Lecture numérique > Législation > Actualité

Team Alexandriz, ou les pirates qui rémunèrent l'ayant droit

Avec son aimable consentement, et sa quasi bénédiction

Par Nicolas Gary,Le mercredi 14 novembre 2012 à 10:05:51 - 32 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

On ne doit pas rigoler dans les bureaux du SNE. À l'occasion d'une table ronde à la SGDL, portant sur Internet et le droit d'auteur, l'information fuitait inopinément.  Une procédure judiciaire contre la Team Alexandriz, équipe de numérisation illégale de livres, a été lancée par le Syndicat et sept autres éditeurs, annonçait Sylvie Marcé, vice-présidente du Syndicat. 

 

Dans une réponse à ActuaLitté, le SNE décidait « au nom de la défense de l'intérêt collectif de ses adhérents d'agir en contrefaçon au côté de six maisons d'édition contre un site internet qui met à la disposition du public sur le réseau internet, sans autorisation préalable, une partie des fonds des éditeurs français.  Le SNE et les éditeurs sont déterminés à faire cesser les agissements de ce site alors qu'une offre légale riche et variée est à la disposition des lecteurs ».

 

Et de l'obscurité vint la lumière

 

Une intervention tardive, trouveront certains, alors que la Team Alexandriz régale des milliers d'internautes de ses fichiers numérisés depuis plusieurs années maintenant. Mais voilà deux jours, c'est un coup de tonnerre qui a retenti. Thomas Geha, auteur de plusieurs ouvrages, découvre avec stupeur que la Team propose une version numérisée de A comme Alone, publié chez Rivière Blanche, dans les colonnes du site. 

 

 

 

 

« Oui, j'ai flippé. Et bien sûr, ça ne m'a pas amusé du tout. Je suis libraire, je travaille à Critic, situé à Rennes, qui est également éditeur, et je dirige une maison indépendante, Ad Astra, comme bénévole, en faisant attention à ce que mes auteurs soient le mieux traités possible. Alors, forcément, découvrir mon livre numérisé sur le site de la TA... »

 

Passée la première réaction de colère, Thomas comprend rapidement qu'il ne servira à rien d'intervenir pour protester. « Je suis entré en contact avec les membres du forum et de la Team, sans avoir jamais eu l'intention de demander le retrait du livre. Je suis auteur, et comme tous, je préfère que le plus de gens possible lisent mes livres. En fait, je n'avais pas envie de gueuler, plutôt de proposer quelque chose comme du troc. »

 

On échange ?

 

Une conversation improbable s'engage alors :

Etant l'auteur de A comme Alone... je me permets de dealer avec vous :

Tous ceux qui le téléchargent me disent quel boulot ils font dans la vie. Après, je vous demanderai votre mail. On s'arrange. Et ensuite, vous m'envoyez un peu de ce que vous produisez. OK ? Cela me semble équitable, non ?

Par ailleurs, je signale que le texte n'est pas le bon (du moins pas pour longtemps), il y aura une réédition augmentée en 2014 au éditions Critic.

Merci 

@+

Thomas Geha

Et il ajoute un peu plus tard

Très honnêtement, je ne gagne déjà pas grand chose avec mes bouquins, donc forcément, c'est une perte d'argent (d'où mon intervention sur le partage équitable je suis sérieux, j'ai besoin de plein de trucs^^) (des chaussures taille 43 par exemple^^). Surtout que pendant deux ans je n'ai pas eu d'autre métier (rémunéré) que l'écriture, et que l'argent se fait rare sur mon compte... Bref, de toute façon, je ne peux pas trop y changer quoi que ce soit, je crois bien. Donc bonne lecture à tous ceux qui ont téléchargé (bizarrement, il y a, oui, sans doute une vague forme d'honneur quand même). Ce qui m'ennuie le plus, c'est qu'une centaine l'ont déjà fait... et quand je vois les ventes du livre (800) en sept ans... c'est un peu désespérant pour un écrivain.

