Le monde de l'édition > International > Actualité

Bret Easton Ellis enterre (encore) David Foster Wallace

Et le droit de réponse alors ?

Par Antoine Oury,Le jeudi 06 septembre 2012 à 15:05:00 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

À défaut de créer la polémique avec un livre rythmé par des meurtres ultraviolents, Bret Easton Ellis s'est rabattu sur Twitter : après une semi-éviction du casting de Fifty Shades of Grey où il devait officier en tant que scénariste, (voir notre actualitté) le membre émérite du Brat Pack s'est attaqué à David Foster Wallace qu'il juge visiblement surévalué par ses pairs.

 

American Psycho

(auteur : Profound Whatever)

 

Sûr que les nécrologies, ou en l'occurrence les parutions de « biographie officielle et définitive » sont l'occasion de panégyriques plus ou moins sincères et assumés, mais Ellis a eu le tweet assassin. « [L]a solennité du mythe de David Foster Wallace sur un plan purement littéraire est à la limite de l'écoeurement » a-t-il jugé en lisant la biographie Every Love Story is a Ghost Story, rédigée par D.T. Max et relatant quelques savoureuses anecdotes de la carrière de Foster Wallace. (voir notre actualitté)

 

Et Ellis a poursuivi, allant jusqu'à surnommer le macchabée « Saint David Foster Wallace » et prenant un malin plaisir à épingler le conservatisme, la jalousie et le statut d'« escroc » qu'il attribue à Wallace. En 2008, quelques jours après le décès de Wallace, Ellis ne mâchait déjà pas ses mots et jugeait Infinite Jest « illisible ». Il faut au moins reconnaître qu'il a de la suite dans les idées.

 

Mais remontons un peu plus loin, avec un Wallace vivant et un Bret Easton Ellis en plein battage médiatique pour le choquant American Psycho : David Foster Wallace avait alors donné son avis de lecteur sur le livre de son confrère...

 

Parole d'auteur : « Écoutez, si notre condition contemporaine est désespérément merdique, insipide, matérialiste, émotionnellement attardée, sadomaso et stupide, alors je peux (et n'importe quel écrivain aussi) m'en sortir en faisant des histoires avec des personnages stupides, insipides, handicapés sur un plan émotionnel, ce qui est simple, parce que ce genre de personnage ne demande aucun développement. Et des descriptions qui ne sont que des listes de marques. Où les gens sont débiles et se disent des choses insipides. »

 

Si David Foster Wallace se venge d'outre-tombe, Ellis a du souci à se faire...

 

Sources : Book haven , Biblioklept

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

La tête sous l'eau

Le corps, une fois dans l'eau et en profondeur, remonte toujours à la surface. Il est comme une bouée, un ballon : il [...]

Index des articles parus sur les ensablés depuis 2011 – réouverture du blogue fin août

Chers lecteurs, voici les vacances et l'occasion de lire, découvrir ou redécouvrir des auteurs oubliés. Vous trouverez [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com