Le monde de l'édition > International > Actualité

Le comportement honteux d'Amazon, et des auteurs démunis

Hachette prisonnier du marchand en ligne, qui tente de trouver une échappatoire

Le samedi 24 mai 2014 à 10:55:51 - 11 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Hier, le conflit Amazon-Hachette Book Group est monté d'un cran : en supprimant les précommandes pour certaines nouveautés, le cybervendeur accentue la pression sur l'éditeur, alors que leur opposition dure maintenant depuis plus de deux semaines. Et les auteurs tentent de pallier l'absence complète de communication de leur éditeur, outre-Atlantique - et de ses filiales.

 

 

Cartons Hachette Distribution - PoD Hachette Maurepas

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Sur les pages Facebook, des uns et des autres, on peut retrouver un message assez commun : « En raison d'un différend avec Hachette Book Group, Amazon a choisi de tenter d'intimider les éditeurs, les auteurs et les lecteurs, en diminuant de manière significative les remises sur mes livres », écrit en substance Jeffery Deaver. Et il n'est pas le seul. De nombreux autres prennent la parole, autant de relais d'informations pour le groupe, qui s'est terré dans un mutisme de mauvais augure depuis que le problème s'est répandu dans la presse. 

 

Avec 65 % du marché du livre numérique aux États-Unis, Amazon est en position de force sur le segment, alors que Hachette Book Group voit son chiffre d'affaires dans le domaine numérique augmenter de trimestre en trimestre. Mais quand on pèse au global 7,5 milliards €, contre 75 milliards $ pour Amazon, difficile de tenir les négociations sans être légèrement chahuté par une pareille période de quasi embargo. En effet, tout a commencé quand les auteurs se sont rendu compte que leurs titres étaient proposés dans les pages d'Amazon avec un délai de livraison de 2 à 5 semaines, totalement inédit pour le marchand toujours prompt à expédier ses commandes. 

 

Évidemment, pour les écrivains, il faut encourager à acheter ailleurs, à se rendre dans les librairies indépendantes, à trouver d'autres points de vente en ligne. Mais pour les possesseurs de Kindle, l'unique solution reste Amazon, et son format propriétaire permet bien de continue à approvisionner les consommateurs pris dans les filets de l'écosystème prison dorée. Parce que, bien entendu, les versions numériques sont, elles, toujours disponibles.

 

Difficile de savoir combien d'ouvrages sont réellement touchés par cette campagne de semi-boycott, puisque l'on a pu constater que même les publications dans les domaines du comics et du manga sont concernées par les mesures prises. Ce qu'il est intéressant de constater, c'est que la presse américaine se rend de plus en plus compte que cet affrontement est à mettre en perspective avec le procès Apple contre le ministère de la Justice et la décision de condamner la firme pour entente. 

 

En trame de fond, le procès pour entente sur l'ebook

 

Au coeur du litige entre les deux acteurs, se trouve donc la vente de livres numériques, avait confirmé un porte-parole de Hachette. Depuis la fin du contrat d'agence, ou contrat de mandat, proposé par Apple, les éditeurs fixent un prix de vente, mais les détaillants peuvent s'en écarter, avec généralement près de 30 % de remise proposé aux clients. Avec le contrat d'agence, le prix de vente était défini, et identique pour tous les revendeurs - ce qui avait introduit une régularisation de la concurrence entre les ebookstores. Et diminué le pouvoir monopolistique d'Amazon dans le secteur. 

 

On peut alors, comme Anna Holmes, parler de « comportement honteux », de la part d'Amazon, et inviter les clients à se rendre sur le site de Barnes & Noble, ou dans ses librairies, mais pour l'heure, le fait est qu'un fournisseur est en âpres négociations avec son revendeur. Et que ledit revendeur a vu son activité rebondir, et reprendre du poil de la bête - autant que des parts de marché - dès lors que le ministère de la Justice américain a mis un terme au contrat d'agence. 

 


 

Pour Mike Shatzkin, directeur de Idea Logical, « on a remis le plus gros marteau, dans les mains d'Amazon » - et à Thor, plutôt qu'à Raison... Parce que, même si Apple plaide non coupable, et a fait appel de la condamnation, reste que durant encore 18 mois, ou presque, Amazon pratiquera la politique tarifaire qu'il souhaite sur les livres numériques. Avec en perspective d'écraser plus encore les autres revendeurs, imposant par conséquent son format ebook, le Kindle, et l'environnement d'appareils et d'applications qui vont avec. 

 

« Achetez chez Amazon des livres, et la prochaine fois, ils vous proposeront du papier toilette, un ordinateur, un manteau d'hiver. Apple ne peut pas faire cela, personne d'autre ne peut le faire », poursuit le patron d'Idea Logical. Le livre, une fois de plus, ne serait qu'une solution pour attirer de nouveaux clients dans les mailles de son filet à base de données : une fois empêtrés, il ne leur reste plus qu'à recevoir les offres promotionnelles multiples, et finalement, un beau jour, se laisser séduire. 