Verlanger, oui, je suis fan. J'ai écrit la postface de sa deuxième intégrale parue chez Bragelonne, si preuve doit être donnée  et A comme Alone est un pur hommage à L'Autoroute Sauvage.

@+

Thomas Geha

 

De bonne humeur ? Bien sûr ! Et de pousser l'humour bien plus loin encore : 

Oui, et en plus je ne crise pas :)

je propose plutôt un deal sympa !

Bref, pour les dons, me demander mon adresse en privé.

Vous êtes apiculteur ? Je veux bien un pot de miel.

Maraîcher ? Envoyez-moi un colis de légumes.

Jardinier ? Des graines.

Buraliste ? Des clopes.

Etc.

 

« Dans l'idée, c'était simple : échanger. Mon livre est disponible, eh bien si vous souhaitez le télécharger, donnez-moi un truc en échange. Les pirates ne sont pas tous de grands vilains Satan comme on peut les diaboliser en permanence. Ce sont des consommateurs, mais différents, et qui répondent à un modèle de consommation qui est aujourd'hui souvent obsolète. Il faut des adaptations, je le sais, d'autant plus que depuis mon travail de libraire, je vois les mutations. »

 

L'équipe d'Alexandriz décide alors de mettre en place, en accord avec l'auteur, un bouton Paypal, pour que les internautes puissent faire un don, directement à l'auteur. « Un auteur a soutenir ! », peut-on lire sur la page du site. Immédiatement, la Team communique depuis Twitter, pour attirer l'attention, sur ce projet insolite : 

 

 

 

Et parmi les réactions, celle-ci : 

 


 

L'expérience interdite ?

 

« Mon éditeur n'avait pas les droits numériques du livre. J'ai pris la décision de me lancer dans une expérimentation, d'explorer une nouvelle voie. » L'initiative a quelque chose qui rappelle le projet Promo Bay impulsé par The Pirate Bay, qui, sur sa page d'accueil, met en avant des artistes qui proposent leurs oeuvres en libre téléchargement. Et qui a dernièrement connu un certain succès, puisque plus de 10.000 artistes ou collectifs en ont profité.

 

« Je ne suis pas comme Paolo Coelho, et je n'ai pas ses ressources ni ses assises financières. Je ne pourrais pas encourager à pirater mes livres. Faut que je paye mon loyer, mes courses ; faut que je vive. Et si le cycle sera publié en intégralité chez Critic en 2014, qui aura cette fois les droits numériques, je ne demanderai pas de moi-même le retrait du livre. L'éditeur le fera sûrement, et je le suivrai, parce que c'est mon intérêt aussi, mais les lecteurs auront sûrement plus à gagner à découvrir une oeuvre remaniée. C'est eux qui verront, et de toute manière, cette expérimentation d'un bouton Paypal sur un site pirate démontre que le manichéisme ambiant est largement relativisable. »

 

Après quelques jours, le blog de Thomas Geha a connu 1400 visites, une explosion, et quelque 200 € de dons, « autant par solidarité que par sympathie. Et merci à tout le monde, à ce titre ». Pour le futur, l'auteur pense que des solutions de lectures comme le streaming gratuit, contre la publicité, peut être une solution viable.

 

« De toute manière, un système qui met en valeur le lecteur et l'auteur a tout compris. J'ai toujours pensé que la lecture numérique était un avenir pour le livre, pour l'édition. Il nous donne de nouvelles orientations, oblige à repenser les métiers. Est-ce que le streaming sera viable pour les auteurs et la chaîne du livre à l'avenir ? Je ne sais pas. Je sais simplement que les expériences et les découvertes sont indispensables. Pour ma part, j'ai toujours pris le parti d'offrir une nouvelle gratuite à chaque sortie de livre, et elle est disponible sur le site de mon éditeur. C'est ma contribution. »  

 

Pour approfondir



Réactions

Publié par ENTUBE

 

Oui, il se fait piller et il ne peut que constater parce que la t.A est planquée dans les labyrinthes du web et le public farci de tablettes liseuses etc est contente... De l'autre côté, tout se passe bien youhou !
200 euros pour 1400 visiteurs... ca en dit long sur ce que vaut un auteur. EUH les animateurs de la T A dans la vraie vie , ils bossent gratos ?

