Le monde de l'édition > International > Actualité

Front commun des artistes égyptiens pour la liberté d'expression

résolus à serrer le poing mais certainement pas les lèvres

Le mercredi 30 janvier 2013 à 16:50:10 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Tandis que la nouvelle constitution égyptienne, défendue par les islamistes et adoptée au cours du mois de décembre dernier, menace de porter atteinte à la liberté d'expression, des artistes locaux, critiques et académiques s'unissent pour exprimer leur résistance contre le président Mohamed Morsi et la censure religieuse. C'est dans ce contexte que se tenait ce mois-ci une manifestation au Caire, dont le mot d'ordre était : « Long Live Free Art ». Par ailleurs, des acteurs ont remporté un procès contre des fondamentalistes qui les avaient accusés d'immoralité.

 

 

 

 

Un an après la révolution qui a secoué le pays, et alors que les islamistes démontrent au quotidien le caractère bien tranché de leurs positions à l'encontre de l'expression artistique, l'Égypte voit se multiplier les manifestations de masse, les performances d'art de rue, procès, lettres ouvertes et autres déclarations d'artistes entrés en résistance.

 

Différentes coalitions ont émergé à travers le pays. L'Egyptian Creativity Front notamment, dernier né des mouvements opposés aux ultraconservateurs des partis Al-Nour et Frères musulmans, avait protesté au cours des mois de novembre et décembre dernier contre la constitution et l'application de la charia.

 

Et dans un pays ou des politiques comme Yasser Borhami, un membre du parti Al-Nour, ont loué la constitution pour avoir établi « des restrictions à la liberté de pensée, d'expression et de créativité », les tensions sociales vont croissantes. 

 

Pour le moment, les Frères musulmans font activement la course aux comédiens, aux présentateurs de télévision, rédacteurs et autres journalistes, avec pour armes la censure et les attaques en justice pour motif d'insultes au président Morsi ou à l'islam. Mais le monde des artistes craint que cette chasse aux sorcières visant les médias ne s'élargisse à d'autres secteurs culturels.

 

Au cours de la manifestation Long Live Free Art, ont été exposées des oeuvres protestataires d'artistes comme Keizer, Moataz Nasr et Yasser Nabaiel. Et selon eux, ils ne sont pas prêts de céder face à la répression.

 

Fatenn Mostafa, fondateur de l'association Art Talks Egypt et conservateur de l'exposition, a déclaré : « La nouvelle constitution met la religion au-dessus de la loi et de la société civile. La crainte est que les Frères musulmans dictent ce qui est permis et ce qui n'est pas autorisé dans l'art. À partir du moment où vous imposez des règlements sur l'art, vous le tuez. [...] L'art comme moyen de résistance est tout à fait crucial aujourd'hui. Au point où nous en sommes, il nous faut descendre dans la rue, il faut combattre le feu par le feu. Il n'y a pas de révolution sans sacrifice. »

Sources : The Art Newspaper , Courrier International

Pour approfondir

photo Helmlinger Julien

   

Journaliste ActuaLitté. Padawan de l'information, en passe de devenir Jedi.

 

Mots clés :
Liberté d'expression - Artistes - Egypte - Long Live Free Art



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Qui a peur du grand méchant loup ? « Chrono », 50ème nouvelle du Projet Bradbury

Le temps file : déjà le 50ème texte. D'ordinaire, chaque palier en dizaine est une source de satisfaction, mais à deux [...]

Le Paris me des kids, Marcella & Pépée

Présentation de l'éditeur : La Tour Eiffel dans tous ses états comme vous ne l'avez jamais vue. Couleurs pop et [...]

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com