Le concept peut plaire ou déranger mais il ne laisse pas indifférent. C’est là la clef du succès. En quelques semaines, Kessler aurait déjà vendu plus de 500 exemplaires, selon l'agence Reuters. Il a toutefois dû ajouter une pancarte sur sa vitrine : « Nous n’avons qu’un seul livre mais nous ne sommes pas des scientologues ».

Par ailleurs, Kessler qui avoue s’être inspiré des Meatball shops (restaurants qui ne vendent que des boulettes de viande), présente son travail comme une réflexion philosophique sur la place du livre papier à l’ère du numérique : « Les livres deviennent ainsi une installation artistique »

Opération marketing ou revendication conceptuelle, quoi qu’il en soit le livre a plutôt intérêt à être bon.


Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
kessler - andrew - martian - book



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

La tête sous l'eau

Le corps, une fois dans l'eau et en profondeur, remonte toujours à la surface. Il est comme une bouée, un ballon : il [...]

Index des articles parus sur les ensablés depuis 2011 – réouverture du blogue fin août

Chers lecteurs, voici les vacances et l'occasion de lire, découvrir ou redécouvrir des auteurs oubliés. Vous trouverez [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com