 

On comprend dès lors mieux pourquoi il est impératif, outre-Atlantique, et partout dans le monde, qu'Amazon parvienne à maintenir les prix les plus attractifs sur ce segment du commerce. Et comment, dans cette logique, il ne pouvait exister d'autre solution que de proposer un format de livres numériques propriétaire. 

 

Sophie Cottrelle, porte-parole de Hachette Book Group assure : « Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour trouver une solution à cette situation difficile, celle qui servira au mieux nos auteurs et leurs travaux, et qui préserve notre capacité à survivre et prospérer en tant qu'entreprise solide et tournée vers ses auteurs. » La communication, passée par l'agence de presse Associated Press, sera entendue par le plus grand nombre. Mais les auteurs qui manqueront de patience, et décideront de quitter l'éditeur par la suite - ne serait-ce que pour éviter un nouveau conflit de ce genre - pèseraient lourd dans la balance. 

 

Surtout que, si l'affaire a été divulguée dans la presse voilà deux semaines, il semble bien qu'elle ait débuté en novembre 2013. Date à laquelle certains agents ont commencé à faire des retours auprès de l'éditeur, en lui signalant de multiples problèmes dans la commercialisation des ouvrages de leurs auteurs...

Sources : Teleread , Mercury News , USA Today , The Digital Reader , The Guardian

Pour approfondir

photo Gary Nicolas

   

Directeur de la publication de ActuaLitté. Homme de la situation.

 

Mots clés :
Hachette Book Group - Amazon - délais de livraison - négociations contractuelles



Réactions

Publié par Albert de Pétigny

 

Et voilà ce qui arrive lorsque l'on accepte de se faire enfermer dans des standard propriétaires...
Je constate que l'on soit grand ou petit, certaines règles restent valables : veiller à son indépendance et maintenir un lien direct avec ses clients.

Écrit le 24/05/2014 à 13:12

Répondre | Alerter

Publié par Moggio

 

Toujours ce biais anti-Amazon...

Et ces pauvres consommateurs qui sont pris dans ses filets, oh là là... Mais, avec une Amazon si méchante, ils ne peuvent vraiment rien faire, les consommateurs, pour se tirer de ses filets, vraiment vraiment rien ? Il n'y a qu'un moyen unique pour eux de se procurer les livres qu'ils veulent lire, c'est ça ?! Ou bien -- soyons fous ! -- sont-ils en fait très satisfaits des services offerts par Amazon, et ça, ce serait insupportable pour certains ? Ah oui, c'est ça, en fait, c'est plus compliqué, nous disent plusieurs lobbies de l'industrie du livre, les consommateurs ne se rendent pas compte et ne comprennent pas ce qui les attend... (rires)

Et, de nouveau, cette espèce de suggestion implicite (voir d'autres articles d'ActuaLitté) qu'Apple aurait pratiqué l'entente condamnable à cause, en fait, uniquement d'Amazon, avec une Apple pauvre victime elle aussi, du Grand Méchant au large sourire !

Le responsable, c'est bien sûr, mais pour le plus grand bénéfice de ses clients du monde entier, le détaillant innovant parti de rien et menaçant depuis quelques années tant de rentes de situation plus ou moins confortables en amont comme en aval, pas, par exemple, les éditeurs (victimes eux aussi, bien sûr) qui préfèrent toujours vendre avec des DRM ( http://www.digitopoly.org/2014/05/23/how-hachette-could-fight-back-against-amazon/ ). Et en plus c'est le plus petit des cinq gros éditeurs à New York qui est touché, qui est victime, quelle lâcheté !

Et depuis le temps qu'Amazon est accusée d'abus de position dominante (dans la liste, il y a aussi "dumping", "concurrence déloyale", etc.), pourquoi diable n'a-t-elle pas été condamnée par au moins une autorité de la concurrence nationale ou supranationale ?

Tu vois, mon chéri, nous, on est les Gentils et eux, ce sont les Méchants. Comme ça, c'est simple, pas complexe.

Écrit le 25/05/2014 à 00:20

Répondre | Alerter

Publié par mise en trope

 

votre titre, si l'on s'en tient à la syntaxe correcte du français, suggère que le comportement est honteux des deux côtés.

Écrit le 25/05/2014 à 09:01

Répondre | Alerter

Publié par Nicolas Gary

en réponse à mise en trope  

Je ne suis pas certain, la virgule intervient pour établir une incise, mettant en balance d'un côté le comportement honteux, puis de l'autre, les auteurs démunis.

