Le monde de l'édition > International > Actualité

Allemagne : un classique littéraire modernisé... ou défiguré ?

La petite sorcière en tomberait de son balai

Le vendredi 18 janvier 2013 à 12:58:55 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Un éditeur allemand vient de jouir de l'une de ces promotions dont on se passerait volontiers. Die Kleine Hexe (La petite sorcière), l'ouvrage au centre de la polémique, écrit par Otfried Preußler, a été épuré des plusieurs termes considérés comme offensants. Qu'on lui demande de restaurer dans les meilleurs délais. Du « politiquement incorrect » passé au bistouri... surtout pour un éditeur spécialisé dans les oeuvres jeunesse... 

 

 

 

 

Originellement paru en 1957, le livre de la petite sorcière est un best-seller classique de l'Allemagne, mais l'éditeur Thienemann Verlag a décidé, dans un effort de modernisation, de supprimer certains mots ou expressions qui seraient choquants pour un jeune public. Ainsi, le mot « nègre » a disparu de tout le livre, ou encore le verbe wischen, qui dans son acception moderne, désigne le fait de se masturber. Horribile auditu !

 

La nouvelle édition n'a donc pas fini de faire rugir les Allemands, qui reprochent à l'éditeur une certaine pudibonderie et une politique de censure excessive, voire tout simplement, injustifiable. 

 

Les livres d'Otfried Preußler ont été traduits en 55 langues et plus de 50 millions d'exemplaires ont été vendus dans le monde entier. Or, près de 50.000 exemplaires de cette histoire de sorcière sont annuellement vendus en Allemagne, mais l'arrivée de cette nouvelle édition, prévue pour le mois de juillet, n'est pas du goût de tous.

 

« Ce ne sont pas seulement les termes politiquement incorrects comme ‘nègres' mais aussi des mots que les enfants ne comprennent plus », assure Klaus Willenberg, directeur de Thienemann Verlag. Mais rien, n'y fait : même les journaux allemands conservateurs déplorent que l'édition brise l'intégrité artistique de l'oeuvre, et souligne qu'il ne revient pas aux éditeurs de se soucier de censurer les ouvrages jeunesse.

 

Le mot qui commence par n-

 

Un courrier des lecteurs inhabituel est parvenu à la maison, considérant comme inadmissible d'opérer une telle coupure dans l'oeuvre originelle, alors que l'éditeur ne cesse de se défendre. « Personne n'a jamais accusé Otfried Preußler de racisme... Ses mots, à l'époque où il les a utilisés, étaient neutres. Mais ils ne le sont plus. » Et de garantir qu'il n'a pas effectué ces modifications à la légère : elles sont intervenues par nécessité, pour moderniser et ne pas reproduire des termes qui n'ont plus le même sens de nos jours.

 

Surtout que, d'ordinaire, les livres de Preußler, sont souvent lus par les enfants eux-mêmes, et il incombe à l'éditeur de s'assurer qu'ils sont pleinement compréhensibles. « La langue affecte notre conscience, et là où l'on peut éviter de mettre un terme discriminatoire, nous pensons qu'il est raisonnable de le supprimer. »

 

C'est tout le devenir de la littérature classique qui pourrait être revu à l'aune d'une pareille approche éditoriale. Surtout que, souligne Willenberg, la maison a également reçu des courriers de soutien, garantissant que ces interventions étaient justes. « À cause de l'histoire de l'Allemagne, le racisme est un sujet lourd », ajoute Mesghena Willenberg, qui travaille également pour la maison...

 

En janvier 2011, un livre de Mark Twain, Les aventures de Tom Sawyer et Huckleberry Finn, avait également été censuré, pour des raisons similaires. Dans une  édition alors à venir du livre, le mot nigger, considéré comme péjoratif et insultant, a été remplacé par son éditeur, au profit de slave.

 

« Je ne suis en aucun cas pour une aseptisation de Mark Twain. Les vives critiques de la société sont là. L'humour est intact. J'ai simplement eu l'idée de nous éloigner de l'obsession pour ce mot et de laisser l'histoire nous parler », justifiait alors l'éditeur. 

Sources : Spiegel , CMS Thienemann , Guardian

Pour approfondir

photo Solym Clément

   

Journaliste ActuaLitté média et high-tech. tête pensante et roseau flexible

 

Mots clés :
Allemagne - censure - vocabulaire moderne - éditeur



Réactions

Publié par Der Migrationswichser

 

WICHSEN -> se branler

Écrit le 18/01/2013 à 21:50

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

La logique du grain de sable: Galtier-Boissière (1891-1966) ou de l'utilité des ensablés dans les commémorations, de Carl Aderhold

Les commémorations ont ceci de paradoxal que bien loin de nous ramener à l'événement commémoré, elle nous renforce...

Voyage au bout du livre #1 : L'éditeur, passeur professionnel

Voyage au bout d'une livre, c'est le titre de l'une des rubriques que je propose désormais sur la plateforme Les...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com