Lecture numérique > Législation > Actualité

Hachette US à la barre, heureux de contrer les pratiques d'Amazon

Les livres numériques, tout un poème

Le jeudi 13 juin 2013 à 14:28:26 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Au cours de son audition, l'ancien PDG de Hachette Book Group, durant la 8e journée du procès Apple, David Young, a précisé que, selon lui, il fallait s'attendre à ce que d'autres éditeurs finissent par augmenter leur prix de vente pour les ebooks. La signature du contrat de mandat avec Apple allait en effet pousser les maisons à réévaluer leur prix de vente au détail, fort logiquement.

 

 


David Young

 

 

La tendance était plutôt inverse : Amazon pratiquait le tarif fortement réduit, voire le dumping. Mais Hachette Book Group, ainsi que Simon & Schuster, Penguin Macmillan et HarperCollins ont accueilli comme un soulagement que l'iBookstore leur permette de réévaluer leurs tarifs. À partir d'avril 2010, la valeur des ebooks était remise sur un socle plus acceptable, rapport law 360.

 

Les bienfaits de prix revus à la hausse

 

En transitant vers le contrat de mandat, les éditeurs avaient donc la possibilité de faire remonter les prix de vente chez les détaillants qui signaient avec eux. Or, pour le ministère de la Justice, c'est bien là que réside l'entente entre les acteurs : imposer aux revendeurs de ne plus être maîtres des prix de vente public - véritable scandale pour l'Amérique libérale. 

 

« Il était évident pour nous, que nous serions en mesure d'augmenter les prix, lorsque nous aurions fini de migrer vers le contrat de mandat, et je supposais que d'autres personnes en feraient de même », assure Young, répondant aux questions de l'avocat du ministère. Mais ceux d'Apple ont rapidement apporté des preuves démontrant que les tarifs ont aussi été revus à la baisse au fil du temps, dans l'iBookstore, depuis le lancement de la librairie-application.

 

David Young a quitté en mars dernier ses fonctions au sein de Hachette Book Group, mais son témoignage importait, en ce qu'il fut l'acteur principal pour la société. Or, de même que les autres dirigeants des maisons citées à comparaître, celui-ci a évoqué les craintes que le secteur du livre pouvait entretenir vis-à-vis du comportement d'Amazon. La tarification, en deçà des prix les plus déraisonnables était néfaste pour le marché des livres physiques, et les dirigeants des maisons partageaient tous cette analyse. 

 

Dans le même temps, les avocats du ministère de la Justice ont également présenté un email du grand patron de Hachette, Arnaud Nourry. Ce dernier exposait un plan pour retarder la publication en version numérique de la biographie de Ted Kennedy, True Compass, et en empêcher la commercialisation trop hâtive chez Amazon.

 

Dans cet échange entre Young et Nourry, l'ex-patron de HBG explique que Carolyn Reidy, PDG de Simon & Schuster envisageait une riposte identique, pour la diffusion d'un ebook de Stephen King. Young recommandait alors à Arnaud Nourry de supprimer deux fois cet email, qui contenait des informations non publiques sur les projets futurs de S&S. 

 

Apparemment, le conseil n'a pas été suivi.

 

Hachette, groupe international, internationalement ennuyé

 

Dans un communiqué daté de septembre 2012, Hachette Livre expliquait avoir choisi de signer les accords proposés par la Commission européenne - soulignant qu'il n'y avait, contrairement à l'accord américain, pas d'amende à la clef. Mais cela impliquait tout de même de faire cesser le contrat d'agence. 

Hachette Livre est convaincu de n'avoir à aucun moment contrevenu au droit de la concurrence, et la présentation d'engagements ne vaut en aucune façon reconnaissance de culpabilité. Hachette Livre considère que sa décision unilatérale de négocier des contrats de mandat avec Apple et d'autres distributeurs numériques allait dans le sens des intérêts à long terme du monde du livre, et en particulier des auteurs, des lecteurs et des libraires, et a eu pour résultat de stimuler la concurrence sur le marché des livres numériques.

Cela étant dit, Hachette Livre a décidé que par son coût, sa durée et les distractions qu'elle engendrerait, une procédure contentieuse devant la Commission européenne aurait un effet négatif sur la marche de ses affaires et plus généralement sur le développement du marché des livres numériques. Hachette Livre s'est donc engagé à renégocier les contrats de mandat régissant la vente de ses livres numériques en Europe, en donnant à ses revendeurs mandataires une certaine souplesse dans la fixation des prix de vente pendant une période de deux ans dans les pays où la législation le permet, et en s'interdisant d'y faire figurer des clauses de client le plus favorisé pendant une période de cinq ans.

 

Dans le cadre de cette affaire, Hachette avait déjà déboursé plus de 5 millions $ d'avocats, « Aux États-Unis, la justice est un processus complexe et onéreux. Depuis le démarrage de cette affaire, Hachette a dépensé plus de 5 millions d'euros en frais d'avocats. Je me suis trouvé devant un dilemme : dépenser cinq fois cette somme dans les années qui viennent pour aller au bout de la procédure ou trouver un accord qui permette de sortir de manière acceptable de ce conflit juridique. » (voir notre actualitté)

 

Le risque était de dépenser quelque 200 millions $, et finalement, Hachette Book Group aurait versé moins de 30 millions $ pour la signature de l'accord avec le DoJ, contre Penguin, qui a signé l'accord voilà quelques semaines, et payé une facture de 75 millions. Michael Pietsch a succédé à David Young, au poste de CEO de Hachette, a annoncé le groupe en septembre 2012, avec une prise de fonction au 1er avril 2013

 

Ce jeudi, Eddy Cue, vice-président d'Apple, l'un des plus importants témoins dans ce procès, est attendu. Ce dernier a servi de négociateur entre Steve Jobs et les éditeurs, et a été mentionné à plusieurs reprises dans le cadre du procès.

Pour approfondir

photo Gary Nicolas

   

Directeur de la publication de ActuaLitté. Homme de la situation.

 

Mots clés :
Hachette Book Group - David Young - Arnaud Nourry - procès Apple



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

Livre numérique gratuit

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com