Le monde de l'édition > International > Actualité

L'éditeur défend son auteure de tout plagiat : pas de Poe avec elle

C'est une forme de solidarité belle et rare... ou d'imbecillité

Par Nicolas Gary,Le samedi 10 décembre 2011 à 12:43:36 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

La romancière américaine Leonore Hart n'aura peut-être fait qu'une seule erreur : vouloir puiser dan un évènement de l'histoire littéraire le sujet de son roman. En publiant Raven's Bride, elle souhaitait revenir sur le mariage d'Edgar Allan Poe avec sa jeune cousine... mais en oubliant qu'un autre roman reposant sur cette histoire avait été publié en 1956.

 

Et il est vrai qu'entre les deux ouvrages, plusieurs similitudes, au-delà du thème, pouvaient se faire jour. Pour faire simple, le texte de 1956 est raconté à la troisième personne tandis que celui de 2011 l'est à la première. Et tous deux racontent l'histoire de Viriginia Clemm, qui a épousé son cousin, Edgar, alors qu'elle n'avait que 13 ans.

 

Version de O'Neal

"She turned to look out across the basin toward Federal Hill."

Version de Hart

"I turned away to look out across the basin toward Federal Hill."

 

ou encore

 

From “The Very Young Mrs. Poe”:

The docks were busy, and the wagonette was held up now and then by dray wagons loaded with hogsheads of tobacco and sacks of flour and cornmeal. Sometimes an empty collier's wagon rumbled toward the coal yards on the canal basin farther upstream.

From “The Raven's Bride”:

Our wagonette was nearly empty, but the docks were very busy. We would lurch forward, only to stop for a dray loaded with sacks of flour and cornmeal, or an empty collier's wagon rumbling and rattling over the cobblestones toward the coal yards upstream.

 

Mais depuis cette fin novembre où le scandale a éclaté, voilà que l'éditeur se décide finalement à prendre la parole pour défendre son auteure. St. Martin Press a ainsi pris la parole fermement, pour assurer au monde entier que, non, sa romancière n'avait rien pris à personne pour la rédaction de son livre.

 

 

« Mme Hart a fourni une réponse détaillée, dans laquelle elle cite ses recherches et ses sources bibliographiques autant qu'historiques, et a expliqué pourquoi son roman et celui de Cothburn O'Neal, The Very Young Mrs. Poe contiennent certains détails géographiques, des descriptions ou des évènements [communs]. Au regard de la réponse donnée par Mme Hart, bien évidemment, deux romans portant sur le même personnage historique et nécessairement tributaires de la même notice historique limitée, contiennent des similitudes. » 

 

Du plagiat ? Non, sûrement pas, assure donc l'éditeur. Et si ce dernier a pris ces trois semaines pour répondre, c'est pour être certain d'examiner précisément et attentivement les allégations plutôt que de répondre dans l'empressement, au risque de commettre un impair.

 

La dernière réponse viendra du blog The Worl of Poe, qui, citant l'auteur lui-même, explique : « Tenter de réfuter une accusation de plagiat, en affirmant que le plagiat n'existe pas, est une bêtise, rien de plus. »

Sources : Galley Cat , New York Times , The World of Poe

Pour approfondir

Mots clés :
Edgar Poe - plagiat - éditeur - réfuter



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Écrire en funambule : « Le Jour du grand orage », 36ème nouvelle du Projet Bradbury

Je l'ai dit plus d'une fois : le Projet Bradbury est aussi l'occasion pour moi d'expérimenter et, à mesure...

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com