Le monde de l'édition > Les maisons > Actualité

"Ils connaissaient à peine leur oncle Hans"

Les ingénieurs du bout du monde. Et leurs destins

Le jeudi 13 juin 2013 à 11:03:54 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Cette semaine, les éditions Actes Sud vous font découvrir le roman de Jan Guillou, Les ingénieurs du bout du monde. Ce roman, qui prend pied dans les premières années du XXe siècle, est une exploration de trois vies, dont les destins seront séparés, pour explorer le monde. ActuaLitté vous propose, toute la semaine, d'en découvrir un nouvel extrait.

 

 

 

Les Ingénieurs du bout du monde

JAN GUILLOU

traduit du suédois

par Philippe Bouquet

Ils connaissaient à peine leur oncle Hans, car cela faisait des années qu'il avait quitté la région. Il leur parut bien petit, et ses mains également, comparé à leur père. Ils ne répondirent que par monosyllabes aux questions qu'il leur posa sur la façon dont leur voyage s'était déroulé et sur la santé de sa sœur, tout en traversant la ville.

 

Ils étaient déjà venus à Bergen, mais jamais pour si longtemps. En été, par beau temps, il leur était arrivé de s'y rendre avec leur père et leur oncle Sverre pour vendre du poisson sur le quai. Mais ils n'avaient jamais pénétré dans le cœur de la cité et, une fois surmontées leur timidité et leurs premières appréhensions, ils eurent tant de sujets d'étonnement et de questions que leur oncle leur trouva des ressemblances avec des petits cormorans demandant sans cesse la becquée.

 

L'oncle Hans habitait Verftsgaten, près de la mer, dans une maison de trois étages où vivait une foule de gens ; on appelait cela un “appartement”. Il était composé d'une pièce, d'une cui- sine et d'une chambre de bonne, comme on disait. C'était là que les frères allaient vivre, leur oncle leur ayant confectionné de ses propres mains trois petites couchettes.

 

Ils firent la connaissance de Solveig, sa femme, et la saluèrent poliment en s'inclinant légèrement et lui serrant la main comme leur mère leur avait montré qu'il convenait de faire. Elle les féli- cita pour leur beau chandail et ajouta quelques mots qu'ils ne comprirent pas à propos des talents de leur mère.

 

La vie en ville était bizarre, du moins à deux points de vue. Le premier, c'était que de l'eau sortait d'un robinet bien qu'on fût à plusieurs mètres au-dessus du sol. Le second, qu'il leur fallut apprendre très vite, c'était la façon très particulière de faire ses besoins. Une clé était accrochée au mur, près de la porte de la cuisine. Elle donnait accès à l'un des cabinets numérotés qu'il y avait dans la cour. On le partageait avec son voisin et nul autre n'avait le droit de s'en servir. Une fois par semaine, des hommes venaient chercher les bidons, au cours de la nuit.

 

On les appelait “vidangeurs”, c'était un mot nouveau qui leur faisait presque peur. Ils étaient à peu près aussi excitants à voir que les gros rats, dans la cour.

 

On prenait les repas dans la cuisine, après avoir dit le bénédicité. La nourriture consistait surtout en poissons et pommes de terre, avec de la viande de porc une fois par semaine, comme à la maison.

 

Lire l'extrait précédent

 Lire l'extrait suivant

Pour approfondir

photo Mazin Cécile

   

Journaliste ActuaLitté. Dame bibliothèque et pionnière du droit des femmes dans la rédaction. Actualités générales.

 

Mots clés :
Jan Guillou - Les ingénieurs du bout du monde - voyages - inventeurs



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Les écrivains et leurs lecteurs

  Je viens de lire deux ouvrages très différents qui mettent cependant en scène tous les deux des écrivains et des [...]

Surfing, Jim Heimann

Présentation de l'éditeur : Apportez une touche d'adrénaline à votre quotidien. Avec le calendrier perpétuel [...]

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com