Le monde de l'édition > International > Actualité

Décès d'Antonio Tabucchi, l'engagement civil

La mort d'un grand homme de la littérature italienne

Par Cécile Mazin,Le dimanche 25 mars 2012 à 18:53:55 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

C'est à l'âge de 68 ans qu'Antonio Tabucchi s'est éteint, à Lisbonne. L'auteur d'origine italienne était malade depuis longtemps, a expliqué son traducteur, Bernard Comment, et finalement, la maladie aura pris le dessus. 

 

Ce 25 décembre, affirme la presse italienne, c'est toute la culture de l'Italie qui est en deuil, alors que l'un des plus grands écrivains du pays, et au monde, vient de décéder des conséquences d'un cancer. Sa présence à Lisbonne, on la doit non seulement à sa passion pour la lusophonie, mais surtout parce que Tabucchi était l'un des plus importants experts et traducteurs de Fernando Pessoa, en italien. 

 

 

 

Né à Pise, le 24 septembre 1943, la carrière d'Antonio débuta voilà 36 ans, il a publié près de trente livres, tous particulièrement différents, avec des valeurs de liberté, de démocratie et de promotion de la liberté d'information. Raison pour laquelle, dans les années 90, avec son livre Pereira, il devint un symbole du front anti-Berlusconi au cours de cette période. 

Pereira prétend qu'il y avait trois hommes habillés en civil, et qu'ils étaient armés de pistolets. Le premier qui entra était un petit maigrichon avec de fines moustaches et une barbiche couleur châtain. Police politique, dit le petit maigrichon avec l'air de celui qui commandait, nous devons perquisitionner l'appartement, nous recherchons une personne. Faites-moi voir votre carte d'identification, s'opposa Pereira. L'un des deux autres pointa son pistolet vers la bouche de Pereira et susurra : ça te suffit comme identification, gros lard ? 

Lisbonne 1938. Sur fond de salazarisme portugais, de fascisme italien et de guerre civile espagnole, un journaliste portugais solitaire voit sa vie bouleversée. Devenue une oeuvre emblématique de la résistance au totalitarisme et à la censure, Pereira prétend raconte la prise de conscience d'un homme confronté à la dictature.

 

Le président Giorgio Napolitano a exprimé sa compassion à la famille, évoquant la perte d'un « écrivain engagé civilement, qui de par son attention à l'égard des traditions et de l'histoire, et pas seulement celles de son pays, ainsi que ses liens, son style littéraire, a été en mesure d'incarner l'esprit européen ». 

 

Aujourd'hui, ajoute-t-il, l'Italie regrette la mort « d'un ami, d'un compagnon de voyage, un homme qui fut de son temps, avec passion et colère, un intellectuel européen, un grand écrivain ». 

 

Une Italie dans laquelle il était aujourd'hui un étranger, souligne le réalisateur Roberto Faenza, alors qu'il était l'une des rares voix de la dissidence et de la révolte, « contre un pays chloroformé ». Parmi ses dernières grandes et farouches prises de position, cette tribune qui fut publiée dans El Pais, où il invitait tout le pays, à Deberlusconiser l'Italie

 

Il dénonçait les 17 années de profit personnel réalisé par l'homme politique aidé de l'homme d'affaires, et inversement. Un projet de deberluconiser qui « ne sera pas facile », mais impliquait surtout « d'éradiquer ce microbe qui se propage partout en Europe ».

 

Antonio Tabucchi reçut de nombreux prix, dont le Médicis en France, en 1986. Il fut à de nombreuses reprises cité pour l'obtention du Nobel de littérature, qu'il ne reçut cependant jamais. 

   

 

Retrouver tous les livres d'Antonio Tabucchi

Pour approfondir



Réactions

Publié par Bailhache

 

Pourquoi datez-vous l'annonce de la mort d'Antonio Tabucchi au 25 décembre ? Bizarre, bizarre...

Écrit le 26/03/2012 à 07:28

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Qui a peur du grand méchant loup ? « Chrono », 50ème nouvelle du Projet Bradbury

Le temps file : déjà le 50ème texte. D'ordinaire, chaque palier en dizaine est une source de satisfaction, mais à deux [...]

Le Paris me des kids, Marcella & Pépée

Présentation de l'éditeur : La Tour Eiffel dans tous ses états comme vous ne l'avez jamais vue. Couleurs pop et [...]

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com