Écrit le 14/11/2012 à 14:10

Répondre | Alerter

Publié par Explications

 

200 € pour 1400 visiteurs...
ok
alors 10 % de droits pour un livre à 15 € pour papier

combien faut-il d'acheteurs pour atteindre 200 € ?
règle de trois facile, je la fais
133,33 acheteurs.
on est donc dans une dimension de 1 pour 10
mais sur numérique, vendu 10 € (allez...), avec cette fois droits à 15 % (et c'est gentil), même calcul ?
est-ce si déraisonnable ?

Écrit le 14/11/2012 à 19:27

Répondre | Alerter

Publié par une autre

 

Vous est-il venu a l'idée "Entube" que ces gens qui on fait un petit don, n'aurait de toute façon pas acheter le livre, ne le connaissant pas, ou n'ayant pas 15 euro a dépenser dans le livre d'un écrivain peu connu mais prêt a faire un petit don pour connaitre et essayer, peut être aimeront-ils et achèteront, le 2nd tome du dyptique ou ces roman de fantasy créant des client potentiels qui n'existait pas avant ? sans compter les retombée diverse en terme de capital renommé et sympathie vis à vis des lecteurs.

L'auteur avait également le choix de demander le retrait du livre, il ne l'a pas fait.

(Les trolls de l'édition ont toujours des arguments incroyables : Pourquoi faire un taux de retour entre les visites de son blog d'auteur et les dons reçus via le site pirate, deux chose qui non rien a voir l'un envers l'autre. surtout que ces 200e en seulement 2 jours a comparer avec le schéma de "Explications" au dessus.)

Écrit le 14/11/2012 à 20:34

Répondre | Alerter

Publié par ENTUBE

 

Sauf que chez riviere blanche, il dit avoir un droit d'auteur de 50 % par livre papier... soir dix euros par livre

Écrit le 14/11/2012 à 21:22

Répondre | Alerter

Publié par JmZ

 

Télécharger ne veut pas dire lire (de suite).

Écrit le 14/11/2012 à 22:31

Répondre | Alerter

Publié par Logansan

 

La, il a touche 100% de droit d'auteur, puisque rivière blanche n'a pas les droits numériques

Écrit le 15/11/2012 à 08:45

Répondre | Alerter

Publié par Flo

 

"C'est ti pas mimi", "c'est tit pas bo internet".

Ou comment faire une opération de communication qui arrange et l'illustre auteur "inconnu" et la gentitille Team qui pillent.

Quelle belle expérience ! hein monsieur Gary que ce modèle bidon que l'on a déjà vu mille fois sur le web. Et seul les premiers tireurs peuvent engranger des pepettes...et les autres alimenter des plateformes web qui seul se gavent, en redistribuant des clopinettes aux travailleurs bénévoles....des pigeons plutot.

Écrit le 15/11/2012 à 09:52

Répondre | Alerter

Publié par nouchema

 

salut à tous
voila un bon exemple avec ce titre. Il n'est pas possible de l'avoir en version numérique sur aucun site légal.
donc même si on veut le lire s/ sa tablette, on ne peut pas sauf à passer par d'autres voies.
c'est comme l'époque du début du MP3. les fonds n'étaient pas tous numérisés, et grâce aux non professionnels, à l'époque on découvrait de nouvelles musiques (c'est le cas ici, avec les auteurs)
je m'étonne à chaque fois que je vois qu'une version numérique d'un bouquin existe alors que s/ les sites légaux elle n'y est pas...

pour celui qui n'a décidé que ne livre PLUS Q'EN numérique (=mon choix), alors que faire ? - Patienter jusqu'à que tous les livres soient dispo en numérique (et donc ne lire, jusque là, que les livres actuellement numériques (les best-sellers pr ne citer qu'eux), ou bien
- lire plus librement ce qui se glane ici & ailleurs, pendant ce temps ?
> c'est une question sérieuse : à vous de me dire

Écrit le 15/11/2012 à 10:23

Répondre | Alerter

Publié par un autre

 

@ENTUBE chiffre faux : 30% chez rivière dixit le blog de l'auteur.

