Le monde de l'édition > Justice > Actualité

Contrefaçon : Facebook estime que le mot Book lui appartient

Et attaque un site minuscule qui s'appelle Teachbook et repose sur la mise en relation des enseignants entre eux...

Par Nicolas Gary,Le vendredi 27 août 2010 à 15:44:44 - 8 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Admettons : demain, il vient l'idée à un joyeux farfelu de déposer un brevet sur le mot brevet. Comment réagir ? L'interner sans autre forme de procès ? S'il est humble, ce sera facile. Mais quand Facebook décide de se battre sur un terrain tout à fait similaire, cela prend une ampleur tout autre.

Ainsi donc, le réseau social vient de porter plainte contre un microscopique site internet - comparativement - et entièrement voué aux enseignants, nommé Teachbook. Le point commun ne sautera peut-être pas aux yeux sur le champ pourtant... Facebook revendique le terme 'book' comme étant sa marque, et son identité, dans le secteur du réseau social.

De quoi Book est-il la marque ?

Facebook accuse ainsi le site de détourner la marque Facebook, en s'appropriant le terme 'book', qui constitue l'essence même de son réseau, et estime qu'en agissant de la sorte, le site Teachbook chercher à devenir le Facebook des profs. Avec 500 millions d'utilisateurs du monstrueux réseau social, tout cela peut prêter à sourire.

Mais c'est pourtant très sérieux : Facebook réclame des dommages-intérêts qui n'ont pour le moment pas été dévoilés et exige de la part du tribunal de Northbrook, dans l'Illinois, que le juge délivre une ordonnance ordonnant que Teachbook referme son livre.

Book-Hein (déposé par une marque de bière)

Évidemment, on nage en plein délire. À aucun moment, pour exemple, nos confrères de ActuaBD ne se sont offensés de la création de ActuaLitté. Ou alors, ils ne nous l'ont pas dit. Mais ce qui est surtout fantastique, c'est que Facebook s'appuie sur un mot que l'on pourrait traduire par trombinoscope. Et finalement, ne s'est pas tant foulé pour arriver à un nom de marque déposé...

Le réseau social créé par Mark Zuckerberg n'est toutefois pas le premier à entrer en litige autour du mot 'book', mais surtout, le porte-parole, Barry Schnitt entend que Teachbook ne dilue pas la marque Facebook en reprenant une partie de son nom et de son concept.

Pour le moment, pas de date d'audience. Mais on se marre déjà de voir possiblement arriver un BookSeller, qui serait le réseau social des libraires...

Mise à jour du vendredi 27 août
La suite de l'histoire, mais cette fois, en mode Dans ta Face

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
book - marque - protéger - facebook



Réactions

Publié par Msxman

 

Il faudrait se renseigner auprès d'un juriste, mais il est fort possible que ce soit une tentative d'obtenir gain de cause devant un tribunal pénal, ce qui permettrait peut-être par la suite à Facebook de s'appuyer sur ce jugement favorable (telle une jurisprudence) ?
Si c'est le cas, l'opération doit être bien pensée et en cas de victoire, d'autres sites ou sociétés seront également attaquées !
Il parait qu'il y en a qui gagne leur vie comme ça...
ToT

Écrit le 26/08/2010 à 10:31

Répondre | Alerter

Publié par FFnnc

 

Hmm... ça me fait penser à Lucas Films qui vient de porter plainte contre l'usage des termes banals (sabre laser, pouvoir de faire léviter les choses, etc.) qui ne sont pas réellement de leur invention. http://bit.ly/9pbR34 />
C'est bien, privatisons le langage... il ne restera plus qu'à en inventer un autre :p

Publié par oomu

 

la plainte de facebook est fondée. Ce n'est pas si caricatural, ce n'est pas une absurdité. Effectivement l'autre société se pose en concurrent et l'usage du terme "book" n'est pas anodine.

Facebook utilise peut être nom super facile à trouver mais c'est eux qui l'ont utilisé et développer jusqu'à son succès actuel

il est donc légitime d'écouter leur plainte et le droit des marques va plutôt dans le sens de facebook.

Le juge verra. ne vous inquiétez pas, le Droit des marques n'est pas écrit pour détruire le monde et supprimer le mot "livre" des rêves des enfants.

Écrit le 26/08/2010 à 14:01

Répondre | Alerter

Publié par oomu

 



encore une fois :

"sabrelaser" ou "jedi" ne sont pas des mots du langage commun des mousquetaires de louis XIV ni une expression fort pittoresque des aborigènes bien avant la fondation de l'australie mais bel et bien des termes développés et associés aux créatifs Lucas et ses employés.

Cela se respecte donc s'il y a plainte et voir si cela fait sens dans le contexte précis.

(par exemple, pour le produit "jedi mind", c'est pratiquement certain que Lucasfilm a raison).

-
et non, peu importe la décision de justice finale, ça n'empêchera pas les enfants de faire les chevaliers jedis dans les cours de récréés.

Lucas n'est pas si puissant dans le coté obscur de la Force qu'il puisse "privatiser le langage"

Écrit le 26/08/2010 à 14:05

Répondre | Alerter

Publié par bobi

 

la famille de Dino Buzzati pense d'ailleurs faire un procès à faceboook qui exploite honteusement le "K" du célèbre écrivain

Écrit le 26/08/2010 à 20:45

Répondre | Alerter

Publié par ysengrain

 

je cherche un avocat pour défendre la cause des chèvres du genre masculin !!!

Écrit le 27/08/2010 à 08:17

Répondre | Alerter

Publié par Fessebouc

 



Supprimer le rêve des enfants? oh, que non!

Plutôt encaisser 1 $ pour chaque minute de rêve, et enfermer les récalcitrants.

C'est ça, le monde de fessebouc, des juristes étatsuniens et du merveilleux système étatsunien si plein de liberté et tout et tout.

Écrit le 27/08/2010 à 12:18

Répondre | Alerter

Publié par mahdi

 

slm

Écrit le 10/03/2011 à 16:52

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

La logique du grain de sable: Galtier-Boissière (1891-1966) ou de l'utilité des ensablés dans les commémorations, de Carl Aderhold

Les commémorations ont ceci de paradoxal que bien loin de nous ramener à l'événement commémoré, elle nous renforce...

Voyage au bout du livre #1 : L'éditeur, passeur professionnel

Voyage au bout d'une livre, c'est le titre de l'une des rubriques que je propose désormais sur la plateforme Les...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com