Le monde de l'édition > Justice > Actualité

Les éditeurs britanniques donnent leur avis sur les exceptions au copyright

Et il n'est pas très bienveillant

Le mercredi 23 janvier 2013 à 11:52:20 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Le directeur exécutif de la Publishers Association rassemblant les éditeurs outre-Manche, Richard Mollet, a été reçu par le comité Culture, Média et Sports dans le cadre des exceptions au droit d'auteur que le gouvernement britannique souhaite acter avant la fin d'année. Et n'a pas hésité à défendre les intérêts des éditeurs, face à des réformes « potentiellement hideuses », rapporte The Bookseller.

 

 

COPYRIGHT

Pryere, CC BY-NC-SA 2.0

 

 

Pour préparer son importante réforme du droit d'auteur, prévue pour la fin de cette année, le gouvernement britannique reçoit les principaux acteurs du monde culturel, afin de consulter chaque partie concernée. Au cours de la session visible à cette adresse, Mollet exprime toute sa retenue vis-à-vis d'une exception pédagogique qui autoriserait la photocopie du matériel éducatif : « [Cela] va impacter les revenus de l'auteur et les investissements de l'éditeur ».

 

Membre du comité de l'Alliance pour la Propriété intellectuelle ayant fait ses premières armes en défendant l'industrie musicale, Richard Mollet est directeur exécutif de l'association des éditeurs depuis octobre 2010. « Si on modernise le copyright d'une manière inappropriée, et supprimez la possibilité d'une licence, toute l'industrie est menacée : il faut avancer prudemment pour ne pas heurter les modèles du copyright. »

 

Il a également souligné qu'une législation trop souple porterait préjudice aux nouveaux canaux de distribution et modèles commerciaux, forcés de se mesurer au partage illégal sur Internet, qui peut par ailleurs « soutenir la créativité »... dès lors qu'il est renforcé par une forte politique du copyright. Les positions du directeur exécutif sont donc sensiblement les mêmes que celles qu'il exprimait dans une tribune, en décembre dernier.

 

D'après lui, le renforcement du copyright permet l'investissement, un produit fini d'une qualité supérieure, tandis que la distribution numérique n'a pas radicalement réduit les coûts de production d'une oeuvre. 

Pour approfondir

photo Oury Antoine

   

Rédacteur en chef adjoint. Créateur du Juke-Books littéraire. Sensible aux questions sociales. A l'écoute sur http://www.coupdoreille.fr

 

Mots clés :
Grande-Bretagne - éditeurs - exceptions au copyright - Richard Mollet



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com