@flo "les autres alimenter des plateformes web qui seul se gavent, en redistribuant des clopinettes aux travailleurs bénévoles"

La Team A est entièrement bénévole personne ne se gave sur personne, le seul bénéfice qui pourrait advenir est pour l'auteur dans cette histoire. Méconnaissance totale.

En tout cas, si les trolls de l'édition sorte du bois, c'est bon signe, c'est qu'ils ont été touché : édition 0 |Pirate 1
Mon dieu ! Imaginer un seul instant que des auteurs puissent se passer d'éditeur mais c'est la fin du monde !

Écrit le 15/11/2012 à 15:54

Répondre | Alerter

Publié par Redfish

 

"200 € pour 1400 visiteurs..."
Quel rapport entre le record du nombre de visiteurs sur son blog à un jour donné... et le nombre d'eBook qu'il aurait pu vendre si il n'avait pas été piraté ?

"Sauf que chez riviere blanche, il dit avoir un droit d'auteur de 50 % par livre papier... soir dix euros par livre".
Déjà 50% de 15€, chez moi ça ne fait pas 10€...
De plus, c'est 50% hors cout de fabrication... ce qui amène à 5€ au final pour l'auteur, pour un livre vendu 15€ (dixit Thomas lui même).

Moi je vois surtout qu'il n'a vendu que 800 titres papiers en 8 ans (soit 4.000€ de droits en 8ans, soit 1.37€/j).

Et là, alors qu'il n'a pas demandé d'argent en échange (uniquement du troc: ce que certaines personnes sur le forum lui ont déjà proposé)... il gagne 200€ en 48h.

Alors que si on regarde le compteur de "merci" sur le site de la team A, on voit 142.
142 lecteurs qui ont téléchargé le livre, et sans doute moins de 10% l'ayant déjà lu (voir moins, la release remonte à il y a 5j).
Et donc 200€ correspondent à "un début", beaucoup de personne ne feront certainement un don qu'après l'avoir lu.

Bref, rien n'oblige tous ces lecteurs à verser le moindre centime (vive l'anonymat) et pourtant ils le font... vilain pirate dis donc !!!
:-D

Rajoutons à celà un bon coup de pub... qui sera certainement profitable au tome 2 (Alone contre Alone).
;-)

Écrit le 15/11/2012 à 17:15

Répondre | Alerter

Publié par Alpha

en réponse à ENTUBE  

Allons ! 200 euros pour 1400 visiteurs, cela ne veut pas dire 200 euros pour 1400 téléchargements ¡ Lisez encore, vous allez finir par comprendre ce qui est écrit…

Écrit le 15/11/2012 à 18:03

Répondre | Alerter

Publié par Lina Carmen

en réponse à nouchema  

Bonjour ! Les éditeurs ne sont pas prêts à se lancer dans le numérique car ils ont peur de perdre leur monopole mais en fait, c'est tant mieux ! Je suis un auteur débutant dans l'autoédition numérique et je suis heureuse de constater que des lecteurs comme vous décident de lire du numérique. J'encourage d'ailleurs les auteurs à éditer numériquement avec amazon, à petits prix pour favoriser l'édition numérique (sans les éditeurs). Si vous aimez la science fiction, j'ai autoédité un petit recueil : "Reflets de miroir", à 3 euros. Vous le trouverez sur Amazon.

