Lecture numérique > Législation > Actualité

Bilan d'Hadopi après neuf mois : un 'impact non négligeable'

Mitterrand peut partir en vacances le coeur léger

Par Nicolas Gary,Le lundi 11 juillet 2011 à 18:48:52 - 5 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

C'est officiel, la haute autorité vient de faire le point sur son action, et il en ressort deux ou trois choses, qui laissent rêveur. C'est que, dans son rôle de traqueur des usages illégaux, la Haute autorité est déjà entrée en contact avec 470.878 personnes - et non 420.000 comme l'avait annoncé une première dépêche AFP, erronée à cause d'une mauvaise information délivrée par l'Hadopi elle-même.

Mais dans tous les cas, on persiste et on signe : « L'objectif n'est pas la répression, mais majoritairement la pédagogie : il faut faire comprendre aux abonnés qu'ils doivent changer de comportement », souligne l'institution.

Neuf mois après sa mise en place, avec un accouchement plus que douloureux, l'Hadopi est assez satisfaite de « l'impact non négligeable de cette loi et de la réponse graduée sur les comportements des abonnés ».


En mai dernier, le ministre de la Culture présentait déjà ce qu'il considérait comme des résultats positifs.

En effet, 37 % des personnes se déclarent encore indifférentes au contrôle effectué par Hadopi, contre 45 % en janvier. Et seuls 7 % des personnes sondées à l'époque avaient continué de télécharger comme avant, contre 41 % qui avaient changé leurs habitudes. (notre actualitté)

Seule une dizaine de personnes - grosso modo et sans chiffres précis, reconnaît-on - a reçu le troisième avertissement, qui implique une traduction en justice, poursuit la Haute autorité.

« Le fait qu'il y ait peu de récidives, c'est plutôt un succès. Ce serait un échec s'il y avait autant de troisièmes niveaux que de deuxièmes recommandations », poursuit-on.

Pour l'heure, l'industrie du livre est toujours quelque peu distante de cette méthode, bien que le président du Syndicat national de l'édition ait assuré que « les éditeurs envisageaient de rejoindre l'Hadopi ».

Et d'ajouter : « Le SNE a dernièrement multiplié les contacts avec les ayants droit de la musique et du cinéma, ainsi qu'avec divers prestataires techniques afin d'étudier le mécanisme de réponse graduée mis en oeuvre par l'Hadopi2 [volet pénal de la loi, daté du 29 octobre 2009, ndlr] et l'intérêt pour le secteur de l'édition de rejoindre le dispositif. » (notre actualitté)

Pour approfondir

Mots clés :
hadopi - recidives - bilan - internet



Réactions

Publié par Nico1234

 

Etape 1 : Je dl
Etape 2 : Je me fais choper Par Hadopi
Etape 3 : J'apprends à utiliser un réseau crypté pour que Hadopi ne me voie pas
Etape 4 : Je dl

Conclusion d'hadopi : "Il y a peu de récidives, c'est un succès"
Mes propres conclusion : "Ce sont des imbéciles"

Écrit le 12/07/2011 à 11:49

Répondre | Alerter

Publié par Nico1234

 

Objectivement, le but pédagogique est atteint : j'ai appris à utiliser des réseaux sécurisés.

Pardon pour les fautes.

Écrit le 12/07/2011 à 11:53

Répondre | Alerter

Publié par Coni4321

 

Toujours amusant de voir que les pirates, en général pleins de bonne foi à expliquer que l'offre légale est contraignante et compliquée avec toutes ces foutues DRM, ne trouvent en revanche ni contraignant ni compliqué d'apprendre à utiliser des réseaux cryptés. Comme quoi la contrainte est là où on veut bien la voir...

Écrit le 12/07/2011 à 15:16

Répondre | Alerter

Publié par Jean Naimare

 

Toujours amusant de voir des personnes qui prétendent nous fournir des réflexions globalisantes sur la pensée des "pirates".

Plus sérieusement, concernant les réseaux cryptés, la complication n'a lieu qu'une seule fois lors de l'apprentissage de la technique (et en peut en dire autant pour le téléchargement légal en général)

Mais avec les DRM les complications apparaissent à chaque ouvrage qu'on achète; et plus on en achète en provenance d'éditeurs différents, avec des DRM différents et plus c'est compliqué.

Et ces complications se poursuivent au delà de la possession des livres puisqu'on risque d'en perdre l'accès si l?éditeur fait faillite! Ou même si le distributeur décide arbitrairement de nous en sucrer l'accès comme Amazon avec l'ouvrage 1984 d'Orwell!

Écrit le 12/07/2011 à 15:59

Répondre | Alerter

Publié par Nico1234

 

@Coni1234
Personnellement, je ne pense pas que je prendrais l'offre légale si elle était plus simple. J'attends juste qu'on change de business model.
C'est déjà en train de se passer avec Pottermore ou la chaine NoLife.

Écrit le 12/07/2011 à 18:55

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com