Zone 51 > Insolite > Actualité

Cabine téléphonique et bibliothèque publique font bon ménage

La combinaison de deux technologies, pour la création d'un troisième service...

Par Nicolas Gary,Le dimanche 19 février 2012 à 09:53:52 - 4 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

L'une des capitales culturelles des États-Unis, New York, pour ne pas la citer, compte actuellement 13.659 cabines téléphoniques publiques, dont les téléphones portables ont ravalé l'existence à celle de témoignage historique. 

 

Face à des millions et plus encore de portables, que faire ? Et surtout, qui se souvient d'avoir dernièrement, et pour autre chose que les besoins de discrétions de l'affaire Betencourt, avoir utilisé une cabine publique ? 

 

 

 

Certes, cela remonte à des années et plus encore. Aussi... un architexte-tecte new-yorkais, John Locke, vient de décider que pour offrir au paysage urbain une note de littérature, associée à l'ère des télécommunications, rien de mieux que de changer les cabines publiques en minibibliothèques.

 

C'est ainsi que l'on peut voir fleurir dans New York des cabines de ce type, dans un mariage de technologies archaïques, et toutes deux reléguées par l'évolution numérique que prend notre avenir. 

 

Si la première étape, esthétique, est franchie, la seconde, humaine, resterait encore à mettre en place, en permettant, après avoir décroché, d'être mis en relation directe avec un bibliothécaire, gratuitement ? 

 

 

 

 

 

Sources : Design Boom , Book Patrol

Pour approfondir



Réactions

Publié par wibix

 

Cela dit, des livres exposés directement à l'air extérieur ne tiendront pas longtemps... Et l'humidité de ne sera pas oublier pour venir les abîmer. Il reste à contrer ce pont-là.

Écrit le 19/02/2012 à 10:30

Répondre | Alerter

Publié par Xavier

 

on pourrait mettre une bibliothèque virtuelle... un distributeur d'ebook avec aussi un accès aux catalogues des bibliothèques des alentours par exemple?

Écrit le 20/02/2012 à 09:55

Répondre | Alerter

Publié par Denis Griesmar

 

Il existe des résistants au racket que constitue l'asservissement au téléphone mobile, et qui sont contents de trouver des cabines téléphoniques publiques.

Écrit le 20/02/2012 à 10:30

Répondre | Alerter

Publié par Rue-aux-Livres

 

Avant même de penser aux dégâts naturels, je pense surtout à ce que des écervelés pourraient faire subir aux livres ainsi exposés, par pure bêtise... Mais ayons foi en la bonté naturelle de l'humain...:)

Écrit le 20/02/2012 à 12:10

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com