Écrit le 15/11/2012 à 20:00

Répondre | Alerter

Publié par Redfish

 

Amazon... heu... oui, si on veut que ses livres ne puissent être lu que par les possesseurs de Kindle.
C'est donc se priver de plus de 50% de ses potentiels lecteurs.
:-/

Écrit le 16/11/2012 à 01:59

Répondre | Alerter

Publié par Max

en réponse à Explications  

Il est question de 1400 visiteurs sur le blog de l'auteur, pas de personnes ayant téléchargé le livre ! Du coup tout le raisonnement exposé s'effondre.
Notez par ailleurs que sans ce coup de projecteur, l'auteur n'aurait peut-être touché aucune rémunération. Notez aussi que, sauf preuve du contraire, la version numérique du livre n'existe pas. Du moins légalement.
C'est au final un moindre mal.

Écrit le 16/11/2012 à 09:15

Répondre | Alerter

Publié par axel584

 

C'est amusant de voir que l'on parle de piratage alors qu'il existe un endroit où l'on peut gratuitement lire des milliers de livres : la bibliothèque municipale...

Le pire c'est qu'en générale, elles ont toute un "cahier des suggestions"...

Si vous avez la chance d'habiter (ou de travailler) en région parisienne, toutes les bibliothèques de Paris sont gratuites et il est assez rare de ne pas trouver un livre voulu parmi les 58 bibliothèques du réseau.

Et pour info, les auteurs sont rémunérés par les contribuables, indépendamment du nombres de lecteurs qu'ils ont (oui, un livre qui prends la poussière coute autant qu'un livre qui est systématiquement emprunté)

Axel

Écrit le 16/11/2012 à 10:34

Répondre | Alerter

Publié par hk

en réponse à Explications  

1400 *visiteurs*, ça ne veut pas dire 1400 lecteurs ou pirates, simplement 1400 personnes qui sont passées sur le site.

Écrit le 16/11/2012 à 13:45

Répondre | Alerter

Publié par f. young

 

Tiens, ils inventent le droit d'auteur : l'auteur donne son accord et décide de sa rémunération avec l'exploitant.
comme M. Jourdain, pas mieux

Écrit le 16/11/2012 à 14:34

Répondre | Alerter

Publié par Redfish

en réponse à axel584  

axel584 > Tu oublies tous les gens qui habitent loin d'une grande bibliothèque municipale.
Celle de mon village ne possède qu'une 100aine de livre de sf/fantasy (que j'ai tous lu depuis plus de 10ans), et pas le budget pour acheter les nouveautés.

La bibliothèque plus conséquente la plus proche (grande ville) est à 50km... ça fait un emprunt un peu cher et pas du tout écologique que la bibliothèque soit gratuite ou pas).

Et ça ne résout pas le soucis qui est que 95% du catalogue papier n'est pas disponible en numérique.

Écrit le 17/11/2012 à 01:29

Répondre | Alerter

Publié par Buzzbuzzta

 

Mais pourquoi certains grincent des dents ? Que je sache, le premier concerné, l'auteur, n'a pas du tout le même discours. Il ne se plaint pas, et a favorisé le dialogue. Ah, mais c'est vrai, pour comprendre ça, il faut lire....
Et le raccourci 1400 visites sur son blog ( où le livre n'est pas disponible au téléchargement) et 200 euros seulement...là aussi faudrait d'abord se renseigner avant de jouer au donneur de leçon.
Donc allez d'abord apprendre à lire et à compter....
Mais c'est tellement plus simple de croire qu'il y a les méchants pirates d'un côté et les gentils de l'autre.

Écrit le 18/11/2012 à 22:13

Répondre | Alerter

Publié par un autre

 

Premier point après 5 jours :
http://gehathomas.wordpress.com/2012/11/19/au-bonheur-des-drames/

+ de 2500 visiteurs sur son blog, 400 euros de dons,une pizza et un week-end en gites :)

L'auteur compte donner une partie des gains a une œuvre caritative.

Écrit le 20/11/2012 à 00:34

Répondre | Alerter

 

12

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com