Le monde de l'édition > International > Actualité

Lawrence Ferlinghetti décline les 50.000 € d'un prix hongrois

Protestation contre l'érosion des libertés civiles

Par Julien Helmlinger,Le lundi 15 octobre 2012 à 13:44:02 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Jeudi dernier, le poète Lawrence Ferlinghetti a refusé le Prix Janus Pannonius, créé en février par le Club PEN Hongrie. L'Américain a refusé la distinction ainsi que les 50.000 € à la clé. Cette récompense littéraire est dédiée à la promotion de la liberté de discours ainsi qu'au soutien des écrivains emprisonnés de par le monde.

 

 

L'écrivain officie également en tant qu'éditeur et propriétaire de la librairie spécialisée en poésie City Lights Books qui a notamment contribué à la reconnaissance d'artistes de la Beat Generation comme Allen Ginsberg et Jack Kerouac.

 

Dans une lettre adressée, la semaine dernière à l'ancien secrétaire d'État pour la culture et président du PEN club de Hongrie, Geza Szocs, Ferlinguetti a expliqué son refus. L'acte mutin est motivé par la volonté de dénoncer la politique du gouvernement hongrois qui finance en partie la récompense.

 

Voici l'intégralité de la lettre :

 

Cher Geza Szocs,

 

Après avoir consciencieusement fait des recherches sur le Prix Pannonius et ses sponsors, incluant l'actuel gouvernement hongrois, j'en suis arrivé aux conclusions suivantes : depuis que le prix est partiellement financé par l'actuel gouvernement hongrois, et depuis que les politiques de son régime de droite versent dans les règles autoritaires et  d'importantes attaques de la liberté d'expression et des libertés civiles. Je trouve impossible pour moi d'accepter ce prix aux États-Unis. Ainsi, je dois refuser le prix dans sa forme actuelle.

 

En tous les cas, reconnaissant la dévotion totale du PEN Club hongrois ainsi que vous-même pour la liberté d'expression et la justice sociale, je propose que l'argent du prix soit utilisé pour créer des finances qui seraient administrées par le PEN Club hongrois, et les dédier uniquement à la publication des auteurs dont les écrits soutiennent la liberté d'expression totale, les droits civils, et la justice sociale. Ce sont les seuls termes sous lesquels je pourrai accepter le Prix Pannonius.

 

En défense des institutions dédiées à la liberté individuelle et à la démocratie, sincèrement votre.

 

Lawrence Ferlinguetti

Sources : Melville House , NY Daily News , LA Times

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Écrire en funambule : « Le Jour du grand orage », 36ème nouvelle du Projet Bradbury

Je l'ai dit plus d'une fois : le Projet Bradbury est aussi l'occasion pour moi d'expérimenter et, à mesure...

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com