Le monde de l'édition > Les maisons > Actualité

Max et Lili, un "produit gadget" succès des bibliothèques

Fierté de l'éditeur !

Par Antoine Oury,Le jeudi 29 novembre 2012 à 11:50:25 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Après la publication d'un classement des livres les plus empruntés dans les bibliothèques parisiennes, largement dominé par la série Max et Lili, impossible de ne pas s'arrêter au stand de la maison Calligram. L'année se termine sur la célébration des 20 ans de la fratrie, et l'efficacité inégalée d'un modèle commercial à l'épreuve des années.

 

 

Le stand Calligram au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse

 

Nés dans les années 90 ? Peu importe la taille de votre bibliothèque, il y avait sûrement la place pour un ou deux exemplaires des aventures de Max et Lili, qui se dénombrent désormais par dizaines, puisque le n°100 est paru cette année, à l'occasion des 20 ans de la série (les derniers exemplaires collector sont au Salon). L'ouvrage figure en tête des plus empruntés dans les bibliothèques parisiennes, (voir notre actualitté) « Et même au niveau national », souligne Caroline Vauclair, directrice commerciale des éditions Calligram.

 

Comment expliquer ce succès ? Impossible de n'y voir qu'une nostalgie parentale : pour la directrice commerciale, c'est surtout la forme et le prix qui comptent. « C'est un produit petit, facile à transporter, une sorte de produit-gadget qui traite tous les problèmes des enfants, de 6 à 12 ans, qu'il s'agisse de la maison, de l'école, du parc... », explique la directrice commerciale en soulignant le prix fixe de 4,90 €, qui permet à l'enfant de s'offrir lui-même son livre contre un petit billet de 5 €.

 

Une stratégie commerciale bien rodée donc, mais aussi un travail en amont : Dominique de Saint-Mars, l'auteure, traite les demandes des enfants reçues par courrier et réalise même des interviews pour rester en phase avec leurs préoccupations. « Chaque parution est précédée d'un dialogue avec les équipes commerciales, les libraires, les auteurs... C'est un véritable travail d'équipe » poursuit Caroline Vauclair.

 

La maison Calligram, qui tourne sous les bons soins d'une équipe de 7 personnes, est basée en Suisse, et distribue la série Max et Lili chez les Helvètes, en France, en Belgique et au Canada. Max et Lili ne se sont pas mis au numérique, ce qui ne les contraint pas à prendre position sur le prêt en bibliothèques sous ce format. Cependant, Caroline Vauclair nous confirme que la piste fait partie des développements à venir : « Nous ne voulons pas adapter les livres, mais proposer quelque chose en plus, comme des jeux, ou des pièces de théâtre personnalisables. »

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

pub

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Vers l'infini et au-delà : « Spoutnik », 49ème nouvelle du Projet Bradbury

Alors, bande de petits veinards, on est en vacances ? Pas moi ! Le Projet Bradbury se reposera quand il en aura terminé avec les [...]

Les écrivains et leurs lecteurs

  Je viens de lire deux ouvrages très différents qui mettent cependant en scène tous les deux des écrivains et des [...]

Surfing, Jim Heimann

Présentation de l'éditeur : Apportez une touche d'adrénaline à votre quotidien. Avec le calendrier perpétuel [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com