Le monde de l'édition > Les maisons > Actualité

Book Country, une opportunité à saisir?

L'histoire d'une auteure publiée sur Book Country relance le débat sur les méthodes du site.

Par Fanny Pradier,Le lundi 20 février 2012 à 17:19:11 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Kerry Schafer avait posté un livre sur Book Country en janvier 2012 : Between, l'histoire d'une frontière entre le monde des rêves et la réalité, là où les rêves prennent vie. Eller a ensuite été rapidement contactée par Susan Allison, directrice éditoriale de Berkley Books (appartenant à Penguin). Un contrat d'un genre nouveau, propre à l'ère du digital et de l'auto-édition sur le web, a été signé, une avance a été versée : Between, devra sortir en 2013.

 

Kerry Schafer explique sur Digital Book Worl qu'elle comptait sur Book Country pour lui donner une vitrine : elle espérait qu'un agent ou un éditeur remarquerait son travail. Si elle connaissait les risques de se voir dérober son travail par quelqu'un d'autre, elle estime que la prise de risque est inévitable pour qui souhaite être un jour publié. Elle est pleinement satisfaite de son expérience.

 

En tant que communauté d'auteurs service d'aide à l'édition (voir notre actualitté), Book Country permet à des auteurs de poster leur travail et de recevoir les avis de nombreux lecteurs, qu'ils soient auteurs, agents, éditeurs ou autres, à ce sujet. Pour nombre d'entre eux, poster ainsi leur travail leur permettrait d'évaluer les changements à apporter au texte, recueillir rapidement des impressions et des critiques. Le site compte actuellement 4500 membres actifs et 1000 manuscrits en voie d'édition.

 

Le label Penguin fait beaucoup rêver les auteurs rêvant d'être publiés:

leur logo est bien visible sur le site de Book Country.

 

Des méthodes qui divisent

 

Book Country propose ensuite d'éditer les livres téléchargés au format numérique ou physique. Pour poster son travail sur Book Country, il faut tout d'abord payer entre 99 $ et 549 $. Un prix exorbitant pour les auteurs, surtout quand il s'agit de ne fournir qu'un format numérique. Il est à noter que les ebooks vendus en deçà de 2,99 $ ne bénéficient pas de DRM.

 

De fait, Penguin ne cache pas qu'il s'agit pour eux d'une nouvelle source de revenus (ils touchent 30% des royalties des auteurs).

 

Cet écart s'explique par la possibilité de choisir un style particulier pour le livre en voie d'être édité ou pas, et un champ de diffusion : on peut publier son ouvrage sur Book Country uniquement, ou permettre la diffusion sur Amazon, Apple, Barnes&Nobles, Kobo, etc. Les auteurs sont payés via Paypal tous les mois.

 

Pour sa défense, Book Country estime que ses services permettent une « haute qualité d'édition ». Ils ne prétendent pas être les moins chers du marché. S'ils prennent une part sur les royalties des auteurs, c'est qu'il en a toujours été ainsi. Certes. Mais des auteurs autoédités tels que Joe Konrath estiment pour leur part que le service de Book Country est une arnaque pure et simple. Affaire à suivre.


Sources : Digital Book World , Paid Content

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

La tête sous l'eau

Le corps, une fois dans l'eau et en profondeur, remonte toujours à la surface. Il est comme une bouée, un ballon : il [...]

Index des articles parus sur les ensablés depuis 2011 – réouverture du blogue fin août

Chers lecteurs, voici les vacances et l'occasion de lire, découvrir ou redécouvrir des auteurs oubliés. Vous trouverez [...]

Livre numérique gratuit

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com