Lecture numérique > Législation > Actualité

Ebooks : Les auteurs au secours des éditeurs dans l'entente avec Apple

Tout, tout, sauf le retour à l'hégémonie d'Amazon sur les livres numériques

Par Clément Solym,Le jeudi 22 mars 2012 à 15:04:58 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Rendre aux consommateurs leur liberté de consommer dans un marché concurrentiel ? La belle affaire. En soupçonnant les éditeurs américains et la firme Apple d'avoir augmenté artificiellement les prix de vente des livres numériques, le Department of Justice se prend les pieds dans le plat, estime Sott Turrow, directeur de l'Authors Guild. Car en cas de procès, où les uns et les autres seraient reconnus coupables, ce serait l'ouverture de la voie royale à Amazon, qui renouerait alors avec une position monopolistique démente...

 

Signant une tribune dans Bloomberg, Scott Turrow revient sur des propos déjà tenus. Salman Rushdie avait d'ailleurs appuyé ce point : en ouvrant cette enquête, c'est le monde du livre que la justice américaine voulait détruire. C'est que, déterminer s'il y a eu entente, si le contrat d'agence mis en place avec les éditeurs et imposé aux autres revendeurs est évidemment une noble quête. Et comme le DoJ croit détenir des preuves allant dans ce sens, autant s'y plonger.

 

Simplement, « si le gouvernement veut intervenir sur le marché littéraire, j'espère qu'il tiendra compte de l'écosystème complexe de la librairie aux États-Unis », souligne Scott. Parce que, tout simplement, un retour en arrière sur le contrat d'agence mettrait les éditeurs et les libraires à genoux devant la firme de Seattle. Et les lecteurs « verront la diversité des titres et des auteurs diminuer », tandis que les best-sellers augmenteront de prix. 

 

 

 

Amazon, en Dark Vador littéraire, incarnant le côté obscur de la Force, mais également concurrent « fréquemment sans scrupules », le tableau n'est pas récent. D'autant que sur le marché du livre, la société a régulièrement usé et abusé de son pouvoir afin d'étendre son influence. Pour certains analystes, la firme sera propriétaire de la moitié du commerce de livres outre-Atlantique. « Non seulement Amazon possède 75 % du marché des ventes en ligne, mais il étend ses tentacules à d'autres domaines. » Et pour cause, on ne compte plus les sociétés rachetées, ou encore la création de la filiale de publication, Amazon Publishing, que dirige Larry Kirshbaum, concurrençant directement les éditeurs du pays. 

 

Or, l'édition est déjà en crise, face à d'autres sollicitations dans le secteur culturel, qui s'est répercuté sur la disparition progressive des librairies indépendantes, bien plus mal loties encore qu'en France. En prenant qui plus est la main sur le marché du livre numérique, Amazon avait déjà imposé son prix de vente, les 9,99 $, absolument impossible à concurrencer pour les indépendants. Et dernièrement, c'est au distributeur d'éditeurs indépendants, IGP, que la société a fait sentir le poids de son influence, en supprimant les ouvrages de ses étals - simplement parce qu'IGP refusait de céder aux conditions dictées par Amazon. 

 

C'est dans ce contexte - ajoutons le rachat de BookSurge, pour l'impression à la demande, et d'autres outils encore - qu'un « improbable cavalier blanc » s'est incarné en la personne de Steve Jobs, monté sur son iPad. « Cinq des plus grands éditeurs ont sauté sur le modèle d'Apple, même si ces éditeurs savaient qu'ils gagneraient moins d'argent sur chaque ebook vendu par Apple, que ce qu'Amazon leur versait. Ce qui montre que le prétendu complot sur la fixation des prix est l'un des plus étranges de l'histoire, car, selon la logique du gouvernement, cette collusion fait perdre de l'argent. »

 

Et pourtant, le gouvernement prend le parti d'Amazon. Or, Scott est certes un auteur de best-sellers, mais aussi « un lecteur qui croit que notre culture littéraire et notre démocratie sont à leur paroxysme avec la meilleure diversité de voix ». Et cela permet surtout aux auteurs d'avoir le plus possible de chance de faire carrière, en vivant de leurs textes. La situation devient alors complexe : alors que la Guilde des auteurs et les éditeurs américains se sont affrontés durant ces dernières années, voilà que la première apporte son soutien dans cette affaire. C'est que les maisons, grandes ou petites, ont permis à l'activité littéraire de s'enrichir et de s'épanouir. 

 

Dans le cas où les éditeurs disparaîtraient, ce serait alors une nouvelle guerre, entre auteurs, où seuls les plus connus sortiraient du lot, et sans aucune chance de survie pour les plus petits. « Deux ans après que le contrat d'agence s'est imposé dans la vente d'ebooks, Amazon a perdu sa main mise sur ce business. Ses parts de marché sont tombées de 90 % peut-être, à 60 %. Il a des concurrents réels, en librairie, avec l'iPad, le Nook de Barnes & Noble, et le partenariat existant entre les librairies de brique et de mortier et Google Books. » (voir notre actualitté)

 

En somme, le marché est mieux aujourd'hui qu'il ne l'était voilà encore deux ans, avant que n'arrive l'iPad. Un marché plus concurrentiel, plus robuste, « par opposition au monde que nous retrouverions si le ministère de la Justice ouvre la voie à Amazon et à ses pratiques prédatrices ».

 

Ambiance.

 

Et dont acte.

Pour approfondir

Mots clés :
entente - Apple - Amazon - industrie du livre



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Qui a peur du grand méchant loup ? « Chrono », 50ème nouvelle du Projet Bradbury

Le temps file : déjà le 50ème texte. D'ordinaire, chaque palier en dizaine est une source de satisfaction, mais à deux [...]

Le Paris me des kids, Marcella & Pépée

Présentation de l'éditeur : La Tour Eiffel dans tous ses états comme vous ne l'avez jamais vue. Couleurs pop et [...]

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

Livre numérique gratuit

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com