Écrit le 25/05/2014 à 10:42

Répondre | Alerter

Publié par Nicolas Gary

en réponse à Moggio  

Moggio, je vous renvoie à la lecture de cet autre article
http://www.actualitte.com/economie/conflit-d-hachette-et-amazon-king-kong-contre-godzilla-50052.htm
où vous découvrirez que le monde n'est pas noir ou blanc, mais bien nuancé de gris. J'ose espérer que vous l'aviez inclus dans votre liste des autres articles à lire.
Cdt

Écrit le 25/05/2014 à 10:45

Répondre | Alerter

Publié par Kafarnaum

en réponse à Moggio  

Voilà à nouveau le lobbyiste préféré d'Amazon qui entre en scène, et argumente pour son patron! Rien ne peut excuser celui-ci, qui écrase par tous les moyens à sa disposition ses concurrents, les éditeurs, les auteurs, et partant et au final écrasera aussi la portefeuille des clients, une fois la concurrence bannie ou éliminée. Cela est tellement dans ses gênes, à Bezos, qu'il ne s'en cache même plus, il l'assume, sous couvert de "se n'est pas interdit", ou de "personne ne nous poursuit", alors que tout cela a été ourdi de longue date, à l'aide de cabinets d'avocats et de stratèges de la "com" grassement payés, en utilisant toutes les ficelles de l'économie libérale, et les failles de nos faibles démocraties, naïves et bien pensantes, nos pauvres et innocents législateurs n'ayant jamais imaginé, ni anticipé les dérives et usages faits des libertés accordées, ni des "trous" que l'Europe à laisse creuser dans son fonctionnement. Mais ceux qui paieront au final l'évolution et les gains du grand "bazar Américain, seront les consommateurs, et en tout premier les lecteurs, attirés à grand coup de dumping, dans les griffes acérées du bazar, et qui ne pourront ni ne sauront s'en défaire plus tard, car il sera alors trop tard, les autres intervenant du livre, libraires, chaînes du livre(Chapitre, Virgin, Cultura etc.), grandes surfaces, et surtout autres vendeurs du net, ayant mis la clé sous la porte, ou étant en train de le faire! Bezos sera alors seul -son rêve prenant réalité, et ses actionnaires récupérant leur obole- alors bonjour le marché, et les prix. Big brother from America sera là pour nous faire payer le prix fort de nos faiblesses et nos négligences!
Contre cela une seule façon de lutter, les boycotter! Et payer pour un temps un peu plus cher, quelques frais de port, auprès des sites de vente comme www.leslibraires.fr ou autres, qui ont les stocks et une offre largement concurrentielle et fournie, pour les empêcher de nuire et de "squatter" complètement le marché. Qu'on se le dise!!
Sous peu, avec la nouvelle loi, il sera moins cher de commander ses livres, via internet, chez son libraire de proximité, et d'aller les chercher ensuite, avec 5% de remise, et sans frais, avec en plus le plaisir de rencontrer des libraires passionnés, de voir et de toucher des livres, les choisir, écouter les avis, et donc bien et mieux acheter!

Écrit le 25/05/2014 à 10:48

Répondre | Alerter

Publié par Patbad

en réponse à Nicolas Gary  

Il y a en effet une possibilité de confusion, même si nous avons compris le sens, n'ayant pas l'esprit mal tourné! Il aurait été plus précis d'écrire:
"Le comportement honteux d'Amazon, face à des auteurs démunis"

Écrit le 25/05/2014 à 10:55

Répondre | Alerter

Publié par Loïc

 

Oh mon dieu, le grand Satan, Amazon essaie de faire plier une maison d'édition. Amazon n'est pas tout blanc, mais par pitié, ces articles partisans me fatiguent. Une analyse plus constrastée serait autrement plus constructive :
http://www.teleread.com/ebooks/amazon-derangement-syndrome-characterizes-dispute-between-amazon-and-hachette/

Écrit le 25/05/2014 à 17:11

Répondre | Alerter

Publié par Nicolas Gary

 

En fait il y aurait plutôt une figure de style, le chiasme qu'il faudrait considérer plutôt que le problème syntaxique.
Cdt

Écrit le 25/05/2014 à 17:55

Répondre | Alerter

Publié par Nicolas Gary

en réponse à Nicolas Gary  

Bonjour
Je vous propose la lecture de cet article qui devrait mieux exposer les problématiques
http://www.actualitte.com/economie/conflit-d-hachette-et-amazon-king-kong-contre-godzilla-50052.htm
Mais il n'y a rien de partisan dans nos articles ni de parti pris pour l'une ni l'autre partie.

Écrit le 25/05/2014 à 18:00

Répondre | Alerter

 

12

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

La tête sous l'eau

Le corps, une fois dans l'eau et en profondeur, remonte toujours à la surface. Il est comme une bouée, un ballon : il [...]

Index des articles parus sur les ensablés depuis 2011 – réouverture du blogue fin août

Chers lecteurs, voici les vacances et l'occasion de lire, découvrir ou redécouvrir des auteurs oubliés. Vous trouverez [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com